Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Sociologie du travail professionnel

Florent Champy
p. 632-633

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Florent Champy, chargé de recherche au CNRS

1L’objectif de ce séminaire était de tenter de développer une approche compréhensive du travail professionnel prenant en compte les apports de traditions de recherches souvent considérées à tort comme opposées, et accordant une attention particulière aux relations que le travail entretient avec un ensemble de problématiques classiques de la sociologie des professions : celles des marchés, de la commande, de l’enseignement ou encore de la segmentation. Ce projet de recherche mettant la question des logiques de choix dans le travail au centre de l’étude des professions, où elle occupe aujourd’hui une place secondaire à côté d’approches ethnographiques plus fréquentes, trouve son origine dans le constat d’apories dues à l’opposition de deux ensembles d’approches qui devraient être complémentaires : d’une part celles qui insistent sur l’unité des professions et la stabilité de leur culture au cours du temps (notamment les approches fonctionnalistes) et d’autre part celles qui mettent l’accent sur la diversité des pratiques et sur le changement (approches des interactionnistes et de nombreux sociologues contemporains, notamment en France). Si les premières se sont souvent intéressées au sens de l’activité, elles en ont donné une vision trop rigide. Les secondes ont en revanche perdu toute ambition de compréhension des spécificités du fait professionnel, ambition considérée comme illégitime du fait de l’irréductible diversité des pratiques. Il s’agissait donc tout à la fois d’identifier les apports des différentes traditions de recherche, de comprendre les raisons de l’absence de dépassement de leur opposition, et d’entreprendre un travail analytique à partir de ressources théoriques et empiriques pouvant ouvrir des pistes pour un tel dépassement.

2Le séminaire a débuté par la présentation des principaux acquis de recherche des deux ensembles de traditions citées ci-dessus, et celle du diagnostic sur les apories de la sociologie contemporaine des professions. Puis les séances suivantes ont été consacrées aux outils théoriques disponibles pour tenter de résoudre notre problème. Les travaux d’auteurs classiques comme Parsons, Hughes, Strauss, Abbott et Schön ont ainsi été présentés et discutés, et des séances ont été consacrées à des concepts dont l’usage a connu des glissements en sociologie des professions et qui nécessitent une nouvelle clarification : culture, identité et segment. Les tentatives de réflexion à partir d’objets ont été centrées sur l’architecture, à partir d’une recherche originale en cours, ainsi que, sur une base bibliographique, sur des objets plus souvent étudiés par les sociologues des professions : enseignement, médecine, police, économie de la santé. Il s’agissait, notamment dans le cas de l’architecture, de prendre appui sur la complexité de l’objet pour faire jouer les ressources théoriques de la sociologie des professions en sorte de penser ensemble l’unité d’une culture, entendue ici comme un ensemble de valeurs et de ressources (savoirs, savoir-faire) pour le travail, la diversité des pratiques des membres de la profession et le changement sur le marché de la commande, dans le travail et dans la culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Champy, « Sociologie du travail professionnel », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 632-633.

Référence électronique

Florent Champy, « Sociologie du travail professionnel », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18976

Haut de page

Auteur

Florent Champy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals