Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Histoire des sciences appliquées, XVIIIe-XXe siècle

Claudine Fontanon, Konstantinos Chatzis et Irina Gouzévitch
p. 164-165

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claudine Fontanon, maître de conférences
Konstantinos Chatzis, chargé de recherche à l’ENPC
Irina Gouzévitch, ingénieur d’études

Les ingénieurs civils et la science en Europe, XVIe-XXe siècles

1Tout en continuant comme les années précédentes à analyser le cas français, nous avons étendu nos investigations à d’autres pays européens. Les objectifs poursuivis à travers de cet élargissement de la focale sont d’une part, en croisant et en confrontant des pratiques scientifiques issues de contextes différents, de parvenir à une meilleure compréhension des configurations nationales ; il s’agit d’autre part de vérifier l’hypothèse de l’émergence et de la consolidation d’un espace transnational à l’intérieur duquel circulent des ingénieurs civils de différentes nationalités qui, à travers leurs échanges, élaboreraient des savoirs et des pratiques qui seraient de plus en plus le produit d’un travail mené au niveau du continent tout entier.

2Lors des deux premières séances du séminaire, ont été abordés sur un mode synthétique les enjeux, les problématiques et l’historiographie de l’ingénieur civil européen au XIXe siècle (André Grelon, EHESS et Irina Gouzévitch). Les conférenciers se sont intéressés aux compétences de cette catégorie d’ingénieur, donc aux cursus de formation, de même qu’aux processus de profes-sionnalisation et aux représentations que se font d’eux les sociétés dans lesquelles ils vivent. Le cas français a motivé quatre communications : François Vatin (Université Paris-X) a retracé l’itinéraire scientifique de Claude-Lucien Bergery, ingénieur économiste installé à Metz au début du XIXe siècle où il milite pour l’instruction populaire et mène une carrière de pédagogue. Il y crée en 1825 une école normale « toute française » qui préfigure le modèle adopté par la loi Guizot de 1833. Dominique Tournès (Université de la Réunion) s’est intéressé aux cours donnés par l’ingénieur topographe, André Cholevsky, à l’École des travaux publics Eyrolles qui diffuse par correspondance 168 cours imprimés vers 1910, dont ceux de Cholesky en topographie, cosmographie et calcul graphique. À ce propos, l’auteur souligne le déficit de travaux historiques sur les mathématiques de l’ingénieur et expose les travaux qu’il mène sur « les instruments du calcul savant ».

3Jean Yves Dupont (INRP) a analysé l’évolution des savoirs sur « l’effet » des machines depuis l’époque des savoirs empiriques et les débuts de l’expérimentation au XVIIIe siècle, jusqu’à l’avancée scientifique de 1829 où Coriolis définit de la notion de « travail » et construit un dynamomètre enregistreur, étape nécessaire à la définition de ce concept. Frédéric Graber (INRP) a consacré son intervention à l’individu dans les corps de l’État à travers le cas du projet du canal de l’Ourcq sous le Consulat et la polémique qui s’engage entre l’ingénieur Girard et l’administration centrale à propos de la conduite du projet. Il a analysé l’opposition entre l’anonymat et la défense du nom et la propriété du travail d’un côté, et la stratégie d’effacement du nom de Girard par le corps de l’autre.

4Trois communications ont porté sur d’autres pays européens : Irina Gouzévitch a analysé la figure du grand ingénieur savant espagnol de l’époque des Lumières, Augustin de Bétancourt (1758-1824) et son projet de création d’un nouveau profil d’ingénieur en Espagne. Envoyé sur décision de Madrid comme auditeur libre à l’École nationale des ponts et chaussées, Bétancourt entreprend en 1792 la constitution d’un « Cabinet des machines ». Son catalogue est présenté selon la visée utilitaire des machines et dans l’esprit du praticien.

5Les voyages des ingénieurs portugais dans l’Europe du XIXe siècle ont été abordés par Ana Cardoso de Matos (Université d’Évora) et Maria Paula Diogo (Université autonome de Lisbonne). La politique des travaux publics menée par l’État pour régénérer le pays suite à l’invasion napoléonienne et à la perte du Brésil, a favorisé l’autonomisation des ingénieurs civils, à l’origine de formation militaire. Leurs relations avec les ingénieurs étrangers se sont développées dans les années 1850 selon des modalités distinctes : les voyages d’étude financés par l’État portugais (essentiellement à destination de la France), la visite d’expositions internationales et la fréquentation des congrès internationaux. Amy Dahan (CNRS) a présenté l’École du mathématicien russe, Andronov, et la culture du non-linéaire dans la Russie soviétique des années 1930-1950. C’est à Gorki que le groupe des jeunes disciples d’Andronov travaille à une théorie générale du non-linéaire et à la physique des oscillations et ses applications à la radiotechnique, en mettant l’accent sur ce qui intéresse le complexe militaro-industriel. Jamais sorti de l’URSS, ni traduit, le mathématicien Andronov souffre toujours d’un manque de reconnaissance internationale. Enfin, Christel Frapier (Université Marc-Bloch de Strasbourg) a présenté ses recherches en cours sur les réseaux et l’internationalisation du savoir technique des ingénieurs civils libéraux en architecture (1945-1975).

6Notre collaboration aux recherches du Laboratoire de mathématiques de Paris-VI s’est poursuivie dans la perspective de publication en 2009 d’un ouvrage collectif sur « Les mathématiciens et la Première Guerre mondiale ». Dans la continuité de nos recherches sur la mécanique des fluides et les mécaniciens, le Centre des études d’histoire de la Défense (ministère de la Défense) nous a conviés à intervenir sur le thème de « L’usage militaire des souffleries aérodynamiques au début du XXe siècle ». Enfin, le Museum of science de l’Université de Lisbonne (Portugal) nous a invités à prononcer une conférence sur les premières expositions internationales d’aéronautique et les transferts de technologie dans ce domaine dans l’Europe au début du XXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Fontanon, Konstantinos Chatzis et Irina Gouzévitch, « Histoire des sciences appliquées, XVIIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 164-165.

Référence électronique

Claudine Fontanon, Konstantinos Chatzis et Irina Gouzévitch, « Histoire des sciences appliquées, XVIIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19157

Haut de page

Auteurs

Claudine Fontanon

Articles du même auteur

Konstantinos Chatzis

Articles du même auteur

Irina Gouzévitch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals