Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe

Serge Gruzinski
p. 190-192

Texte intégral

Serge Gruzinski, directeur d’études

Penser le monde au XVIe siècle

1Les analyses classiques de l’expansion ibérique posent la question des empires essentiellement en terme de colonisation et de colonialisme. C’est mal en saisir la portée planétaire et la signification pour l’histoire de l’Europe moderne. On observe en effet que la projection extra-européenne des sociétés ibériques, et donc d’une partie de l’Europe moderne, entraîne non seulement des entreprises d’occidentalisation (La colonisation de l’imaginaire, Paris, 1988), des réactions d’adaptation et d’appropriation in situ et, plus généralement, de métissage (La pensée métisse, Paris, 1999), voire des processus de globalisation, mais elle génère également des phénomènes moins étudiés de reformatage et de diffusion. En ce sens, Mexico, Lima, Potosi, Manille ou Goa ne seraient pas que de simples points d’arrivée, des récepteurs de techniques, de normes et d’idées ou des foyers locaux de métissages. Tous ces lieux deviennent des « caisses de résonance » continentales, des diffuseurs de formes et de pratiques nouvelles, susceptibles d’envahir les espaces que ces villes dominent. Autrement dit, la phase d’imposition et d’ajustement entraînée par la Conquête ne serait que le prélude à un long travail de recomposition et d’amplification susceptible de gagner de vastes régions. Les importations métissées de l’époque coloniale acquièrent ainsi des capacités de diffusion et d’amplification que sont loin de posséder les éléments originels apportés de la Péninsule. Les zones « coloniales » cessent d’apparaître comme des impasses essentiellement réceptrices pour devenir des espaces au sein desquels les traits européens se transforment en développant des « propriétés » et une dynamique qui les américanisent et souvent les rendent « mondialisables ». Pour explorer les liens entre américanisation et mondialisation, nous avons choisi d’étudier la Historial natural et moral de las Indias, du jésuite José de Acosta. Publiée à Séville à la fin du XVIe siècle, l’œuvre a eu un grand retentissement dans l’Europe de l’époque et dans les possessions espagnoles de l’Amérique. On a montré de quelle manière Acosta pense l’Amérique en la situant dans un cadre planétaire et en reprenant les schémas aristotéliciens. Or le jésuite définit systématiquement son point de vue comme celui d’un observateur situé sur le continent américain : c’est dire qu’il « américanise » la perspective dans laquelle il pense les rapports de l’Amérique au monde. C’est aussi dans cet esprit que nous avons interrogé l’histoire de l’Amazonie au XVIe siècle. Si la découverte de sociétés policées sur le sol américain provoqua un choc qui cassa définitivement l’idée médiévale d’un monde tripartite, ce n’est pas seulement l’existence des empires du Mexique et du Pérou qui influa sur la constitution d’une conscience monde et d’une image du monde. D’autres régions de l’Amérique, encore hors de portée de la colonisation européenne, ont fourni leur lot d’interrogations et de standards planétaires. C’est le cas de celle que nous nommons aujourd’hui Amazonie, fidèles au fantasme qui a fasciné ses premiers découvreurs. Une Amazonie qui constitue comme hier une référence incontournable dès qu’il s’agit d’envisager le destin de la planète. D’autres marges du Nouveau Monde, comme la Floride et le Rio de la Plata, ont fait l’objet d’exposés par Louise Bénat Tachot (Paris Est) et Carmen Bernand (Paris-X). Ces différentes régions ont toutes pesé sur la façon de lire l’Amérique et le monde au XVIe siècle. Enfin Rita Eder (UNAM, Mexico), dans une série de conférences consacrées à l’art mexicain des années trente, a apporté une précieuse contribution à la réflexion sur les images de l’Amérique que porte ce séminaire depuis sa création.

Publications

  • Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et islam à l’orée des Temps Modernes, Paris, Seuil, 2008.
  • Planète métisse, Catalogue de l’exposition, Musée du Quai Branly, mars 2008-juillet 2009, Arles, Actes Sud, 2008.
  • « Fronteiras das missões e fronteiras da monarquia católica : a experiência de um franciscano, Martín Ignacio de Loyola », dans Fronteiras do mundo ibérico, sous la direction de Sandra Jatahy Pesavento, Porto Alegre, Universidade federal do Rio Grande do Sul, 2007, p. 9-21.
  • « D’une mondialisation à l’autre : de la première mondialisation d’origine européenne (XVIe-XVIIe siècles) à la mondialisation contemporaine », Divinatio, XXV, MSHS, Sofia, printemps-été 2007, p. 15-33.
  • « The mestizo mind », dans Contemporary Art and the Museum, sous la dir. de Peter Weibel et Andrea Buddenieg, Hatje Canz, Karlsruhe, 2007, p. 184-196.
  • « Local, global e colonial nos mundos da monarquia católica : aportes sobre o caso amazônico », Revista Estudos Amazônicos, Belém (Brésil), II, 1, juillet-décembre 2007, p. 11-27.
  • Exposition : Planète métisse, au Musée du quai Branly, mars 2008-juillet 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Gruzinski, « Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 190-192.

Référence électronique

Serge Gruzinski, « Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19186

Haut de page

Auteur

Serge Gruzinski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals