Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Histoire politique de l’administration

Marc Olivier Baruch, Philippe Bezes, Alain Chatriot, Patrick Le Lidec et Frédéric Ocqueteau
p. 142-143

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marc Olivier Baruch, directeur d’études
Philippe Bezes, Alain Chatriot, Patrick Le Lidec, chargés de recherche au CNRS
Frédéric Ocqueteau, directeur de recherche au CNRS

Histoire politique de l’administration

1Le séminaire a présenté cette année un nouveau visage. Tout en s’inscrivant dans la continuité de ceux coanimés, depuis plusieurs années, par Marc Olivier Baruch avec Vincent Duclert d’abord, Alain Chatriot ensuite, il a en effet été imaginé d’entrer dans une perspective effectivement pluridisciplinaire en tentant, autour de séances bimensuelles de trois heures, de confronter les approches des différentes sciences sociales traitant des administrations et de l’État. À cette fin, l’organisation, le choix des thématiques et la conduite des travaux ont été le fait conjoint de deux membres de l’équipe AhMoC du Centre de recherches historiques (CNRS-EHESS) et de trois membres du CERSA (CNRS-Université Paris-II). On s’est également efforcé de mêler approches sectorielles et réflexions méthodologiques.

2Une séance introductive autour de la manière de « penser l’État au XXe siècle » a réuni, en plus des cinq organisateurs, deux politistes (Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès, tous deux alors membres du CEVIPOF, CNRS-IEP de Paris) et un juriste (Éric Desmons) pour discuter des évolutions des disciplines respectives et réfléchir aux débats français et internationaux sur l’étude des administrations, des politiques publiques et des questions juridiques.

3Une première série de séances a concerné des administrations régaliennes dont l’historiographie récente a renouvelé l’approche : l’immigration d’abord, avec les contributions de deux politistes : Sylvain Laurens, (« La contribution des hauts fonctionnaires français à la re-politisation de l’immigration (1960-1981) » et Choukri Hmed, (« L’État et le logement des étrangers “isolés” depuis la Libération : approche sociohistorique d’une administration »). Il s’est agi ensuite de l’armée, dont le rapport à la République a varié dans le temps comme l’ont montré l’historien Jean-François Chanet (« Les étapes de l’universalisation du service militaire (1872-1913) ») et le politiste Bastien Irondelle (« Dynamiques de la conscription sous la Ve République et fin du service militaire »). S’agissant enfin des questions de police, on s’est particulièrement intéressé à la place des discriminations et des minorités ethniques, sous un angle historique (Emmanuel Blanchard, « La police des Algériens à la Préfecture de police, 1950-1960 ») ou sociologique (Jérémie Gauthier, « Les pratiques policières de discriminations ethniques : comparaisons France/Allemagne »).

4Plusieurs séances ont ensuite proposé des changements d’échelles en s’intéressant à l’échelon territorial ou à la mise en œuvre de politiques publiques d’ordre économique ou social. La réflexion sur le municipalisme dans l’entre-deux-guerres a été illustrée par le politiste Renaud Payre autour de son travail sur une « science communale » et par l’historienne Françoise Taliano des Garets, coauteur d’une biographie sur Adrien Marquet, influent maire de Bordeaux durant les années trente et quarante. La santé et la protection sociale apparaissent également comme des formes majeures d’intervention des États, ici présentées par Frédéric Pierru (« L’État gestionnaire de la santé : La résistible ascension d’une catégorie de l’action et du débat publics ») et Paul-André Rosental (« Protection sociale et travailleurs migrants »). Une séance originale sur la politique fiscale a permis de suivre les interactions d’une politique et d’une administration avec la société : Nicolas Delalande a réfléchi à la question du consentement (« Qui ne dit mot consent ? L’État, les contribuables et la négociation du consentement à l’impôt sous la IIIe République ») et le sociologue Alexis Spire à celle de l’administration fiscale vue des usagers (« Le rapport à l’impôt comme révélateur d’un rapport à l’État. L’emprise de l’administration fiscale en France depuis 1945 »).

5Enfin, les deux dernières séances ont porté sur des débats contemporains concernant l’analyse des politiques publiques. La première a permis de réfléchir au rôle nouveau des indicateurs dans les politiques publiques, grâce à une présentation du politiste anglais Oliver James (« The UK Core Executive’s Use of Public Service Agreements as a Tool of Governance »). La seconde a mis en dialogue deux interprétations des politiques de décentralisation, renvoyant respectivement aux paradigmes Policy matters (Patrick Le Galès) et Politics matters (Patrick Le Lidec).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Olivier Baruch, Philippe Bezes, Alain Chatriot, Patrick Le Lidec et Frédéric Ocqueteau, « Histoire politique de l’administration », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 142-143.

Référence électronique

Marc Olivier Baruch, Philippe Bezes, Alain Chatriot, Patrick Le Lidec et Frédéric Ocqueteau, « Histoire politique de l’administration », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19132

Haut de page

Auteurs

Marc Olivier Baruch

Articles du même auteur

Philippe Bezes

Alain Chatriot

Articles du même auteur

Patrick Le Lidec

Frédéric Ocqueteau

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals