Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire

Irène Tamba
p. 541-542

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Irène Tamba, directeur d’études

Comparaison des deux registres d’expression d’une émotion, affectif ou narratif, en japonais, en coréen et en français

1Le séminaire a été consacré à la présentation d’une hypothèse générale sur l’existence de deux modes d’expression d’une émotion, dans les langues : l’un direct, immédiat, coïncidant avec le moment où l’on ressent un choc émotif et l’autre, descriptif, narrant une émotion en différé. Le mode direct se caractérise par des restrictions diverses : lexicales, avec le recours à un prédicat basique, stéréotypé ; personnelles, avec un renvoi déictique au seul expérienceur-locuteur ; référentielles, avec la désignation de la situation actuelle globale, sans modifieur ; et temporelles, avec un énoncé indexé au moment où survient l’émotion, et une courbe mélodique exclamative montante, énonçant un affect indubitable pour le locuteur et de forte intensité. On relève aussi des énoncés d’exhortation exclusivement négatifs, visant à mettre fin à un état émotif. À l’inverse, le récit différé ou remémoré d’une émotion fait usage de toute une palette lexicale, riche en synonymes, en clichés imagés, en déterminations, sans restriction de personne, de temporalité et de modalité. La comparaison entre japonais, coréen et français a permis d’étudier plus finement les marques qui, dans ces trois langues, construisent l’énoncé selon une orientation bipolaire, soit à partir du sujet (j’ai peur !), soit à partir de la situation (ça me fait peur !).

2Nous avons été invitée à participer au symposium international de Tsukuba, « Japonais et linguistique contrastive » (février 2007), et nous avons présenté une communication avec Andrej Bekes, « Dialogue entre linguistes sur l’approche contrastive du japonais en France et en Slovénie ». Nous avons donné une conférence en Corée, à l’Université Koryo à Séoul (février 2007), sur « Un double système d’expression des émotions, en direct et en différé » ; et à l’Université de Neuchâtel (mars 2007), sur « Peur et surprise : expression immédiate et récit différé ». Et nous avons présenté une communication aux 21e journées de linguistique d’Asie orientale (juin 2007), sur « La dimension subjective dans les énoncés exclamatifs à prédicat adjectival en japonais ».

Publications

  • Avec M. Riegel, C. Schnedecker et P. Swiggers, « Préfaces » à Aux carrefours du sens, Hommages offerts à G. Kleiber, Louvain-Paris, Peeters, 2006, 706 p.
  • Avec B. Bosredon, « Entre tout et partie : l’ambiguïté des relations liant un titre à une œuvre littéraire ou picturale », dans La relation partie-tout, sous la dir. de G. Kleiber, C. Schnedecker et A. Theissen, Louvain-Paris, Peeters, p. 719-734.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Tamba, « Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 541-542.

Référence électronique

Irène Tamba, « Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18878

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals