Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des techniques

Anthropologie et histoire des techniques

François Sigaut, Sophie de Beaune et Hara Procopiou
p. 173

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

François Sigaut, directeur d’études
Sophie de Beaune, professeur à l’Université Lyon-III
Hara Procopiou, maître de conférences à l’Université Paris-I

Technique et agriculture dans les sociétés préindustrielles

1Les deux thèmes retenus, outils élémentaires, répartition des tâches entre hommes et femmes, n’étaient pas sans connexion entre eux. Il arrive en effet que lorsqu’elles pratiquent (de leur côté et à leur façon) une activité qui est aussi masculine, les femmes se servent d’outils nettement plus simples que ceux des hommes ; c’est le cas par exemple dans le travail des olives au Maroc (N. El Alaoui). Les outils « simples » peuvent correspondre à des actions également simples, ce qui ne veut pas dire de peu importance. Les forets en bois protohistoriques (E. Morero), les outils artisanaux du Moyen Âge (P. Reigniez) en offrent de bons exemples. Mais il peut s’agir aussi d’outils dont la matière importe plus que la forme, comme l’os (N. El Alaoui, C. Schwab, E. Tartar), et bien sûr la pierre (le matériel de mouture au Paléolithique, J. Gagnon). L’exemple de l’émeri en Grèce est particulièrement instructif : la dureté de cette roche est telle qu’avec des morceaux assez informes en apparence, on peut réaliser des gravures et des sculptures sur pierre d’une finesse étonnante (A. Boletti). Dans l’étude de la répartition des activités entre hommes et femmes, deux exposés ont été consacrés au « brouillage des rôles », c’est-à-dire aux procédés par lesquels certaines sociétés organisent la transgression qui permet à certains hommes de se livrer à des activités féminines. Il s’agit des Hijra en Inde (E. Novello) et des Fakafefine ou Mahu, etc. en Polynésie (F. Douaire-Marsaudon), qui représentent d’ailleurs des solutions très différentes. Ont été également présentés plusieurs exemples d’activités qui, parce qu’elles se situent en position intermédiaire entre le travail des champs proprement dit et le travail ménager, sont, dans les mêmes sociétés ou dans des sociétés proches, tantôt masculines tantôt féminines : la récolte et le battage des céréales (Y. Abé, C. Carpinschi), la fabrication des produits laitiers (C. Delfosse, G. Carantino, C. Griffin-Kremer), celle du pain (M. Barboff). Enfin, dans une séance commune avec le séminaire de Sophie Desrosiers (« Les textiles comme source »), on a traité de la contribution des femmes à la construction des pirogues en Océanie (H. Guiot) et des conséquences du développement des activités textiles (le plus souvent féminines) sur l’organisation du travail agricole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Sigaut, Sophie de Beaune et Hara Procopiou, « Anthropologie et histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 173.

Référence électronique

François Sigaut, Sophie de Beaune et Hara Procopiou, « Anthropologie et histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19167

Haut de page

Auteurs

François Sigaut

Articles du même auteur

Sophie de Beaune

Hara Procopiou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals