Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations

Alain Peyraube
p. 542-543

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Alain Peyraube, directeur d’études

Les constructions prépositionnelles du chinois : approche diachronique (avec Redouane Djamouri, chargé de recherches au CNRS)

1Au cours de l’année écoulée, les relations entre grammaire historique, cognition et typologie ont d’abord été étudiées. Les notions de conceptualisation et de catégorisation, de prototype, ainsi que les mécanismes d’inférence pragmatique et d’extension métaphorique ont été analysés à la lumière de la diachronie des constructions prépositionnelles du chinois de la période préarchaïque (XIVe siècle av. J.-C.) à l’époque moderne (XVIIIe siècle) : formes disposales, passives, locatives et temporelles, comparatives, interrogatives. Un nouveau modèle du changement a été présenté, dans lequel le mécanisme d’analogie (qui comprend les phénomènes de dégrammaticalisation) joue un rôle prépondérant, sans doute plus central que le processus de grammaticalisation, qui est finalement une composante du mécanisme de réanalyse, au même titre que l’exaptation. La deuxième partie du séminaire a été consacrée à une analyse approfondie de l’origine et de l’évolution de la particule déterminative de du chinois contemporain. L’hypothèse de Jiang Lansheng selon laquelle de/di pourrait être issu d’un locatif, et non pas des particules zhi ou zhe du chinois classique, a été particulièrement étudiée. Des données linguistiques nouvelles dans les textes bouddhiques du chinois médiéval (haut-médiéval et bas-médiéval) ont été fournies, qui confirment cette hypothèse. La troisième partie du séminaire, réalisée en collaboration étroite avec Hilary Chappell, et avec Li Ming, chercheur associé au CRLAO, a porté sur les constructions comparatives et sur les marqueurs prépositionnels comparatifs yu, guo, bi, etc. Les deux structures comparatives concurrentes 1) « A + marqueur-comparatif + B + Adjectif » (wo bi ni gao [je – MC – toi – grand] « je suis plus grand que toi ») et 2) « A + Adjectif + marqueur-comparatif + B » (Ji shi fu yu Zhou gong [Ji – famille – riche – MC – Zhou duc] « La famille Ji est plus riche que le duc de Zhou ») ont été analysées diachroniquement et d’un point de vue typologique. Les articles récents de Zhao Jinming, Li Lan, Liu Danqing et Zhang Cheng ont été discutés. II a été montré que le modèle 2) où le morphème comparatif est guo, courant dans les langues sinitiques du Sud, n’a pas pu être dérivé du chinois médiéval. II est peu vraisemblable aussi qu’il ait été emprunté à des langues non sinitiques comme les langues tai-kadai ou les langues tibéto-birmanes. Ces recherches liées au séminaire ont été présentées lors de plusieurs conférences et colloques internationaux : à l’Institut d’études avancées d’Uppsala (Suède) (décembre 2006) ; au CEFRES à Prague (avril 2007) ; à l’Université Columbia de New York (mai 2007) lors du 15e colloque de l’Association internationale de linguistique chinoise ; aux 21e journées de linguistique d’Asie orientale, à Paris (juin 2007). Plusieurs conférenciers invités sont enfin intervenus dans le cadre du séminaire : Dong Kun, Meng Pengsheng et Wu Fuxiang, chercheurs à l’Institut de linguistique de l’Académie des sciences sociales de Chine, William MacGregor, professeur à l’Université d’Aarhus (Danemark), Bernd Heine, professeur à l’Université de Cologne (Allemagne), Walter Bisang, professeur à l’Université de Mainz (Allemagne).

Publications

  • Avec H. Chappell, « The Analytic causatives of Early Modem Southern Min in diachronic perspective », dans Linguistic studies in Chinese and neighboring languages, sous la dir. de D.-A. Ho, H.S. Cheung, W. Pan, F. Wu, Taiwan, Academia Sinica, Institute of Linguistics, 2006, p. 973-1012.
  • “Languages and genes in China and in East Asia », Bulletin of Chinese Linguistics, 1-2, 2007, p. 322-343.
  • Avec Hsiung Hui-ju, « Guanyu liandongshi de lishi ji fazhan de jidian kaolu (Remarques sur l’histoire et le développement des constructions verbales en série) », dans Jinian Lu Shuxiang xiansheng, sous la dir. de Jiang Lansheng et Cao Guangshun, Pékin, Shangwu yinshuguan, 2007, p. 82-94.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Peyraube, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 542-543.

Référence électronique

Alain Peyraube, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18879

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals