Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire et mémoire en Afrique orientale et centre-orientale

José Kagabo
p. 183-184

Texte intégral

José Kagabo, maître de conférences

Histoire et anthropologie des crimes contre l’humanité du XXe siècle

1Le séminaire s’est d’abord attaché à fournir aux étudiants des instruments juridiques de définition : Convention de Londres (1948) qui fonde le droit international en matière de génocide ; jugements rendus au Tribunal de Nuremberg contre les criminels nazis, au Tribunal pénal international de La Haye contre les criminels de l’ex-Yougoslavie, et au tribunal pénal international pour le Rwanda à Arusha. Les exemples choisis dans ces trois juridictions ont permis d’illustrer les enjeux intellectuels, moraux et politiques dont il convenait de mesurer la portée dans le processus de construction des historiographies relatives à chaque situation examinée, en gardant à l’esprit que l’historiographie du crime nazi contre les juifs est plus ancienne et de loin la plus riche, tandis que dans le cas de l’ex-Yougoslavie et du Rwanda elle n’est en cours de constitution.

Cas particulier du Rwanda : tentation de réécrire l’histoire du génocide

2On a porté une attention plus soutenue sur les controverses et les polémiques portant sur l’écriture de l’histoire du génocide des Tutsis. D’abord pour constater que, alors que la qualification juridique était acquise dès le mois de mai 1994, nombre d’auteurs pour qui il s’agit d’un « génocide rwandais » redoutent le risque de jeter l’anathème sur l’ensemble du groupe ethnique hutu en désignant les bourreaux (surtout dans l’opinion publique peu soucieuse de nuance). Mais il y a aussi un embarras conceptuel lié au fait que chez certains spécialistes du Rwanda la notion d’« ethnicité » conserve encore un caractère « opératoire » (cf. les travaux du juriste et politologue belge F. Reyntjens).

3Notre préoccupation était moins de soumettre à une critique en règle des différentes prises de positions sur le concept d’ethnicité que d’évaluer la diversité et la richesse de la littérature produite à ce jour sur le génocide des Rwandais tutsi. On a esquissé une typologie sommaire pour choisir les genres qui nous intéressaient, entre littérature de témoignages (directs ou indirects), rapports d’experts ou d’organisations de défense des droits de l’homme, enquêtes journalistiques ou judiciaires. Nous n’avons retenu finalement que les travaux d’experts, des journalistes et des enquêtes judiciaires qui nous ont paru concourir à un même projet, sinon à une même entreprise en cours : opposer à une « histoire officielle » une autre qui, elle, serait fondée sur l’établissement de la « vérité ».

4Le débat sur cette opposition et sa pertinence retiendra sans doute notre attention pendant encore les deux prochaines années à venir. Pour l’année 2007-2008, on s’en est tenu à l’examen des pièces à conviction versées dans l’une et l’autre des « deux » versions d’une histoire qui gagnerait à être documentée autant que possible. Du travail reste encore à faire pour dépouiller différents fonds d’archives disponibles, et surtout pour examiner la valeur de nombreux témoignages utilisés dans les enquêtes judiciaires. Car certains de ces témoignages, jugés comme probants dans un premier temps, sont de plus en plus sujets à polémique quant à leur véracité et les conditions de leur production. Ce qui, évidemment, n’est pas sans poser des problèmes de méthodologie dans l’enquête historique, qui ont aussi occupé une partie de notre temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Kagabo, « Histoire et mémoire en Afrique orientale et centre-orientale », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 183-184.

Référence électronique

José Kagabo, « Histoire et mémoire en Afrique orientale et centre-orientale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19180

Haut de page

Auteur

José Kagabo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals