Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud – CEIAS

Jean-Luc Racine
p. 667-669

Texte intégral

1Le Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud a organisé cette année cinq séminaires. Dans « Le doute méthodologique et philosophique dans la pensée brahmanique », Michel Angot a étudié le vocabulaire du doute et la place que celui-ci occupe dans la méthode de Shankara, un théologien, et de Vâtsyâyana, un philosophe.

2Marie-Claude Mahias, directrice de recherche au CNRS, dans « Anthropologie des techniques en Asie du Sud : techniques, objets et savoirs », a présenté les concepts fondamentaux et les outils méthodologiques permettant d’étudier les faits techniques indiens dans une perspective ethnologique, s’attachant à montrer que les techniques n’existent pas indépendamment des rapports entre les hommes et les femmes, et du sens que ceux-ci leur donnent.

3Denis Matringe, directeur de recherche au CNRS, dans « Cultures de l’islam indien jusqu’en 1947 », a abordé la question des rapports entre organisation sociale, religion, coutume et droit chez les musulmans de l’Inde du Nord au XIXe siècle à partir des minutes d’un procès opposant, dans une casbah du Malwa, deux groupes sur des questions de préséance dans les processions de muharram.

4Frédéric Landy, maître de conférences à l’Université Paris-X, Loraine Kennedy et Blandine Ripert, chargées de recherche au CNRS, dans « Dynamiques socioéconomiques et spatiales en Asie du Sud », ont examiné les tendances récentes du changement en Asie du Sud, dans son contexte politique, économique et aussi ses implications sociales ainsi que ses différenciations spatiales, à différentes échelles. Le séminaire de Jean-Luc Racine « L’Inde émergente dans la mondialisation. Logiques internes. Logiques externes » fait l’objet d’un résumé séparé.

Jean-Luc Racine, directeur de recherche au CNRS

L’Inde émergente dans la mondialisation. Logiques internes, logiques externes

5Le séminaire, conduit de décembre 2006 à juin 2007, a cherché à éclairer diverses dimensions de la montée en puissance de l’économie indienne, depuis la politique de libéralisation mesurée mise en place en 1991. Menée dans un contexte international où l’émergence de l’Inde devient un fait reconnu (la traduction récente d’essais d’auteurs indiens sur ce thème et la publication d’ouvrages de consultants français sur le même sujet sont un bon témoignage de ce nouveau regard), l’analyse a porté sur trois axes principaux.

6Nous avons abordé en premier lieu la logique des réformes et leurs modes de mise en œuvre graduée. Nous avons dressé en second lieu un bilan des réformes en termes de nouvelles dynamiques, aussi bien en interne (croissance de 8 % désormais) qu’en externe (visibilité accrue des entreprises indiennes à l’étranger, y compris dans les pays industrialisés). Nous avons souligné en troisième lieu la permanence de sérieux défis sociaux, en matière d’emploi, de pauvreté de masse et d’inégalités : une question qui renvoie au débat qui s’aiguise sur la pertinence des indicateurs de mesure de la pauvreté. À chaque fois, les dimensions politiques ont été prises en compte, puisqu’elles sont essentielles dans un pays qui vote très régulièrement, et où la coalition au pouvoir, qui prône une « croissance inclusive » au bénéfice de tous, est soutenue par un front de gauche communiste. Celui-ci veille avec succès à limiter les réformes sur deux plans principaux : empêcher toute modification du droit du travail (au seul bénéfice des 10 % de travailleurs du secteur « formel ») et s’opposer à la privatisation, partielle ou non, d’entreprises du secteur public. Ce qui n’empêche pas les communistes d’être aux prises, dans l’État du Bengale occidental qu’ils gouvernent, avec la paysannerie opposée à la création, sur des terres arables, de vastes zones économiques spéciales, enclaves d’industries et de services visant le marché étranger.

7Sur le plan international, on a souligné la double ligne de New Delhi : d’une part, maintenir un axe sud-sud pour continuer à réclamer, au sein de l’Organisation mondiale du commerce, des concessions des États-Unis et de l’Union européenne en matière de soutiens à leurs agriculteurs, forme de protectionnisme déguisé ; de l’autre un rapprochement marqué avec les États-Unis, George W. Bush ayant réussi à modifier, fin 2006, la loi américaine pour permettre de vendre à l’Inde des technologies nucléaires avancées, bien que New Delhi n’ait pas signé le Traité de non-prolifération. Les aléas de ce projet d’accord, non entériné par l’Inde qui s’oppose à certains amendements du Congrès américain, et la politique parallèle de normalisation des relations avec la Chine ont permis d’évoquer les synergies entre la géopolitique indienne et l’économie politique du pays et entre question énergétique et questions stratégiques.

8L’organisation, avec des collègues du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud, de la « Journée du Centre » sur « L’expérience indienne des réformes », à l’EHESS, fin novembre 2006, et l’organisation, dans le cadre de la Fondation MSH, d’un colloque franco-indien sur le thème « The Rediscovery of India » début juin 2007 ont en quelque sorte encadré le déroulement de ce séminaire annuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Racine, « Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud – CEIAS », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 667-669.

Référence électronique

Jean-Luc Racine, « Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud – CEIAS », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19020

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Racine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals