Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

La parenté spirituelle. Parcours anthropologiques et historiques

Salvatore D’Onofrio
p. 626-627

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Salvatore D’Onofrio, professeur à l’Université de Palerme

1À la suite de l’enseignement dispensé en 2005-2006, nous avons continué à réfléchir sur la parenté spirituelle, dont l’étude a été principalement menée ces dernières années par les anthropologues et les historiens. Dans la première partie du séminaire, nous avons abordé surtout des questions d’ordre général, en partant notamment du problème de la prohibition de l’inceste que nous avons exploré sur la base des fonctions de l’oncle maternel dans la société romaine et du rôle joué dans l’horizon chrétien par le parrain.

2Nous avons traité davantage de la littérature ethnologique sur le complexe avunculaire entre les années 1920 et 1940 et des critiques les plus récentes à la notion lévistraussienne d’« atome de parenté », en particulier celles des psychanalystes et des sociobiologistes. L’analyse de ce débat nous a permis de mieux illustrer l’hypothèse que nous avons formulée depuis quelques années, de l’existence d’une nouvelle variété d’inceste (du troisième type) et d’un atome de parenté spirituelle complémentaire et dérivé par rapport à l’atome lévistraussien. Dans ce cadre nous avons analysé les relations qui se nouent lors du rituel Naven chez les latmul du Moyen Sépik en Nouvelle-Guinée et dans le système de parenté des Na de Chine. Tout en tenant présente la structure des relations de parenté spirituelle telle qu’elle est définie dans les Évangiles, nous avons attaché cette année une importance plus grande à l’illustration des documents historico-linguistiques qui se déroulent à partir de Tertullien jusqu’au decretum Gratiani et au Concile de Trente, et qui illustrent la manière dont les deux axes du parrainage et du compérage « font système » dans l’Occident chrétien. C’est dans ce cadre que nous avons repris la réflexion sur la littérature romane (la parenté spirituelle dans le Roman de Renart et dans La chanson de Roland) tout en ouvrant vers les problèmes théoriques que sollicite l’étude des contes. Quelques conférences ont été ainsi consacrées aux procédures d’analyse élaborées à partir de Bédier, en continuant par Propp et Lévi-Strauss et jusqu’aux approches plus récentes. L’étude de ces méthodes nous a permis d’affiner l’interprétation des récits de tradition orale qui insistent sur la caractérisation incestueuse des relations entre compère et commère, c’est-à-dire entre la mère d’un enfant et son parrain. Dans ce cadre nous avons invité Émilie Devriendt, maître de conférence en langue française à l’Université de Tours, dont le travail porte sur les dénominations des relations de parenté dans l’Heptaméron de Marguerite de Navarre.

3Dans la partie centrale du séminaire, nous avons continué à explorer aussi les relations de parenté spirituelle dans d’autres cultures où la relation sexuelle entre des individus rituellement apparentés, même s’ils ne sont pas des consanguins ou des affins, est perçue comme incestueuse. Cela pousse le caractère symbolique de la prohibition de l’inceste aux conséquences les plus extrêmes, en confirmant, d’une part, la continuité entre le biologique et le social, d’autre part, les conséquences néfastes entraînées par la transgression de cette prohibition. Nous avons poursuivi ainsi l’analyse de quelques systèmes de parenté spirituelle hors de l’horizon chrétien, en nous concentrant particulièrement sur certaines sociétés amérindiennes qui offrent des matériaux fort intéressants vis-à-vis de l’étude des mécanismes de réciprocité surtout clanique et de la fonction du parent symbolique dans l’orientation du choix matrimonial. Beaucoup de cas confirment en effet une interférence aussi bien qu’une antériorité, du point de vue idéologique, de la parenté spirituelle à l’égard des champs de la consanguinité et de l’alliance. Un espace particulier a été accordé cette année, grâce aussi aux exposés des étudiants, à l’analyse des rituels non seulement sacramentaux qui relèvent des formes de parenté spirituelle, ce qui nous a permis de mieux aborder le problème des dispositifs symboliques mis en place dans l’horizon chrétien pour tisser le lien social.

4Le séminaire a ouvert enfin au thème des nouvelles parentés qui sera traité dans l’année 2007-2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salvatore D’Onofrio, « La parenté spirituelle. Parcours anthropologiques et historiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 626-627.

Référence électronique

Salvatore D’Onofrio, « La parenté spirituelle. Parcours anthropologiques et historiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18965

Haut de page

Auteur

Salvatore D’Onofrio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals