Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Images et affects dans l’Europe moderne

Giovanni Careri
p. 515-516

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Giovanni Careri, maître de conférences

1Nous avons poursuivi nos analyses du cycle des Ancêtres du Christ dans la chapelle Sixtine en essayant d’approfondir la compréhension de leur rôle dans l’économie idéologique globale de la chapelle. Celle-ci nous est apparue comme une complexe machine de fabrication du temps historique chrétien, tendu vers son accomplissement eschatologique. Les modalités de cette mise en tension relèvent de dispositifs d’ordre narratif en forme de prolepses, mais aussi d’une syntaxe complexe des mouvements des corps. L’accedia des ancêtres est d’abord la marque négative d’un groupe de corps las, étranger à la tension qu’anime l’ensemble des autres figures.

2À première vue pourtant, la présence du cycle des ancêtres dans la chapelle est parfaitement cohérente avec la configuration du temps et de l’histoire de l’ensemble. La chaîne généalogique des ancêtres attribue au Christ sa place dans la famille d’Abraham et de David, elle confirme les prophéties sur l’appartenance du messie au lignage approprié. Un regard plus rapproché révèle cependant que les familles des ancêtres de Michel Ange ont une apparence peu conforme à la fonction de légitimation qu’ils devraient assumer. Loin de ressembler à des rois où à des patriarches ils sont absorbés par des taches matérielles : certains préparent des repas, d’autres allaitent, alors qu’une des figures exhibe les caractéristiques typiques de la folie et de l’errance. La dimension antihéroïque des actions des ancêtres est soulignée par leurs postures mélancoliques, ou, plus exactement par une forme de torpeur liée à l’iconographie du vice de l’accedia. Les actions des ancêtres ont un caractère non décisif, un trait de lassitude accentué par le contraste avec les actions éminemment décisives de toutes les autres parties de la fresque. Nous sommes confronté à une « mauvaise généalogie » : à un groupe d’ancêtres qui ne joue pas son rôle de sainteté, de puissance ou de représentant des valeurs éthiques.

3Nous avons envisagé l’accedia des ancêtres comme un élément structurel, impliqué dans la construction de l’altérité des juifs et relatif à leur place dans la fondation de la légitimité du christianisme. Les plaques avec les noms des ancêtres inscrits en lettres capitales assument le rôle positif « d’inclusion » de la généalogie de Joseph dans l’histoire chrétienne. L’aspect positif de la généalogie est pris en charge par l’autorité de la parole écrite : les noms doivent être associés avec les tituli inscrits sur les cadres des fresques du Quattrocento, des textes latins qui annoncent des événements décisifs dans l’histoire de la fondation de l’Église. L’aspect négatif de la généalogie et la marque de son altérité par rapport au christianisme, est pris en charge par le travail des images elles-mêmes à travers les étranges figures des ancêtres. L’altérité projetée sur les figures des ancêtres soulève d’abord quelques questions sur la généalogie du Christ de Mathieu. La liste des ancêtres de Joseph doit intégrer le christianisme dans le dessin divin de l’histoire en liant Jésus aux figures de Abraham et David. Mais en même temps la continuité entre l’histoire juive et l’histoire chrétienne est interrompue par la naissance du Christ qui n’est pas l’enfant charnel de Joseph et élude ainsi la généalogie terrestre en introduisant ainsi un modèle de parenté alternatif : un père divin et un modèle de société fondé sur la fraternité. Dans la fresque, la légitimité prophétique de Jésus comme le Messie se confronte à la légitimité fondée sur la généalogie charnelle incarnée par les ancêtres sur lesquels sont projetés des traits d’altérité construits par les moyens propres aux images. L’accedia est l’un de ces traits d’altération. L’iconographie de Joseph, qui nous fournit un modèle convaincant pour l’accedia des ancêtres, nous a aussi aidé à clarifier leur position du point de vue structurel. Représenté comme juif, et donc comme appartenant à l’ère ancienne et incapable de comprendre la révélation faite aux hommes par la venue du Christ, Joseph est souvent situé dans une position liminale, dans une posture mélancolique, et engagé dans les tâches de la vie matérielle comme la cuisine ou la réparation des chaussures. Nous avons ensuite comparé la position paradoxale « d’inclusion exclusive » des ancêtres dans la chapelle avec les relations sociales ritualisées entre la communauté juive de Rome et le Pape au début du XVIe siècle, à travers l’analyse de cérémonies : le possesso et le carnaval.

4Le déploiement d’une structure d’inclusion exclusive dans la chapelle Sixtine peut être sans doute mieux comprise si on la conçoit dans le cadre de l’histoire des mouvements de réforme de l’Église au début du XVIe siècle, période d’attente eschatologique particulièrement intense. Kenneth Stow a souligné que la reforme de la chrétienté implique en ces années « to achieve a homogenous catholic society ». En référence à la métaphore pauline de la chrétienté comme un seul corps uni dans le Christ nous avons décrit cette perspective comme un projet de purification du corps de l’Église, un programme d’incorporation totale qui prépare la renovatio mundi et la fin des temps. La résistance opposée par les corps des ancêtres à ce mouvement d’incorporation peut donc être vue comme le signe de tout ce qui résiste et retarde la Parusia, l’accomplissement de l’histoire chrétienne. Dans la machine idéologique globale de la chapelle Sixtine les ancêtres du Christ sont le signe de la force charnelle qui retarde le cours du temps et, résistant à l’incorporation dans le corps chrétien de l’Église, laisse le temps humain dans la condition de l’ouverture, de l’attente et de l’inaccomplissement.

Publication

  • « Time of history and time out of history : the Sistine Chapel as theoretical“ object », Art History, 30, 3, 2007, p. 326-348.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Careri, « Images et affects dans l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 515-516.

Référence électronique

Giovanni Careri, « Images et affects dans l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18860

Haut de page

Auteur

Giovanni Careri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals