Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Histoire sociale des États-Unis au XXe siècle : politique, économie, techniques

Pap Ndiaye
p. 196-197

Texte intégral

Pap Ndiaye, maître de conférences

Histoire des minorités aux États-Unis : débats historiographiques et controverses politiques

1Dans la continuité du séminaire de l’année précédente, celui-ci a été l’occasion de présenter des travaux ayant trait aux minorités aux États-Unis, et d’en envisager les prolongements possibles. Plusieurs séances ont été consacrées à la notion de « minorité » et son émergence dans les sciences sociales américaines, à partir des années 1930, au sein de l’école de Chicago. Dans le droit fil des discussions du séminaire, j’ai mis à profit cette notion dans mon ouvrage, La Condition noire, paru en avril 2008. Nous avons ensuite examiné la notion d’« Atlantique noir », popularisée par Paul Gilroy, et largement utilisée depuis. L’Atlantique noir a des limites assez claires, relatives à une forme de romantisme communautaire qu’elle pourrait induire, mais aussi un intérêt évident, celui de mettre en lumière les échanges intellectuels et culturels entre les Amériques, l’Europe et l’Afrique, particulièrement riches à partir de la fin du XIXe siècle. Avec Magali Bessone, philosophe, maîtresse de conférences à l’Université de Rennes, nous avons discuté certains points théoriques de l’ouvrage majeur de W. E. B. Du Bois, Les âmes du peuple noir, récemment retraduit en français. Avec Ariella Gross, professeur à l’Université de Californie du Sud, nous avons parlé de la manière dont les Latinos furent racialisés par les tribunaux américains, et des stratégies mises en œuvres par les acteurs pour échapper à leur assignation raciale. Une séance a aussi été consacrée au « colorisme », en perspective comparée franco-étatsunienne, c’est-à-dire aux nuances de couleur de peau au sein des populations noires et à leur articulation aux hiérarchies sociales. Je propose d’utiliser le terme de « colorisme », traduit de l’anglais-américain colorism, pour référer à ces nuances et à leurs perceptions sociales. Une réflexion sur le colorisme permet alors de nuancer l’opposition « noir »/« blanc », certes fondamentale dans les imaginaires racialisés, mais qui ne rend pas compte, à elle seule, des hiérarchies sociales induites par la racialisation. Cette réflexion s’est prolongée dans d’autres séminaires, au sein et à l’extérieur de l’EHESS, en France et aux États-Unis.

Publications

  • La condition noire. Essai sur une minorité française, Calmann-Lévy, 2008, 435 p.
  • « Les post-colonial studies en débat », Actes du colloque de la Bpi, Éditions Bibliothèque Centre Pompidou, 2007, p. 23-29.
  • « Martin Luther King, la voix noire de l’Amérique », L’Histoire, mars 2008.
  • « Leur histoire est aussi la nôtre », L’Histoire, mai 2008.
  • « Les poings de la liberté », L’Histoire, juillet 2008.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pap Ndiaye, « Histoire sociale des États-Unis au XXe siècle : politique, économie, techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 196-197.

Référence électronique

Pap Ndiaye, « Histoire sociale des États-Unis au XXe siècle : politique, économie, techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19190

Haut de page

Auteur

Pap Ndiaye

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals