Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Poétiques et politiques en Europe

Philippe Roger
p. 527-528

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Philippe Roger, directeur d’études

Ce que sait le roman (III) : le savoir romanesque à l’épreuve du feu (1913-1940)

1Dernier volet du triptyque « Ce que sait le roman », ce séminaire a porté sur le XXe siècle, les œuvres étudiées s’étageant de la veille de la Grande Guerre à la fin des années 1930. Jean Barois de Roger Martin du Gard (1913) a fourni l’exemple d’une originale réinvention du « roman idéologique » et de l’histoire immédiate, réponse de gauche et de facture moderniste aux romans « nationaux » de Barrés. La masse du corpus a ensuite été fournie par la littérature des tranchées et ses « séquelles » : Le feu. Journal d’une escouade, d’Henri Barbusse, mais aussi son Clarté ; Les croix de bois de Dorgelès, mais aussi son Retour des morts qui décrit la reconstruction de la « zone rouge » et les tensions et rancœurs de l’après-guerre. Nous avons lu également et confronté Ceux de 14 de Maurice Genevoix (parangon du récit « authentique » et exact selon Jean Norton Cru) et Le bataillonnaire de Pierre Mac Orlan (lequel installe dans la boue des tranchées un malfrat montmartrois tout droit sorti de l’univers romanesque de Jésus-La-Caille). Enfin, nous avons observé comment, à quelques années de l’événement, des écrivains qui ont participé au conflit dans des statuts particuliers (de médecin, par exemple), ou loin des premières lignes, réinvestissent la forme du roman historique en même temps qu’ils intègrent la Grande Guerre dans le temps long de leurs chroniques familiales : c’est le cas de Jules Romains (Prélude à Verdun et Verdun) et de Duhamel. Significativement, le roman « de guerre » majeur de la fin de la période considérée, Les Thibault de Roger Martin du Gard, est un roman de la montée vers la guerre et non de la guerre elle-même. La Grande Guerre aura ainsi profondément irradié la littérature française : on l’entend gronder du Temps retrouvé de Proust au Voyage au bout de la nuit et à l’œuvre entier de Céline, sur lequel s’est clos ce séminaire. Tandis que les contemporains dans leur ensemble se posaient avec acuité la question du mensonge littéraire, voire de la piperie du langage lui-même, responsables de la catastrophe, les romanciers tentent de donner leurs propres réponses, dans et par l’écriture, à l’expérience traumatique de 14-18. Le débat sur l’inscription dans le roman de la langue orale et populaire est relancé par la coexistence des sociolectes dans les tranchées : il est omniprésent chez Céline, bien sûr, mais il hante aussi le « populisme » et donne leur coloration particulière aux premiers romans de Louis Guilloux. Plus généralement, la violence ressentie comme monstrueuse de la Première Guerre mondiale ouvre la voie à des surenchères, dans la forme comme sur le fond, qui frappent d’obsolescence les réputations établies dans la génération des Bourget et des Boylesve. À la veille du second conflit mondial, La nausée et Le mur de Sartre annoncent des temps nouveaux qui doivent beaucoup au passé encore brûlant de 14-18.

2Certains aspects de cette recherche ont fait l’objet de conférences à l’étranger (« Barthes et le savoir du roman », SEM, Buenos Aires ; « Comment la France littéraire enfanta le maître à penser », Maison française d’Oxford). D’autres interventions se sont inscrites dans le prolongement de recherches antérieures, sous la forme de conférences (« L’antiaméricanisme français de Buffon à Baudrillard », Université Johns Hopkins) ; d’enseignements à l’étranger (« El Antiamericanismo in Francia », séminaire doctoral au Centro Franco-Argentino de Altos Estudios, Université de Buenos Aires et « Rhétorique et littérature », séminaire gradué donné à Université de Virginie, Charlottesville) ; de communications (« Le bonheur pour acquis », Forum Le Monde-Le Mans, « L’esprit des Lumières s’est-il perdu ? », novembre 2006 ; « La Harpe, du cours de l’École normale au cours de littérature », colloque « Histoires littéraires autour de 1800 : le cas de la France et de l’Allemagne », Université de Picardie, janvier 2007 ; « L’Orient des Lumières : une combinatoire de l’altérité ? », colloque « Lumières orientales et Orient des Lumières », Beyrouth, mai 2007).

Publications

  • « Global anti-americanism and the lessons of the “French Exception” », The Journal of American History, 93, 2, septembre 2006, p. 448-451.
  • « À tue et à toi : réactions thermidoriennes au tutoiement révolutionnaire », dans Poétique de la pensée. Études sur l’âge classique et le siècle philosophique en hommage à Jean Dagen, textes réunis par B. Guion, M. S. Seguin, S. Menant et Ph. Sellier, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 747-758.
  • « Barthes post-classique », Revue d’Histoire littéraire de la France, « Le Classicisme des modernes. Représentations de l’âge classique au XXe siècle », avril 2007, 2, p. 273-291.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 527-528.

Référence électronique

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18866

Haut de page

Auteur

Philippe Roger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals