Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des techniques

Textiles et sociétés

Sophie Desrosiers
p. 174-175

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sophie Desrosiers, maître de conférences

Les textiles comme source. Études de cas

1L’étude du textile traverse les continents et les disciplines, et imprègne de nombreuses activités de la vie quotidienne depuis ses aspects les plus matériels jusqu’aux plus idéels. C’est ce qu’a clairement montré le séminaire grâce aux interventions de plusieurs collègues et d’un doctorant. Ce dernier, Éric Vandendriesche (REHSEIS), a présenté à travers l’étude des jeux de ficelles dans les îles Trobriand les abstractions à l’œuvre dans ces constructions de fils éphémères qui ne valent que pour le plaisir de faire, et parfois de dire. Myriam Dao, architecte et photographe, a souligné les analogies remarquables entre les broderies des vêtements des Hani du fleuve Rouge au Yunnan et l’organisation des rizières. Tandis que Catherine Choron-Baix (CNRS-LAU) montrait comment d’autres broderies, au fil d’or, avaient traversé les changements politiques et sociaux pour renaître aujourd’hui sous diverses formes et dans divers contextes au Laos. L’Amérique n’était pas oubliée : Dimitri Karadimas (CNRS-LAS) est parti de très loin, géographiquement, pour aboutir encore plus loin, chronologiquement, puisque c’est à travers l’analyse de rituels et de mythes actuels du nord-ouest amazonien qu’il propose une lecture très crédible de l’iconographie apparaissant sur des toiles peintes des Andes précolombiennes. Et c’est à l’occasion d’une visite de l’exposition Paracas, trésors inédits du Pérou ancien au musée du quai Branly où s’est tenue l’une des séances de séminaire, qu’il a pu expliquer comment on pouvait regarder les motifs très complexes des mantos Paracas dans lesquels attributs humains et animaux paraissent entremêlés. Recours aux observations ethnographiques et aux schémas d’analyse qui en sont extraits pour comprendre comment lire les textiles précolombiens des Andes, c’est la même méthode que j’utilise dans le champ de l’histoire des techniques et de leur impact sur le graphisme et donc les décors tissés. Sur une grande échelle de temps (plusieurs siècles) et d’espace (tout le Pérou et la Bolivie), il devient alors possible de retracer des influences-imitations et d’appuyer et préciser des hypothèses élaborées par les archéologues à partir du matériel non organique qui leur est plus familier. Ces influences-imitations ne sont pas seulement valables à l’intérieur du domaine des textiles mais aussi entre les textiles et un autre domaine à première vue lointain qui est celui de la construction de murs. Toujours dans les Andes, Patrice Lecoq (Paris-I) a repéré des murs incas dont la construction imite celle de textiles au point de produire des décors interprétables comme des broderies ou des motifs tissés. Mais nous avons déjà vu l’année dernière que les analogies étaient très courantes dans les Andes. Autre lieu, autre époque, les métiers à tisser de l’Orient ancien posent des problèmes d’identification difficiles à Catherine Bréniquet (Bordeaux-III) à cause de la rareté des sources qui la poussent une fois de plus à des incursions vers des périodes plus récentes, voire très récentes, pour tenter d’en sortir. Les textiles ont par contre été conservés dans l’oasis égyptienne de Kharga (500 av.-500 ap. notre ère) mais leur étude ne peut être satisfaisante, d’après Fleur Letellier-Willemin, que si elle est inscrite dans le cadre de leur découverte et se trouve donc réalisée sur le terrain de fouille. À une période plus récente, dans le Yémen médiéval, la surabondance de termes textiles trouvés par Éric Vallet (Paris-I) dans des documents de douane ne peut être confrontée qu’à un nombre très limité d’objets conservés et le pousse donc, ici aussi, à chercher quelques lumières dans l’ethnographie. J’ai terminé l’année avec des considérations sur les rapports entre textes et textiles, et les problèmes immenses que pose, pas seulement au Yémen, la surabondance des termes employés pour désigner des objets qui sont effectivement d’une très grande diversité.

Publications

  • Avec P. Dal-Pra et I. Bédat, « On medieval pontifical gloves and glove medallions and wristbands found in France », dans NESAT IX. Archäologische textilfunde-Archaeological textiles, Braunwald, 18-21 mai 2005, sous la dir. de A. Rast-Eicher et R. Windier, Ennenda, 2007, p. 159-165.
  • « Appendix VI : The previous binding and its textile covering. Part Β : La Couverture en Soie du Psautier de Saint Louis », dans Harvey Stahl, Picturing kingship. History and painting in the Psalter of Saint Louis, Pennsylvania, The Pennsylvania State University press, University Park, 2007, p. 243-245.
  • « Les textiles de Paracas-Necrópolis : techniques et décors », dans Paracas, trésors inédits du Pérou ancien, sous la dir. de Danièle Lavallée, catalogue d’une exposition au musée du quai Branly, Paris, 2008, p. 52-57.
  • Avec Vincent Cochet, « Robe de la statue de Notre-Dame de Sous-Terre », dans Vestiaire sacré d’Eure-et-Loir. Textiles brodés, textiles brochés, catalogue d’exposition au château de Maintenon, 2008, p. 28-29.
  • « Paracas, unknown treasures from Peru », Hali, 156, 2008, p. 112-115.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Desrosiers, « Textiles et sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 174-175.

Référence électronique

Sophie Desrosiers, « Textiles et sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19171

Haut de page

Auteur

Sophie Desrosiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals