Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

De Vives à Vico : institutions, catégories et disciplines du savoir dans l’Europe de la Renaissance

Patricia Falguières
p. 524-526

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Patricia Falguières, professeur agrégée

1L’année 2006-2007 a été une année d’exposition et de mise à l’épreuve des hypothèses sur les technai/artes à la renaissance développées au cours des années précédentes dans le séminaire « Technè ». Le workshop conçu et organisé pour le Getty Research Institute « Persistence of Technè : nature, design and early modem practice of the Arts » (mars 2006) a permis de rassembler les travaux épars d’une trentaine de chercheurs européens et américains autour de leur noyau conceptuel, la mimétique aristotélicienne. Vertu régulatrice de la technè qui nous a permis de revenir sur la vexata quaestio de la Kunst und Wunderkammer à nouveaux frais (celle-ci, c’est l’une des hypothèses développées par le séminaire 2006-2007 trouvant dans la mimétique aristotélicienne des artes son économie fondamentale) : elle a constitué le cœur de nos communications aux colloques de Bâle « Trésors médiévaux » (novembre 2006) et de Cerisy (juin 2006) « Autour de Par-delà nature et culture de Philippe Descola ». Le séminaire s’est particulièrement attaché à la question d’une anthropologie des arts qui trouve sa cohérence au XVIe siècle et son site dans la Wunderkammer, « exposition » de la mimétique aristotélicienne autant qu’enquête positive sur les arts. Quelque étrangère soit-elle au providentialisme stoïcien ou à la Bible, cette anthropologie des arts de matrice antique irrigue sans solution de continuité la culture de la renaissance, parce qu’elle est véhiculée par le corpus des artes ou disciplinae : les traités de médecine et d’architecture au premier rang (la restitution de la « cabane primitive » est un exercice régional sur les thèmes associés de l’ingenium et de la necessitas), mais aussi de mathématiques, d’astronomie, de mécanique, d’agriculture, d’orfèvrerie, etc. Lorsqu’un art apparaît ou lorsqu’il est pour la première fois « rédigé en art », codifié, il est tenu de présenter ses titres : il emprunte alors en un seul bloc aux arts plus anciens cette histoire de l’ingenium qui, associée à la méthode requise par toute accession d’une simple pratique au statut d’ars lui donnera statut. Il lui faut présenter la liste de ses inventeurs, c’est la condition de son institution. (Ainsi Agricola rédigeant le De re metallica, la première somme moderne consacrée aux mines et à la métallurgie). Nous constatons donc encore une fois la désinvolte duplicité de la culture de la renaissance : le double registre d’une culture indéniablement chrétienne et cependant si accueillante à un modèle anthropologique qui n’a rien de chrétien. Ce sont, pour citer Vivès, « les disciplines qui nous ont dissociés des mœurs des bêtes sauvages et nous ont restitués à l’humanité ». Les arts ne sont pas un supplément ou une diversion, ils sont originaires. Leur déploiement marque les étapes d’une « hominisation » progressive, dont les modernes constatent chaque jour les fruits, tandis que la découverte des nouveaux mondes, comme le rappelle Daniele Barbara dans son grand commentaire à Vitruve (1567) livre le spectacle de l’enfance de l’humanité. Tout au long des XVe et XVIe siècles, la thématique du « progrès des arts », des « merveilles » de l’ingenium, suscite textes et images (voir les Nova reperta publiés par Giovanni Stradano), comme les cabinets de merveilles, les studioli et les wunderkammern princiers, par leur scénographie des merveilles comparées de la nature et de l’art (plutôt de l’art de la nature et de l’art des hommes) dressent une histoire de l’humanité du point de vue de la technè. Richesse inépuisable de cette « exposition » : l’histoire des arts donne accès à ce tout des cultures humaines qui signale, pour nous, l’anthropologie. Elle en révèle l’historicité et la facticité. Les rites et les cultes y sont exposés comme autant d’artefacts : ils prennent place dans la liste des heuremata, des inventions qui témoignent de l’ingéniosité humaine, au même titre que l’araire, la culture de la soie ou la boussole. Les sacrifices y retrouvent la technicité des gestes et des outils qui caractérisait, pour les Romains, les rituels d’une religion sans livre – un pur facere (thème développé au cours du colloque international « Histoire de l’art et anthropologie », INHA/Musée du quai Branly, juin 2007, Paris).

2C’est plus précisément la volonté de faire apparaître au sein des pratiques techniques singulières l’armature de cette « science de la production » qu’est la technè qui nous a amenée à doubler le séminaire de séances de travail collectif (avec Daniela Gallo, professeur à l’Université de Grenoble et Philippe Sénéchal, professeur à l’Université d’Amiens) consacrées à l’analyse de l’association de « fabrique » et « discours » qui, dans le sillage du livre I de l’Architecture de Vitruve, donne titre et ordonnance à une bonne part de la littérature technique du XVIe siècle.

3Le second axe de mes recherches, développé au fil des années dans le champ de l’art contemporain, m’a amenée à mettre en place en janvier 2006 avec Élisabeth Lebovici, Hans-Ulrich Obrist et Natasa Petresin un équivalent des « Artist’s Talks » des universités et des centres d’art américains, le séminaire ”Something you should know : artistes et producteurs aujourd’hui ». L’enjeu est double : accueillir à l’École les nouvelles pratiques artistiques qui n’ont pas encore été élaborées par l’histoire de l’art et élargir l’horizon de notre cartographie, la scène artistique ayant été pionnière dans la « mondialisation » (la quasi-totalité des intervenants des dix-huit derniers mois ne relèvent pas de la scène française). Enfin, explorer un phénomène aussi spectaculaire que jusqu’ici peu étudié : la substitution des sciences sociales (sous les divers labels d’importation et d’élaboration qu’elles ont trouvés dans le monde anglo-saxon) à l’esthétique et à l’histoire de l’art comme appareil théorique – et matériau – des artistes eux-mêmes, ultime développement de la grande rupture instaurée par l’art conceptuel des années soixante-dix. Une convention avec l’INHA nous a permis d’organiser deux journées d’études internationales : « Créolisations : autour d’Édouard Glissant » (janvier 2007) et « Expolitiques » (mars 2007) et un séminaire sur les pratiques curatoriales européennes (mai 2007). Artistes invités : Yona Friedman, IRWIN, Cerith Wyn Evans, Olaf Nicolai, Peter Friedl, Cesare Pietroiusti, Claire Fontaine, Tania Bruguera, Georg Schöllhammer, Sislej Xhafa, Jimmie Durham, Johann Grimonprez, Stefan Zweifer, Allora et Calzadilla.

Publications

  • « Moving pictures. Aristote et la machine cinéma », Les Cahiers du musée national d’Art moderne, 94, hiver 2005-2006, p. 96-115.
  • « Matisse en forces », dans Agenda de la pensée contemporaine, printemps-été 2006, Paris, PUF, 2006, p. 101-108.
  • « Catlin, la peinture et “l’industrie du musée” », Gradhiva, Revue d’anthropologie et de muséologie, n.s., 3, 2006, Musée du quai Branly, Paris, 2006, p. 39-54, p. 111-114.
  • « Poétique de la machine », dans L’art de la renaissance entre science et magie, Actes du colloque international, 20 au 22 juin 2002, Paris, Institut d’art et d’archéologie, sous la dir. P. Morel, Paris-Rome, Académie de France à Rome, 2006, p. 401-452.
  • « Philosophes au jardin : une promenade sceptique », dans La culture d’André Lenôtre. 1613-1700. Institutions, arts, sciences et techniques en France, sous la dir. de G. Farhat et M. Mosser, Sceaux, musée de l’Île-de-France, 2006, p. 130-151.
  • « Peinture d’action et politique des couleurs », 20/27, 1,2007, p. 93-104.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Falguières, « De Vives à Vico : institutions, catégories et disciplines du savoir dans l’Europe de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 524-526.

Référence électronique

Patricia Falguières, « De Vives à Vico : institutions, catégories et disciplines du savoir dans l’Europe de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18864

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals