Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA

Falk Bretschneider, Alexandre Escudier, Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Michael Werner, Christine Lebeau, Marie-Louise Pelus-Kaplan, Patrice Veit et Jean-Louis Georget
p. 687-689

Texte intégral

Falk Bretschneider, ATER
Alexandre Escudier, chargé de recherche à la FNSP
Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Michael Werner, directeurs d’études
Christine Lebeau, professeur à l’Université Paris-I
Marie-Louise Pelus-Kaplan, professeur à l’Université Paris-VII
Patrice Veit, directeur de recherche au CNRS

Les mots de l’histoire : historiens allemands et français face à leurs concepts et à leurs outils

1Pendant l’année, le CRIA a poursuivi le séminaire collectif « Les mots de l’histoire », avec le soutien de la Mission historique française en Allemagne et du CIERA. La démarche consiste à faire éclairer, lors de séances d’une demi-journée, des concepts historiographiques centraux par deux exposés, « français » et « allemand », et de discuter les rapports entre mots sources et concepts analytiques en croisant les regards des deux traditions historiographiques. Ont été traités en cours d’année : Empire/Reich » ; Discipline, disciplinarisation, Disziplinierung ; Individu, individuation, Individualisierung ; Image, Bild ; Säkularisierung, sécularisation ; Öffentlichkeit, espace public ; Hof, cour ; Histoire universelle, Weltgeschichte, Universalgeschichte. Christian Windler (Berne), Sabine Ullmann (Eichstätt), Peter Spierenburg (Rotterdamm), Marie-Thérèse Mourey (Paris-IV), Robert Muchembled (Paris-XIII), Claudia Ulbrich (Berlin), Dominique logna-Prat (CNRS), Andrea von Hülsen-Esch (Düsseldorf), Jean-Claude Schmitt, Élisabeth Décultot (CNRS), Lucian Hölscher (Bochum), Philippe Boutry, Sylvie Le Grand-Ticchi (Paris-X), Patrick Boucheron (Paris-I), Nicolas Offenstadt (Paris-I), Rudolf Schlögl (Constance), Mark Hengerer (Constance), Nicolas Leroux (Paris-IV), Werner Paravicini (IHA Paris) et Hartmut Bergenthum (Berlin) ont contribué à animer les séances.

Jean-Louis Georget, maître de conférences à l’Université Paris-XIII

L’Allemagne et l’Europe centrale à l’épreuve de la Volkskunde : aux fondements de la Volkskunde

2La première séance a porté sur la question des origines de la Volkskunde au XVIIIe siècle. L’histoire traditionnelle de la discipline enracine l’ethnologie allemande dans la tradition tardive des Lumières en s’appuyant pour ce faire sur l’œuvre de Justus Möser. Or il s’avère que cette chronologie apparaît comme reconstituée a posteriori. Pourtant, la mise en exergue du penseur d’Osnabrück souligne les relations étroites qui existent entre l’ethnologie allemande qui ne se pense pas encore comme telle et les sciences camérales qui en forment le socle.

3Le second cours traitait de Wilhelm Heinrich Riehl en tant que fondateur ou fossoyeur de la Volkskunde. La figure du père fondateur de l’ethnologie allemande, mise à l’honneur par V. von Geramb et A. Spamer dans les années de l’entre-deux-guerres, a connu depuis les années 1970 un sort inégal, oscillant entre condamnation rédhibitoire lors des débats récurrents sur l’histoire de la discipline provoqués par l’école de Tübingen et réhabilitation relative depuis les années 1990. Ce rôle est un reflet de son œuvre ambiguë, largement conditionnée par les époques successives de sa réception et de son instrumentalisation.

4La troisième heure portait sur le tournant du siècle et le pénible processus d’institutionnalisation de la Volkskunde. Dans une période où l’ensemble des sciences de la culture en Allemagne sont traversées par les courants forts que sont les philosophies vitalistes et l’historisme, celle-ci peine à s’imposer. Elle est avant tout portée par les nombreuses associations d’amateurs passionnés, qui lui donnent contenu et substance. Mais elle ne réussit que tardivement son inscription dans le paysage universitaire allemand puisqu’il faut attendre le début des années 1920 pour qu’elle devienne visible. C’est à cette époque que les regards se tournent vers le germaniste Hans Naumann, dont le livre Les principes de la Volkskunde engendre une vive polémique parmi ses pairs.

5Le séminaire consacré à la Volkskunde nationale-socialiste s’est attaché à montrer combien la part de pensée organiciste contenue dans les préceptes flous de l’ethnologie allemande lui a permis d’être récupérée dans le sinistre ministère Rosenberg. Elle va devenir le lieu où doivent s’élaborer les règles du vivre ensemble fasciste et de la définition d’une germanité qui déborde largement les frontières de l’Allemagne, comme le montre la fameuse expédition du Tyrol à partir de 1939. Après l’effondrement de l’Allemagne nazie, le débat des années 1950 opposera les partisans de la culpabilité de la discipline devant conduire à sa disparition et les tenants de la théorie des deux voies. Pour ces derniers, la Volkskunde nazie avait coexisté avec une ethnologie allemande ayant poursuivi dans une voie plus classique.

6Il fallut pourtant attendre les années 1970 et l’école de Tùbingen, thème de la dernière réflexion de l’année, pour que soit posée la question du degré de compromission réelle de la discipline. Une thèse de W. Emmerich, étudiant d’Hermann Bausinger à l’institut Ludwig Uhland de l’université de Tübingen, allait retracer le dévoiement de la discipline pendant le IIIe Reich. Les réactions furent nombreuses, allant du déni radical à l’adhésion totale aux idées défendues par le livre. Ce débat salutaire a été relayé par une question concomitante : quel est l’avenir d’une discipline, qui après avoir connu des débuts laborieux, est désormais soumise à un processus de banalisation continu sous la pression de l’anthropologie anglo-saxonne ? L’Incertitude de sa dénomination (sciences empiriques de la culture à Tùbingen, ethnologie européenne à Berlin ou tout simplement Volkskunde à Munich) est l’un des indices de l’autoréflexion qu’elle a de nouveau entreprise sur les raisons de son existence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Falk Bretschneider, Alexandre Escudier, Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Michael Werner, Christine Lebeau, Marie-Louise Pelus-Kaplan, Patrice Veit et Jean-Louis Georget, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 687-689.

Référence électronique

Falk Bretschneider, Alexandre Escudier, Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Michael Werner, Christine Lebeau, Marie-Louise Pelus-Kaplan, Patrice Veit et Jean-Louis Georget, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19043

Haut de page

Auteurs

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Alexandre Escudier

Articles du même auteur

Wolfgang Kaiser

Articles du même auteur

Pierre Monnet

Articles du même auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Christine Lebeau

Articles du même auteur

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Articles du même auteur

Patrice Veit

Articles du même auteur

Jean-Louis Georget

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals