Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Philosophie et épistémologie

Théorie cognitive et sociale de l’argumentation

Alban Bouvier
p. 639-640

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Alban Bouvier, professeur à l’Université Aix-Marseille-I

1Dans la première partie du séminaire, nous nous sommes attaché à montrer comment la théorie de l’argumentation était une partie ou un sous-domaine de l’épistémologie sociale ou théorie sociale de la connaissance (social epistemology) et que celle-ci gagnait elle-même à être intégrée à la théorie des croyances collectives telle qu’elle est développée dans la théorie du choix rationnel élargie (Le. notamment non restreinte à la rationalité maximisatrice).

2Pour ce faire, nous avons commencé par faire un inventaire raisonné des théories de l’argumentation stricto sensu depuis la fin des années 1950 jusqu’à nos jours. Nous avons resitué par rapport à ces théories de l’argumentation stricto sensu, d’un côté les présentations atypiques de la logique classique, de l’autre la conception « argumentativiste » de la langue de Ducrot et Anscombre.

3L’épistémologie sociale « naturalisée », au sens d’Alvin Goldman (Knowledge in a social world, 1999), suggère un cadre unificateur pour ces recherches dispersées. Elle commande aussi qu’une mise en forme pertinente des normes d’une bonne argumentation (au sens à la fois logique, éthique et pragmatique) soit effectuée en lien avec une connaissance précise des mécanismes effectifs de l’argumentation et de la persuasion. Cette ligne directrice (la « naturalisation » en un sens très modéré) invite ainsi à convoquer notamment la psychologie cognitive et la psychologie sociale, ainsi que la psycholinguistique et la pragmatique linguistique des phénomènes énonciatifs et textuels concomitants.

4L’épistémologie sociale a été elle-même intégrée à une théorie des croyances collectives, dont on a présenté une forme integrable à la théorie du choix rationnel étendue : si on prétend justifier ses croyances ou ses actions par une argumentation, c’est que l’on prétend être rationnel. Cette entreprise requiert aussi une version de l’individualisme méthodologique passablement aménagée.

5La deuxième partie du séminaire a consisté en la présentation d’un nouveau cadre d’analyse des argumentations, qui distingue des modèles simples et des modèles complexes. Les premiers reposent sur une conception purement individualiste de l’argumentation (laquelle, par abstraction méthodologique, se soucie exclusivement de ce qui se passe dans l’esprit d’un seul individu – celui qui argumente ou celui pour qui on argumente). Les modèles dits « complexes » réintroduisent en un premier temps les interactions entre les individus et en un second temps les groupes auxquels appartiennent les individus.

6Parmi les modèles simples, nous avons mis notamment en évidence différents modèles de catégorisation et leurs liens avec différents types de raisonnements et montré la pertinence de ces distinctions sur l’exemple de débats au XVIIIe siècle concernant la légitimité du prêt à intérêt. Nous avons montré ensuite, concernant le rôle des processus d’attention et de mémorisation, le lien entre ceux-ci et l’organisation énonciative des énoncés et montré la pertinence de cette approche pour expliquer, d’un côté, la constitution de la vulgate cartésienne, de l’autre l’existence de versions très sensiblement différentes du calvinisme. Nous nous sommes attaché enfin à montrer la pertinence la distinction entre le cognitif stricto sensu et l’épistémique puis, dans l’épistémique, entre deux notions de croyance (belief/acceptance [J. Cohen]), en étudiant notamment des exemples empruntés à l’histoire des sciences.

7L’exposition des modèles complexes a consisté essentiellement à présenter, d’une part, les concepts de polyphonie et de dialogisme (M. Bakhtine, O. Ducrot, M. Beller ; exemples empruntés à la Bible et à la structure des écrits de Copernic et Galilée), d’autre part les concepts de collective acceptance (R. Tuomela) et de joint commitment (M. Gilbert) en montrant leur pertinence sur des exemples empruntés à l’histoire des sciences (phénomènes d’école) et à un débat public « participatif » type « loi Barnier 1995 ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Bouvier, « Théorie cognitive et sociale de l’argumentation », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 639-640.

Référence électronique

Alban Bouvier, « Théorie cognitive et sociale de l’argumentation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18986

Haut de page

Auteur

Alban Bouvier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals