Navigation – Plan du site
Langue allemande

Langue allemande

Falk Bretschneider et Eva Buddeberg
p. 597-599

Entrées d’index

Index thématique :

Langue allemande
Haut de page

Texte intégral

Falk Bretschneider, ATER

1. Cours de langue allemande appliquée aux sciences sociales et humaines

1Le cours de langue allemande appliquée aux sciences sociales et humaines portait cette année sur la préparation d’un séjour de recherche en Allemagne. Après une présentation des principales structures du paysage allemand de la recherche (universités, Fachhochschulen, institutions de recherche extérieures aux universités telles la Max-Planck-Gesellschaft) et une séance sur l’importance que l’on attache Outre-Rhin à la thèse en sciences sociales et humaines, nous avons travaillé particulièrement sur le perfectionnement des modes d’expression propres à la communication scientifique et notamment sur la rédaction du CV et du projet scientifique en allemand.

2Les coutumes et règles étant parfois très différentes, dans ce domaine, des pratiques en France, nous nous sommes efforcés de permettre aux participants de se familiariser avec un style bien particulier, surtout en ce qui concerne la présentation. Nous avons travaillé ensuite les lexiques, les expressions les plus courantes pour exposer ses pensées et ses projets de recherche à un public scientifique, les éléments nécessaires à une présentation cohérente, compréhensible et à la hauteur de ce que l’on peut attendre d’un doctorant s’apprêtant à mener ses recherches sur et dans un pays étranger. Pour cela, nous avons également enseigné les bonnes règles de la citation et ses particularités en Allemagne.

3Le cours s’est terminé avec la rédaction, par tous les participants, d’un texte long de trois à quatre pages présentant leurs projets de master ou de thèse et leur servant, par exemple, d’appui pour une future candidature à une bourse, un séjour temporaire de recherche, voire un poste. Outre le travail (actif et passif) avec des textes, le cours a, à plusieurs occasions, permis aux participants de perfectionner également leurs capacités d’expression orale avec, par exemple, des jeux de rôles reproduisant des commissions de sélection d’une bourse de recherche.

2. Introduction aux sources de l’histoire moderne et contemporaine allemande et à la paléographie

4Ce cours a pour but de satisfaire un besoin souvent souligné, celui de préparer des étudiants et doctorants destinés à travailler avec des sources originales des XVIIIe et XIXe siècles à leurs séjours en archives en Allemagne. Pour cela, une présentation, d’abord, de la structure et du fonctionnement des archives Outre-Rhin (dont notamment l’organisation fédérale peut poser des difficultés à l’utilisateur qui ne s’y connaît pas) nous a paru nécessaire. Nous avons donc présenté les principales institutions archivistes allemandes, introduit aux règles d’utilisation et donné des conseils pratiques pour mieux préparer un séjour consacré à un dépouillement de sources.

5Ensuite, le cours a été consacré à un enseignement de la paléographie moderne et contemporaine, avec un accent mis sur les écritures manuscrites pratiquées en Allemagne autour de l’an 1800. Pour initier les participants, nous avons commencé avec la lecture de textes imprimés en lettres dites « gothiques » (Frakturschrift), puis nous sommes rapidement à la présentation des écritures manuscrites, tirées de manuels ou de vrais documents d’archives. Fort différentes de toutes les écritures françaises de la même époque, ces formes à première vue très étranges qu’ont la Kanzlei- ou la Kurrentschrift nous ont obligés à débuter par le déchiffrement de lettres isolées, puis de phrases, avant de nous sentir suffisamment accoutumé et entraîné pour affronter le déchiffrement de documents entiers.

6La lecture commune et guidée d’une dizaine de documents n’a pas été seulement l’occasion de développer des connaissances paléographiques, mais également de se familiariser avec quelques règles fondamentales de l’établissement d’une transcription en bonne et due forme.

3. Histoire de l’Allemagne coloniale

7Ce cours a eu pour but, d’une part, de présenter l’histoire sociale et culture d’une colonisation allemande qui commence à prendre forme vers la fin du XIXe siècle, alors que l’expansion des autres puissances est presque achevée. Mais, d’autre part, il a également voulu exposer aux participants les résultats d’une historiographie récente en Allemagne, qui redécouvre l’histoire coloniale de l’Empire allemand en ayant recours à de nouvelles approches telles l’histoire transnationale, après avoir longtemps confié le sujet à une histoire politique et militaire intéressée surtout par le récit factuel d’une expansion trop vite échouée.

8Après un regard en arrière, sur les efforts à visées coloniales de différents princes ou commerçants allemands aux temps modernes, le cours a suivi l’émergence d’une dynamique coloniale dans un pays où les élites politiques ont longtemps été sceptiques envers toute aventure de ce genre. En analysant les raisons sociales et culturelles de cette dynamique, nous avons également pu comprendre pourquoi, trente ans plus tard, quand la Grande Guerre aura ôté l’Allemagne de toute possession d’outre-mer, la société de la république de Weimar continuera, dans presque toute sa diversité politique, de maintenir en vie le désir, transformé en mythe révisionniste, de reconquérir les territoires perdus.

9Pendant le cours nous nous sommes par ailleurs penchés sur quelques détails de l’histoire des différents protectorats (Schutzgebiete) allemands en Afrique, dans le Pacifique ou en Chine en mettant l’accent sur les différentes formes de gouvernance ainsi que sur les transferts qui ont pu se réaliser entre la métropole et les territoires dépendants. Ce faisant, l’objectif a été non seulement de concevoir la colonisation comme un processus de domination, d’exploitation et de destruction, mais également de comprendre les multiples formes de négociation entre groupes dirigeants, élites locales et populations, et les ressources dont tous ces acteurs, bien évidemment à une échelle inégale, ont pu faire usage.

Publications

  • Dir., Le criminel – perspectives franco-allemandes, Leipzig, Universitätsverlag, 2007, 181 p.
  • « Négocier par la révolte. La mutinerie des prisonniers de Zwickau (1825) », dans ibid., p. 135-168.
  • « Die ”Gefängnis-Klinik“. Wissenschaft und Strafvollzug im 19. Jahrhundert. Das Beispiel Sachsen », dans Verbrecher im Visier der Experten. Kriminalpolitik zwischen Wissenschaft und Praxis im 19. und frühen 20. Jahrhundert, sous la dir. de D. Schautz et S. Freitag, Stuttgart, Franz Steiner, 2007, p. 199-224.
  • « Menschen im Zuchthaus. Institutionelle Stabilisierung von Herrschaft als soziale Praxis. Das Beispiel Sachsen », Historische Anthropologie, 15, 2, 2007, p. 164-194.

Eva Buddeberg, lectrice d’allemand

Séminaire de traduction : problèmes conceptuels et terminologiques

10Au cours de ce séminaire, nous avons traduit des textes de différents philosophes et théoriciens allemands des sciences sociales et humaines relatifs à la question de la justice. Des textes « classiques » de Niklas Luhmann, de Karl-Otto Apel et de Jürgen Habermas de même que des textes d’auteurs moins connus en France tels Stefan Gosepath, Axel Honneth ou Rainer Forst étaient au programme. C’est dans ce contexte que nous avons évoqué des problèmes conceptuels et terminologiques spécifiques qui se posent au lecteur et au traducteur de textes allemands en sciences humaines et sociales, notamment en comparant ces textes à des traductions françaises pour mieux comprendre les difficultés de ces textes.

11Le sujet des textes lus – la question de la justice – est aussi intéressant pour les sociologues que pour des étudiants en sciences politiques et en philosophie. Le choix de textes permettait d’envisager différents aspects problématiques de la justice – comme la question de la justice dans un monde globalisé, du rapport entre justice et égalité, etc. – et d’introduire les participants de ce séminaire aux débats actuels des sciences sociales et humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Falk Bretschneider et Eva Buddeberg, « Langue allemande », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 597-599.

Référence électronique

Falk Bretschneider et Eva Buddeberg, « Langue allemande », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18928

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals