Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Origines et évolution des techniques administratives dans la Chine impériale

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will
p. 203-204

Texte intégral

Christian Lamouroux, Pierre-Étienne Will, directeurs d’études

Origines et évolution des techniques administratives dans la Chine impériale

1Enchaînant avec les considérations sur les problèmes monétaires à l’époque des Song, discutés l’année dernière, Pierre-Étienne Will a présenté un certain nombre de textes sur le même type de question datant du XVIIIe siècle. Le système monétaire des Qing était un bimétallisme associant les pièces de bronze couramment appelées « sapèques », fondues dans les monnayages d’État à Pékin et dans les provinces et avec une dénomination précise, et l’argent fondu en lingots par les usagers et utilisé au poids. En dépit de variations régionales importantes, les pièces de cuivre servaient pour les petites transactions, l’argent pour les transactions plus importantes. Le souci du gouvernement était de stabiliser le taux de change en s’écartant le moins possible du chiffre canonique d’une ligature de 1 000 pièces de cuivre pour une once d’argent et en réduisant au maximum les variations régionales, perçues comme un encouragement à la spéculation.

2Dans l’ensemble le XVIIIe siècle se signale par l’insuffisance des sapèques en circulation et leur cherté par rapport à l’argent. Le gouvernement, qui n’a pas de moyen d’influencer directement le stock d’argent monétaire, tributaire du commerce extérieur, cherche à la fois à accroître la production des monnayages officiels, à favoriser la circulation rapide de la monnaie, et à combattre la contrefaçon ou la fonte illégale des pièces, tentantes lorsque la valeur faciale des pièces est inférieure à celle du métal qu’elles contiennent. Nous avons commencé par évoquer le débat suscité par le gouvernement dans toute la haute bureaucratie du pays en 1744-1745, étudié en grand détail par Helen Dunstan dans un article paru dans T’oung Pao en 1996. Puis nous avons analysé plusieurs textes extraits des deux chapitres sur la monnaie (huobi, chap. 52-53) de la célèbre anthologie de textes d’époque Qing sur les problèmes de gouvernement, le Huangchao jingshi wenbian (1827). Les considérations théoriques (appuyées sur l’histoire) qu’on y trouve sont souvent intéressantes. Leurs auteurs proposent, suivant les cas, une politique interventionniste (surveillance des boutiques de change, contrôle des mouvements interrégionaux de capitaux, mesures contre la thésaurisation, mise en circulation rapide des stocks de pièces détenus par l’administration, limitation drastique des ustensiles en cuivre autorisés sur les marchés), ou au contraire une sorte de laisser-faire, lequel semble avoir eu la faveur du trône après le milieu du XVIIIe siècle.

3Changeant de sujet et d’époque, Christian Lamouroux a pour sa part présenté plusieurs documents collectés au cours de son enquête sur l’histoire commerciale de Pékin dans les années 1930-1940. Il s’est particulièrement intéressé aux conditions ayant entouré la naissance d’une société familiale dont les activités ont puissamment contribué à la normalisation et à la diffusion de la comptabilité commerciale durant cette période. Présente aujourd’hui encore dans le quartier commerçant de Xidan à l’ouest de la ville, la société Chengwenhou s’était en effet spécialisée dès la fin des années 1930 dans l’élaboration et la diffusion des registres et fiches comptables. Plusieurs pièces tirées des archives municipales ont été analysées : des licences commerciales délivrées par les autorités de la nouvelle République populaire, dont les éléments permettent de reconstituer la structure du capital, d’identifier les actionnaires en précisant leurs liens familiaux et de retrouver les garants (pubao) que la législation rendait obligatoires pour toute entreprise commerciale déjà sous la République ; des listes de hukou qui indiquent la résidence des membres de la famille impliqués dans l’entreprise. Ces éléments ont été complétés par le compte rendu de l’entretien conduit en juillet 2007 avec le dernier apprenti du fondateur de la société, Liu Guoliang. Ce récit de vie a incité à collecter d’autres matériaux : les manuels destinés aux apprentis comptables, formés dans des écoles professionnelles semi-privées, souvent municipales ; des pièces d’archives relatives à l’une de ces écoles techniques privées, appelée « Dequan buji buxi xuexiao », dont le directeur Jia Dequan semble avoir travaillé avec la société Chengwenhou. On a ainsi pu retrouver trois rapports envoyés par l’école au ministère de l’éducation, datés de 1943, 1945 et 1946, avec la liste des élèves complétée par un bref CV, le nom et la profession principale des enseignants et le programme des cours. Kuroda Akinobu, professeur à l’Institute of Oriental Culture de l’Université de Tokyo, a donné en ouverture du séminaire une conférence intitulée « Order and changes behind the chaos. A monetary history of late Qing-Republican China ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, « Origines et évolution des techniques administratives dans la Chine impériale », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 203-204.

Référence électronique

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, « Origines et évolution des techniques administratives dans la Chine impériale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19196

Haut de page

Auteurs

Christian Lamouroux

Articles du même auteur

Pierre-Étienne Will

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals