Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Les conditions de l’enquête de terrain pour un anthropologue « audiovisuel »

Christian Lallier
p. 628-629

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Christian Lallier, professeur associé à TENS-LSH, Lyon

1Le séminaire a proposé une approche théorico-pratique de l’observation filmée des relations sociales, en tant que cette pratique filmique constitue une forme de propédeutique à la réalisation documentaire dans une perspective ethnographique. Chaque séance durait quatre heures : le temps nécessaire pour développer un examen approfondi des conditions épistémologiques et méthodologiques du rapport filmant-filmé, tout en se consacrant à des exercices pratiques de tournage ou de montage. Les premières séances ont permis de définir en quoi filmer l’autre procède d’une relation sociale singulière : cela suppose, tout d’abord, que l’observateur-filmant accepte de se mettre en représentation avec son équipement technique de tournage, vis-à-vis de ceux qu’il représente. Dès lors, le rapport filmant-fimé repose sur un jeu de dénégation où tout se passe comme si – pour les personnes filmées – la caméra n’était pas présente et, pour l’observateur-filmant, comme si sa présence n’était pas incongrue. En prolongement à ce cadre théorique, les étudiants ont expérimenté le rapport filmant-filmé en s’exerçant à la prise de vue et la prise de son de leurs échanges respectifs.

2À l’issue de ces premiers acquis, il convenait d’établir l’objet même de l’observation filmée : en effet, il ne s’agit pas simplement d’enregistrer avec une caméra la représentation d’une situation sociale – telle qu’elle pourrait être reconstituée par une mise en scène. Filmer un échange suppose de s’attacher à la circonstance dans laquelle sont engagés les acteurs et par laquelle ils produisent le travail de leurs relations sociales. Afin d’exercer le regard et l’écoute à l’exigeante attention qu’implique l’« observation filmante », les étudiants se sont entraînés à filmer un espace urbain (le carrefour du boulevard Raspail et de la rue Notre-Dame-des-Champs), en essayant de décrire les micros-actions qui se jouaient dans le flux apparent des multiples circulations. Les étudiants devaient ainsi catégoriser l’espace en des formes observables et représentables.

3Fort de ces apprentissages, une séance entière fut consacrée au tournage de relations marchandes. Répartis par équipe de deux ou trois personnes, les étudiants devaient se faire accepter dans un des nombreux magasins de la rue Vavin, afin de rendre compte d’une circonstance de transactions entre clients et vendeurs. Ils devaient également mettre en évidence le rapport entre l’espace marchand et l’espace urbain, notamment à travers le seuil et la façade du magasin. Cette expérience de tournage fut une étape décisive de ce séminaire. Elle permit aux étudiants de percevoir et d’éprouver – d’une manière effective – en quoi filmer l’autre résultait bien d’une compétence interactionnelle : ils apprenaient à maintenir une relation de face-à-face avec celui ou celle qu’il représentait, sans qu’ils puissent justifier de leur présence par une demande ou la formulation d’un échange verbal. Les séquences filmées, réalisées lors de ce tournage (rushes), furent utilisées pour les exercices de montage. Cette nouvelle phase du séminaire a permis d’aborder la construction du récit documentaire par l’agencement des échanges filmés : on a pu ainsi constater que le montage relevait davantage d’un processus d’expertise, que d’un simple jeu de construction, s’apparentant en l’espèce à une forme d’« ethnographie combinatoire » ou « jurisprudentielle » selon la notion proposée par Nicolas Dodier et Isabelle Baszanger. Ce séminaire se consacra également aux conditions juridiques de l’ethnographie filmée, en examinant notamment les textes et les applications du droit à l’image et du droit d’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lallier, « Les conditions de l’enquête de terrain pour un anthropologue « audiovisuel » », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 628-629.

Référence électronique

Christian Lallier, « Les conditions de l’enquête de terrain pour un anthropologue « audiovisuel » », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18967

Haut de page

Auteur

Christian Lallier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals