Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Histoire économique des États-Unis, XVIIIe-XIXe siècles

Pierre Gervais, Romain Huret et Sara Le Menestrel
p. 673-675

Texte intégral

Pierre Gervais, maître de conférences à l’Université Paris-VIII

1Le séminaire était conçu avec un triple but : introduire les grands débats en histoire économique des États-Unis dans la période visée d’une part, explorer des pistes nouvelles de réflexion sur l’économie du XVIIIe siècle et la période de la transition au capitalisme industrielle d’autre part, et troisièmement fournir un début d’initiation à l’utilisation de la comptabilité d’entreprises individuelles, une source quantitative moins connues que les séries agrégées habituelles et utilisables en microéconomie. Le projet unificateur de ces trois directions était l’exploration d’une vision microéconomique, à niveau de l’agent économique individuel, avec une réflexion sur les stratégies et les mentalités de cet agent, sans perdre pour autant de vue la nécessité d’inclure ce niveau individuel dans les problématiques de réseau développées ces dernières années, en particulier autour de l’histoire atlantique.

2En pratique, les thèmes abordés ont été les suivants : 1) les particularités de l’histoire économique américaine ; 2) économie morale et économie de marché : les campagnes au XVIIIe siècle ; 3) l’histoire atlantique ; 4) l’histoire néoinstitutionnaliste ; 5) la transition au capitalisme industriel. Ces cinq thèmes couvraient les principaux débats d’histoire économique portant sur les attitudes des agents économiques dans la période.

3En alternance, trois séances ont porté sur l’emploi des sources : 1) histoire quantitative : construction de données et modélisations, présentée par Jean Heffer ; 2) l’entreprise prémoderne et sa comptabilité, introduction générale ; 3) l’entreprise prémoderne et sa comptabilité, travaux pratiques.

Romain Huret, maître de conférences à l’Université Lyon-II

L’antiétatisme aux États-Unis à l’époque contemporaine

4Ce séminaire inaugure un cycle sur l’antiétatisme américain à la période contemporaine. L’objectif était de faire le point sur la bibliographie existante dans le champ des sciences sociales. Les séances ont démontré la permanence d’une lecture psychologique de l’antiétatisme, cantonnée à des groupes sociaux en voie de marginalisation économique et/ou politique (pauvres, ouvriers, femmes). Cette perspective bibliographique s’est accompagnée d’une volonté de mieux comprendre la chronologie de l’antiétatisme américain. En se fondant sur les récentes recherches dans le domaine de l’État américain, le séminaire s’est intéressé à l’invention d’une tradition antiétatique à la fin du XIXe siècle. Cette invention a été imposée par des groupes sociaux, particulièrement bien intégrés dans le pays, notamment les hommes d’affaires. Enfin, le séminaire s’est conclu par une recherche sur la permanence d’une lutte antifiscale aux États-Unis. Un bilan historiographique a rappelé la faiblesse des études sur la fiscalité. Le cas échéant, elles sont porteuses d’une lecture mythique, rappelant l’origine antifiscale et héroïque de la République américaine. Le séminaire s’est achevé par la présentation des mobilisations locales contre l’État fiscal, détaillant les stratégies technique et politique de mobilisation.

Sara Le Menestrel, chargée de recherche au CNRS

Musique, catégorisations et stéréotypes sociaux en Louisiane

5Ce séminaire a consisté à analyser les processus de différenciation et de hiérarchisation en jeu dans les pratiques et les jugements musicaux des Franco-Louisianais. Une première séance a consisté à présenter l’approche adoptée dans l’étude de la musique et de ses usages sociaux. La musique est entendue comme une pratique sociale et il s’agit d’analyser la façon dont elle est mobilisée dans les rapports sociaux et quels enjeux elle représente. Elle joue un rôle clé dans la reproduction des stéréotypes sociaux (pratiques de discrimination, clivages sociaux, hiérarchies sociales, préjugé de race, de classe), eux-mêmes déterminants dans la formation des préférences et des jugements musicaux. Les paradoxes du genre « populaire » et les différentes perceptions qu’il recouvre ont été également abordés.

6Les séances suivantes ont mis au jour les dialectiques en jeu dans la construction du répertoire franco-louisianais en explorant la musique française, la musique cadienne, le zydeco et le jazz. En Louisiane, les artistes et intellectuels locaux ont ces dernières décennies multiplié leurs efforts pour valoriser les échanges entre Cadiens et Créoles dans la construction d’un répertoire franco-louisianais commun, tout en légitimant la différence des deux groupes par des catégorisations musicales fondées sur leurs origines distinctes. Toutefois, l’inscription dans une tradition spécifique – créole ou cadienne – n’entre pas en contradiction avec la mise en avant de la créativité individuelle, répondant à une stratégie de reconnaissance. La définition du répertoire franco-la s’appuie sur la construction d’une mythologie régionale qui aboutit à l’occultation de deux éléments déterminants de l’héritage local : le jazz rural très présent dans la première moitié du XXe siècle et le rôle de l’espace urbain dans le développement et la diffusion du répertoire franco-louisianais. La revendication d’une origine rurale confère au répertoire franco-louisianais une simplicité, un caractère informel et convivial jugés garants de son « authenticité », tandis qu’elle occulte les nombreuses discordances esthétiques en jeu entre ceux qui se réclament d’un style dit traditionnel, fidèle aux pionniers du genre, et ceux qui lui préfèrent les influences de la country and western – pour la musique cadienne – du rythm and blues, du funk, du rock et de la soul – pour le zydeco – s’accommodant d’une démarche commerciale et aspirant à gagner un large auditoire. On assiste ainsi à une mise en abîme des hiérarchies et des stéréotypes qui se font continuellement écho, entretenant une relation dialectique avec les représentations inclusives revendiquées. Les représentations essentialistes mobilisant notamment la notion de race et l’origine rurale résultent d’un va-et-vient, d’une négociation incessante entre l’effacement et la réitération des distinctions sociales. Le terrain louisianais invite ainsi à repenser certaines oppositions et à situer les pratiques musicales dans les interstices entre le rural et l’urbain, entre les revendications de tradition et de métissage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gervais, Romain Huret et Sara Le Menestrel, « Histoire économique des États-Unis, XVIIIe-XIXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 673-675.

Référence électronique

Pierre Gervais, Romain Huret et Sara Le Menestrel, « Histoire économique des États-Unis, XVIIIe-XIXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19025

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals