Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes -CEBNHSEE

Jean-Pierre Arrignon
p. 666-667

Texte intégral

Jean-Pierre Arrignon, professeur à l’Université d’Artois

Littérature byzantine et slave

1La Chronique des Temps passé a constitué notre thème de recherche tout au long de l’année. Quel objectif a pu se fixer le chronographe de l’histoire de la Rus’ de Kiev, quelle place a-t-il cherché à donner à la Rus’ dans une histoire universelle qui commence à la Création ! Quels événements a-t-il retenus de l’histoire primitive de la Rus’. Cette démarche a rapidement permis de comprendre que le texte russe de la fin du XIe-début XIIe siècle est un texte fortement politique. L’auteur a d’abord cherché à placer les Russes dans l’héritage de Japhet : « À Japhet, échurent les pays septentrionaux et occidentaux[...] Le territoire s’étend vers le Nord, jusqu’au pont et comprend le Danube, le Dnestr, les monts du Caucase, la Dvina, le Volkhov, la Volga[...] Dans la partie de Japhet se trouvent les Russes, les Tvhoudes et tous les païens. De la descendance de Japhet sont issus les Varègues, les Suédois, les Normands, les Gots, les Russes, les Angles, les Galiciens, les Vlakhs, les Allemands, les Francs et d’autres encore » Ainsi comme on le voit c’est avec beaucoup d’habileté que le chroniqueur insère les Russes parmi les peuples issus de la descendance de Japhet. Les Russes se trouvent ainsi apparentés à l’ensemble des peuples bibliques. Puis, il poursuit : « Après la destruction de la tour [de Babel] et la division des langues, les fils de Sem s’installèrent dans les contrées orientales et les fils de Cham dans les contrées méridionales ; les fils de Japhet s’installèrent dans les contrées occidentales et septentrionales. Parmi ces 72 nations, il y avait la notion slave de la tribu de Japhet, que l’on appelle aussi Noriques et qui sont des Slaves.

2Après de nombreuses années, les Slaves s’installèrent sur le Danube, là où se trouve aujourd’hui le pays des Hongrois et des Bulgares. C’est de là que les Slaves se sont répandus sur la terre et qu’ils ont pris leurs noms à partir des lieux sur lesquels ils se sont installés. Ainsi ceux qui s’installèrent le long de la rivière Morava, prirent le nom de Moraves, et d’autres prirent le nom de Tchèques. Et voici ceux qui sont encore des Slaves : les Croates blancs, et les Serbes, les Khoroutanes. Quant aux Vlaques qui avaient marché contre les Slaves installés sur le Danube, et s’étaient établis au milieu d’eux, et les avaient opprimés, ces Slaves partirent et s’établirent sur la Vistule et prirent le nom de Liakhs. Parmi ces Liakhs, les uns s’appelèrent Polianes, d’autres Lusaciens, d’autres Mazoviens, d’autres Pomoriens. Des Slaves partirent aussi s’installer sur le Dnepr et s’appelèrent aussi Polijanes, et d’autre, parce qu’ils habitaient dans les forêts ; d’autres qui vivaient entre le Pripet et la Dvina, s’appelèrent Drégovitches ; d’autres qui vivaient le long de la Dvin s’appelèrent Polotchanes du nom de la rivière, appelée Polota, qui se jette dans la Dvina ; quant aux Slaves qui vivent près du lac Il’men, ils conservèrent leur nom et fondèrent une ville qu’ils appelèrent Novgorod. Et d’autres s’établirent le long de la Desna, de la Sem et de la Soula et s’appelèrent Sévériens. C’est ainsi que s’est répandu le peuple slave et son écriture s’appelle slave. »

3Cette démarche s’est avérée extrêmement productive et a montré combien le Chronographe a veillé avec soin à faire des peuples slaves et des Russes des héritiers de la tradition biblique. Les Russes ne se différencient pas des autres peuples ; ils sont eux aussi porteurs de la Révélation. Cette étude a été poursuivie sur l’approche néotestamentaire et également historique ; elle montre que les Russes sont de même porteurs de la Révélation néotestamentaire et que leur capitale Kiev a la mission de rassembler autour d’elle l’héritage chrétien qu’ils ont hérité des Révélations biblique, évangélique par l’intermédiaire de Constantinople qu’ils prolongent vers le nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Arrignon, « Centre d’études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes -CEBNHSEE », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 666-667.

Référence électronique

Jean-Pierre Arrignon, « Centre d’études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes -CEBNHSEE », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19019

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals