Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Programme de recherches Interdisciplinaires « Études britanniques » – PRIEB

Laura Lee Downs, Philippe Minard et Clarisse Berthezène
p. 713-715

Texte intégral

Laura Lee Downs, Philippe Minard, directeurs d’études
Clarisse Berthezène, maîtresse de conférences à l’Université Paris-VII

Qu’est-ce que la Britishness ?

1Notre séminaire a poursuivi et développé sa réflexion, entamée l’année précédente, sur la nature de cet ensemble qu’il faudrait d’emblée définir, dans sa dimension européenne au moins, comme « britannique et irlandais ». Ce développement s’est appuyé sur une forte interdisciplinarité. En effet, les interrogations historiques et historiographiques sur la nature de la Britishness, ou plutôt aujourd’hui sur l’identité du British subject, sont aussi celles de l’ethnologie at home depuis le travail fondateur sur un village du pays de Galles de Ronnie Frankenberg conduit en 1953. Depuis lors, les ethnologues n’ont cessé de s’interroger sur la légitimité d’une anthropologie de la Grande-Bretagne : ainsi les questionnements des historiens rencontrent ceux des ethnologues.

2De la même manière, comme le montre le débat constitutionnel depuis l’installation au pouvoir du New Labour, avec la dévolution de compétences à des assemblées galloise et écossaise, la dimension composite de l’ensemble britannique et irlandais n’est pas seulement affaire d’historiens des périodes anciennes. Ainsi, le concept de Britishness représente un enjeu politique pour les différents partis. Les querelles entre les Little Englanders et les partisans d’une Greater Britain dans les années 1880 font écho aux débats après 1945 sur le fait que la Grande-Bretagne a « perdu un empire sans trouver de rôle » et après 1973 sur la question de savoir si la Grande-Bretagne fait partie de l’Europe sans pour autant être européenne. Chaque parti politique cherche à être le représentant exclusif de la Britishness, craignant de voir ses adversaires s’emparer du terme avant lui.

3Suivant toutes ces facettes de la question, notre séminaire a donc poursuivi son entreprise de croisement des questionnements disciplinaires et d’extension des perspectives historiques sur la notion de Britishness, afin de nourrir une réflexion plus large sur les « îles Britanniques » comme objet et comme pivot, et sur l’historiographie récente produite autour d’elles.

4Trois directions essentielles ont guidé notre parcours de recherche au cours de cette année : la mise en perspective de différentes visions de l’Empire britannique ; la mise en valeur d’approches et de notions propres ou destinées à favoriser, dans leur époque ou selon leur perspective, l’intelligibilité du fonctionnement des sociétés britanniques dans toutes leurs extensions ; la mise en cause des cadres sociaux et étatiques du Royaume-Uni moderne et contemporain.

5Le questionnement sur les visions de l’Empire prolonge pour une large part la réflexion amorcée l’an dernier sur la « gouvernementalité » dans l’aire impériale. Cette problématique a notamment été explorée dans le cadre de deux après-midi d’étude. À partir du dernier ouvrage de Linda Colley (Université de Princeton), la séance « On Writing and Being Captives » (responsable : Renaud Morieux (Lille-III) ; discutants : Wolfgang Kaiser, Jean-Paul Zuñiga, Renaud Morieux) a permis de discuter la réception et l’impact des mises en récit de la captivité des sujets britanniques dans leur Empire. La séance suivante, « Revolution, Empire, Race : Experiences of British Modernity » (responsable : Jean-Frédéric Schaub ; intervenants : Steven Pincus, Université Yale, Karuna Mantena, Université Yale, Silvia Sebastiani, Université européenne de Florence ; discutants : Robert Mankin, Paris-VII ; Charles Édouard Levillain, IEP de Lille) nous a amenés à réfléchir sur les évolutions à long terme des conceptions de l’Empire.

6Cette séance, par la mise en valeur de l’intervention de considérations raciales dans la transformation des idéologies impérialistes, a également enrichi notre exploration des notions et des approches destinées à rendre intelligible le fonctionnement des mondes britanniques. Notre dernière après-midi d’étude a grandement participé à l’avancement de nos réflexions : sous le titre « Invisible Hands : The European financial crises of 1720 and the origins of self-organiza-tion in the eighteenth Century » (responsable : Laura Lee Downs). intervenant : Dror Wahrman (Université d’Indiana) ; discutants : Colin Jones (Queen Mary College), Dominique Margairaz (Paris-I), Silvia Sebastiani (Institut universitaire européen de Florence), elle a notamment permis d’étudier l’émergence des théories d’auto-organisation dans la Grande-Bretagne et l’Europe du XVIIIe siècle.

7Ici, une place toute particulière doit être faite à la discipline anthropologique. La séance consacrée à « ”L’ethnologie chez soi“ en Grande-Bretagne » (responsable : Sophie Chevalier, Université de Franche-Comté) ; intervenantes : Sophie Chevalier ; Sharon Macdonald (Université de Manchester), Cathrine Degnen (Université de Newcastle) ; Elizabeth Hart (Université de Nottingham), Marilyn Strathern (Université de Cambridge), Gillian Evans (Université de Manchester) ; discutantes : Jeanette Edwards (Université de Manchester), Laura Lee Downs a ouvert les perspectives d’approche de la société et de la culture britanniques en y insérant des clés d’analyse et d’interprétation comme la mémoire ou la parenté.

8Enfin, la thématique de la mise en cause des cadres sociaux et étatiques du Royaume-Uni moderne et contemporain a été l’objet de deux séances. La première, « Autour des Luddites. Bris de machines, économie politique et histoire » (responsable : Philippe Minard ; intervenants : Julien Vincent, François Jarrige et Vincent Bourdeau ; discutants : Philippe Minard, Christian Topalov), nous a replacés dans le contexte des révoltes contre le machinisme et nous a permis de réfléchir à leurs développements, interprétations et appropriations. Le volet institutionnel a été pris en charge par la séance « Autour de l’État en Grande-Bretagne » (responsables et Intervenants : Marc Olivier Baruch, Patrick Le Galès, IEP ; intervenant : Desmond King, Oxford University), consacrée aux origines historiques et aux implications des changements récents et profonds dans l’appareil étatique britannique. Cet axe, comme tous les précédents, est appelé à trouver son prolongement scientifique dans la thématique générale de notre séminaire 2007-2008, centrée sur les rapports entre l’État et la société civile britanniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Lee Downs, Philippe Minard et Clarisse Berthezène, « Programme de recherches Interdisciplinaires « Études britanniques » – PRIEB », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 713-715.

Référence électronique

Laura Lee Downs, Philippe Minard et Clarisse Berthezène, « Programme de recherches Interdisciplinaires « Études britanniques » – PRIEB », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19084

Haut de page

Auteurs

Laura Lee Downs

Articles du même auteur

Philippe Minard

Articles du même auteur

Clarisse Berthezène

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals