Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Philosophie cognitive

Jérôme Dokic
p. 495-496

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Jérôme Dokic, directeur d’études

La représentation située

1Le séminaire de cette année s’est inscrit dans un cadre théorique général dont le but est de faire valoir la contribution que la théorie de la perception peut apporter à la philosophie des sciences sociales. Nous nous sommes intéressés aux bases perceptives de la cognition sociale, et notamment aux « sens sociaux » (selon le titre du dernier ouvrage de Bernard Conein) qui nous permettent d’entrer dans des relations sociales (sur le plan pratique ou théorique).

2L’une des questions que nous avons abordées concerne la part de la capacité de mentalisation (parfois appelée « théorie de l’esprit ») requise pour entrer dans des relations sociales. Notamment, peut-on partager des actions et des états mentaux (perceptions, motivations, intentions, croyances) indépendamment de la capacité de mentalisation ? Que faut-il comprendre et savoir de ces actions ou états mentaux pour les partager, et par suite entrer dans des relations sociales ? L’hypothèse de travail qui a animé notre enquête est que dans de nombreux cas fondamentaux, la capacité de perception sociale permet d’alléger la charge cognitive que l’on fait habituellement porter sur la capacité de mentalisation, conçue comme un dispositif interprétatif relativement sophistiqué.

3Après avoir montré, au cours des premières séances, que cette thèse devait reposer sur une théorie substantielle (radicalement externaliste) de la perception, nous avons conduit plusieurs études de cas pour tester l’hypothèse du fondement perceptif de la cognition sociale. Nous avons ainsi passé en revue la littérature cognitive récente sur l’émulation, l’imitation et plus généralement les « systèmes miroirs » de l’être humain et des primates. Nous avons cherché à unifier les différentes manières de se représenter sa propre action et celle d’au-trui sous une théorie généralisée des affordances. La notion gibsonienne d’af-fordance concernait surtout les occasions pour un individu d’agir dans son environnement. Deux extensions de la notion d’affordance ont été envisagées : les affordances individuelles pour autrui (dont la perception est celle d’une occasion pour autrui d’agir), et les affordances collectives (dont la perception est celle d’une occasion pour nous d’agir ensemble). En parallèle, nous avons tracé une distinction entre les affordances instrumentales (« Je peux/Nous pouvons agir de cette façon ») et les affordances déontiques (« Je dois/Nous devons agir de cette façon »). La conclusion de cette partie du séminaire était que la perception d’affordances de toutes sortes peut dépendre d’indices ayant une pertinence sociale indépendamment d’une représentation sociale de ces indices.

4La question qui surgit alors, et que nous avons commencé à examiner dans la dernière partie du séminaire, est celle de savoir comment une capacité sociale de mentalisation peut émerger à partir de la perception d’affordances proto-sociales.

5En conclusion, nous avons rappelé trois thèses. Premièrement, la possibilité d’une théorie anti-intellectualiste de la cognition sociale dépend d’une théorie substantielle de la perception. Deuxièmement, cette théorie doit donner un sens à l’idée qu’un traitement d’indices d’entités sociales peut donner lieu à une expérience dont le contenu est authentiquement social. Enfin, elle doit également donner un sens à l’idée que la perception peut avoir un contenu authentiquement social indépendamment du déploiement de la capacité de mentalisation.

Publications

  • « From linguistic contextualism to situated cognition : the case of ad hoc concepts », Philosophical Psychology, 10, 3, 2006, p. 309-328.
  • « La dualité de la perception », Intellectica, 1, 43, 2006, p. 67-72.
  • Avec É. Pacherie, « On the very Idea of a frame of reference », dans Space in languages. Linguistic systems and cognitive categories, sous la dir. de M. Hickmann et S. Robert, Amsterdam, John Benjamins, 2006, p. 259-280.
  • Avec É. Pacherie, « Mirrar neurons, understanding of action and joint action », Cognitive systems research, 7, 2006, p. 101-112.
  • Avec É. Pacherie, « Too much ado about beliefs », Phenomenology and the cognitive sciences, 6, 1-2, 2007, p. 185-200.
  • “Situated representations and ad hoc concepts », dans « Saying, meaning and referring. Essays on François Recanati’s philosophy of language”, sous la dir. de M. J. Frápolli, Palgrave Studies in pragmatics, language and cognition, 2007, p. 203-216.
  • « Théories philosophiques de la perception », dans Percevoir et protéger, sous la dir. de L. Collet, C. Corbé, M. Doly, M. Imbert et Y. Christen, Marseille, Solai, 2007, p. 27-39.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Dokic, « Philosophie cognitive », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 495-496.

Référence électronique

Jérôme Dokic, « Philosophie cognitive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18845

Haut de page

Auteur

Jérôme Dokic

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals