Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Signes, formes, représentations

Les représentations de la Restauration dans les œuvres de Chateaubriand et Hugo

Bernard Degout
p. 641-642

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Bernard Degout, directeur adjoint de la Maison de Chateaubriand

1L’interprétation qui assimile, depuis 1830, le romantisme au libéralisme est si généralement admise aujourd’hui, et l’opposition entre le royalisme et le libéralisme nous paraît avec la distance si claire, si tranchée, que l’on ne comprendrait guère ce moment particulièrement brillant de l’histoire littéraire et politique de la Restauration que fut le moment du romantisme royaliste si Sainte-Beuve ne nous avait expliqué que ses (jeunes) protagonistes se sont trompés sur eux-mêmes, qu’ils ont mal interprété leur inspiration tout comme ils se sont mépris sur la réalité profonde du régime ; leurs yeux n’auraient commencé à être dessillés qu’à partir du renvoi du ministère des Affaires étrangères de celui qui était leur grand homme bien qu’il fût descendu du Ciel de la poésie (Vigny) pour la politique. Hugo aurait été une parfaite illustration de cette thèse : le ci-devant « véritable poète du parti ultra » (Stendhal dixit) n’affirma-t-il pas, en 1830, que « le romantisme, tant de fois mal défini, n’est, à tout prendre, et c’est là sa définition réelle, que le libéralisme en littérature ».

2On a tenté de montrer que cette thèse n’était pas aussi simple à soutenir qu’elle le paraît à première vue. À déplier l’interprétation du romantisme proposée par Sainte-Beuve au lendemain de Juillet, à la rapporter à son attitude vis-à-vis de Hugo et de Chateaubriand, on voit que l’éminent critique n’était en aucun cas un commentateur désintéressé de cette question, mais qu’au contraire son interprétation est marquée par une volonté de mettre la poésie sur de nouveaux rails. L’étude complémentaire de l’usage du terme dans un certain nombre de documents contemporains (presse, mémoires) ainsi que la lecture des brillants articles dans lesquels Armand Carrel contesta, dans les colonnes du tout jeune National (mars 1830), la récente revendication du libéralisme par Hugo ont été alléguées afin de soutenir que le terme de « libéralisme » était à l’époque rien moins qu’univoque.

3Un autre détour par les travaux de la prestigieuse, florissante et très royaliste Société des Bonnes-Lettres, à la tribune de laquelle s’illustra Hugo et d’où un académicien fulmina la première condamnation officielle du romantisme (décembre 1823), ainsi que la prise en considération de l’ardeur avec laquelle les jeunes auteurs incriminés – qui n’étaient pas des sots – tentèrent de convaincre leurs « amis » politiques de cesser de les disqualifier par le sobriquet infamant de « romantique », nous a conduit à préciser notre hypothèse en avançant que l’assimilation du romantisme au libéralisme, c’est-à-dire à « l’acceptation de la société issue de la Révolution » (R Bénichou), masque habilement, c’est-à-dire masque et révèle à la fois, une autre question, celle de la relation à l’histoire.

4Exclu comme tel, le romantisme royaliste aurait en d’autres termes mis en jeu ou eu pour enjeu profond une relation particulière à l’histoire, une conception postrévolutionnaire mais Incompatible simplement avec l’acceptation de la société postrévolutionnaire, une conception « royaliste » mais non simplement « contre-révolutionnaire », liée en tout cas à une histoire désormais magnifiquement problématique.

5L’œuvre de Chateaubriand constituant pour ces jeunes gens une référence constante, on est remonté à son Essai sur les Révolutions et au jeu remarquable de métaphores par lequel l’émigré y pose la question centrale de la relation perdue avec l’histoire du fait de la Révolution. Cette même question, on l’a suivie au principe du récit qu’il publia de son voyage en Orient, ainsi que dans l’hésitation ultérieure entre écriture de l’histoire (histoire « morte » et histoire « vivante ») et écriture de soi (Mémoires). On continuera l’an prochain à creuser l’hypothèse que ce battement est logé au cœur de la poésie romantique royaliste dite « de circonstances » ; on envisagera ce qu’il en résulte pour le sujet face à des événements comme le sacre de Charles X ou la révolution de Juillet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Degout, « Les représentations de la Restauration dans les œuvres de Chateaubriand et Hugo », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 641-642.

Référence électronique

Bernard Degout, « Les représentations de la Restauration dans les œuvres de Chateaubriand et Hugo », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18988

Haut de page

Auteur

Bernard Degout

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals