Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Identité et nation : invariants et paradoxes dans la situation taïwanaise

Samia Ferhat
p. 607-608

Texte intégral

Samia Ferhat, maître de conférences à l’Université Paris-X

1Au printemps 2000, on assista pour la première fois à une alternance du pouvoir politique à Taiwan : le candidat du Parti démocrate progressiste remportait les élections présidentielles mettant ainsi fin à la gestion du Guomindang, responsable du destin national de la République de Chine à Taiwan depuis 1949. Le discours indépendantiste est devenu progressivement une des composantes ordinaires du débat d’opinion sur l’île. Alors que le Guomindang privilégiait les liens historiques et culturels qui devaient permettre de tisser, au fil des années, les fondations d’une solution politique réunifiant Taiwan à la Chine continentale, le Parti démocrate progressiste insistait sur une identité insulaire particulière, distincte de celle propre à la société chinoise continentale et qui, riche des acquis de la démocratisation, devait favoriser l’émergence d’une nation politiquement indépendante de la République populaire de Chine, et fondée à occuper une place à part entière au sein de la société internationale.

2L’objectif du séminaire était de rendre compte de la politique culturelle et identitaire mise en œuvre par le Parti démocrate progressiste depuis 2000, et de la questionner à la lumière du contexte historique et sociopolitique propre à la République de Chine à Taiwan.

3L’enseignement a été construit autour de trois parties. La première fut tout d’abord consacrée à l’analyse du sens que prennent aujourd’hui dans les sciences sociales les concepts de « nation » et d’« identité ». Puis, nous nous sommes intéressés à la manière dont ces paradigmes sont discutés et utilisés dans le contexte taïwanais. Les cinq séances dédiées à ce thème furent illustrées par les travaux de deux intervenants extérieurs : Brigitte Krulic (professeur à l’Université Paris-X) et Tanguy Lepesant (docteur en géopolitique de l’Université Paris-VIII). Dans la deuxième partie nous nous sommes penchés sur l’évolution des processus de socialisation à Taiwan et, notamment, sur le contenu des manuels d’histoire utilisés au collège et au lycée. D’une histoire orientée principalement sur l’expérience chinoise de la République de Chine à Taiwan, les manuels s’attachent maintenant à mettre en valeur les autres Influences qui ont progressivement construit le particularisme taiwanais, et dont le lien avec la Chine en serait une simple composante au même titre que celui rattachant l’île à d’autres cultures, à d’autres sociétés : les populations aborigènes, le colonisateur hollandais ou japonais. Les deux séances traitant de l’enseignement de l’histoire furent enrichies par l’exposé de Huang Min-yuan (doctorant). Enfin dans la troisième partie, nous avons tenté d’analyser la façon dont est problématisée aujourd’hui la question de l’identité à Taiwan et, notamment, comment la mise en scène de certains événements historiques, contribue à valoriser dans l’imaginaire collectif une représentation clivée de l’appartenance identitaire, entre une trajectoire chinoise souvent synonyme de domination et d’oppression politique (événements du 28 février 1947, terreur blanche, monopole politique exercé par les continentaux), et une trajectoire taïwanaise conçue comme culturellement ouverte et plurielle et politiquement progressiste et démocratique. Au cours des cinq séances traitant de ce thème furent projetés des films rendant compte pour certains de ce nouveau mode de représentation, alors que d’autres permettaient de questionner cette nouvelle approche de l’histoire de Taiwan. Les exposés de Sandrine Marchand (maître de conférences à l’Université d’Artois) et d’Edward Vickers (maître de conférences à l’Université de Londres) ont aussi contribué à approfondir la réflexion sur la portée sociologique de la politique culturelle du gouvernement taïwanais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samia Ferhat, « Identité et nation : invariants et paradoxes dans la situation taïwanaise », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 607-608.

Référence électronique

Samia Ferhat, « Identité et nation : invariants et paradoxes dans la situation taïwanaise », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18939

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals