Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Logique et ontologie des objets sociaux

Frederic Nef
p. 497-498

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Frédéric Nef, directeur d’études

1Le séminaire a porté sur l’ontologie des relations. Dans la mesure où l’ontologie sociale réclame non seulement des relations, mais aussi des connexions réelles, le travail a porté sur ce concept de connexion. La thèse défendue est que la connexion n’est pas automatiquement réductible à des relations. Dans un premier temps, des rappels ont été produits sur la théorie des relations, en insistant sur leur réalité ou leur idéalité, notamment en examinant les objections d’Occam contre les relations réelles. Cet examen a été prolongé par une discussion approfondie de la critique russellienne des relations internes. Une fois ces préliminaires introduits, la question de la connexion a été posée à partir d’une critique de la thèse d’indépendance dans l’atomisme logique de David Armstrong. Cette Thèse d’Indépendance stipule que deux états de choses ne peuvent avoir de relation nécessaire. Un examen critique a été développé en ce qui concerne les structures temporelles : une des conséquences de la Thèse d’Indépendance pour le temps est que la transitivité de l’antériorité temporelle doit être éliminée, ce qui entraîne une modification des conditions formelles sur l’ordre temporel, de façon à introduire une notion forte d’adjacence, qui est assez contraire à l’intuition. La thèse d’indépendance a été rapprochée de la thèse de la survenance humienne telle qu’elle a été formulée par David Lewis (tout ce qui existe survient sur des points d’espace-temps).

2Une critique générale de certains attendus de l’atomisme logique a été développée pour introduire à la formulation d’une problématique de la connexion réelle. Nous avons cherché cette connexion du côté d’une nécessité de re des structures ontologiques, ce qui a réclamé des éclaircissements sur la nature des modalités de re et de développer de manière systématique le concept de structure ontologique, en les distinguant des structures sémantiques et des structures physiques. Une thèse générale de survenance des structures ontologiques sur les structures physiques a été risquée et très longuement discutée, à partir de toutes les objections possibles. Le séminaire s’est conclu les 21 et 28 juin par des exposés d’étudiants sur le réalisme théologique (Yann Schmitt, doctorat) et le principe d’identité des indiscernables (Aurélien Béranger, M2).

Publications

  • Avec E. Garcia, La métaphysique contemporaine : propriétés, mondes possibles et personnes, Paris, Vrin (« Clés »), 2007, 384 p. [Choix de textes traduits avec notes et introduction].
  • « L’argument courageux et l’épistémologie des vertus : le courage est-il aussi une vertu intellectuelle ? », Revue Philosophique de Strasbourg, 20, n° sp. « Les Vertus Intellectuelles », sous la dir. de M. Le Du et T. Benatouïl, hiver 2006, p. 179-195.
  • Avec F. Lihoreau, « Il n’y a pas de monde vide », dans Pourquoi quelque chose plutôt que rien ?, sous la dir. de F. Wolff, Paris, PUF/Presses de l’ENS, 2007, p. 157-187.
  • « Ma puce me suit, je suis ma puce », Critique, hiver 2006, p. 257-263.

Ontologie et théorie sociale (avec Alban Bouvier, professeur à l’Université Aix-Marseille-I)

3Ce séminaire conduit en commun par Frederic Nef et Alban Bouvier s’est attaché à donner une représentation analytique des différentes manières d’envisager les relations et les connexions sociales du point de vue des sciences sociales, ou aussi bien des acteurs sociaux eux-mêmes. L’idée sous-jacente était d’esquisser une analyse de l’ontologie implicite des différentes théorisations, sociologiques, ethnologiques, économiques ou historiques du social, comme de l’ontologie spontanée ou profane des acteurs sociaux telle que certains chercheurs en sciences sociales tentent de la révéler.

4Dans ce but, nous avons procédé en présentant successivement, de façon aussi progressive que possible les rubriques suivantes :

5Modèles simples de relations et d’interactions. Il s’est essentiellement agi de montrer l’usage de la théorie des graphes pour penser les réseaux sociaux (network analysis) en faisant abstraction de toute hypothèse supplémentaire notamment de type explicatif mais également de type descriptif-qualitatif.

6Modèles complexes interactionnistes de relations et d’interactions. Il s’agissait ici de réintroduire les dimensions qualitative et explicative dont il avait été fait abstraction précédemment. Nous avons présenté dans ce cadre, en les distinguant par abstraction, trois types de modèles présents chez Goffman et/ou Howard Becker : modèle dramaturgique, modèle symbolique, modèle écologique Une grande attention a été apportée à l’ontologie implicite de la théorie de l’action de Talcott Parsons, dans sa dimension relationnelle.

7Autres modèles complexes abordés :

8Relations et interactions fonctionnelles (en partant de la critique goffmanienne de Parsons et en mettant en évidence les différentes conceptions de la fonction sociale chez Parsons, Malinowski et Radcliffe-Brown).

9Les connexions réelles ou relations de dépendance fonctionnelles internes. Il s’est agi essentiellement de discuter la théorie du social présentée par Vincent Descombes dans Les institutions du sens, le holisme structural, en le comparant avec une variété d’individualisme méthodologique, l’individualisme structural et en montrant le lien de l’un et l’autre avec l’analyse fonctionnelle.

10Relations de partie à partie d’un tout et de partie à tout ou tout à partie (relations méréologiques). Nous avons posé le problème général de la pertinence des modèles méréologiques dans l’analyse du social, puis nous avons présenté ici essentiellement les relations de dépendance féodale (de partie à partie d’un tout) à partir de Marc Bloch, La société féodale.

11Émergence et survenance partir de relations fonctionnelles sociales. Nous nous sommes appuyés ici essentiellement sur Durhkeim, Les formes élémentaires de la vie religieuse : la théorie du totémisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frederic Nef, « Logique et ontologie des objets sociaux », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 497-498.

Référence électronique

Frederic Nef, « Logique et ontologie des objets sociaux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18846

Haut de page

Auteur

Frederic Nef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals