Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Société, pouvoirs et processus politiques dans la Chine du XXe siècle

Yves Chevrier
p. 204-205

Texte intégral

Yves Chevrier, directeur d’études

Le communisme et la Chine : une mondialisation politique (1921-1976)

1Au cours des années précédentes, nous avons étudié la mise en place d’un espace politique moderne durant la période qui sépare le Traité de Shimonoseki (1895) des années d’agitation culturelle et de repositionnement politique (1915-1921) faisant suite à l’effondrement des institutions républicaines (fondées en 1912-1913). Des sources internationales se mêlent alors aux ressources sino-locales pour conceptualiser la transformation des institutions et des pratiques. Sans négliger la part des facteurs socio-économiques, ni celle des pratiques sociales et des contextes locaux, on peut conclure que l’émergence du politique moderne se rapporte principalement à une mondialisation de l’espace idéel chinois dont le ressort est essentiellement culturel.

2Tout en demeurant liée à des recompositions conceptuelles, la singularisation du communisme au sein de cet espace (à partir de la fin des années 1910) se rapporte davantage à une mondialisation politique : celle qu’agence l’Internationale communiste. Fondée au lendemain de la Révolution russe, celle-ci est à l’origine du Parti communiste chinois qui rassemble en 1921 les petits groupes proto-communistes et marxisants issus de l’activisme des intellectuels. Contrairement aux tendances devenues dominantes de l’historiographie, notre travail n’a pas consisté à « déconstruire » cette évolution en faisant apparaître des transferts culturels et des processus d’identification assignés à des trajectoires subjectives. Dans le droit fil de notre approche, le propos a consisté à explorer la double dimension, intercontextuelle et contextuelle, des conceptions et des pratiques qui fondent durablement en Chine ce que l’on peut appeler une politique communiste.

3Le travail s’est organisé sur deux plans et en deux temps. En première approche (années 1918-1925), ont été mises au jour et actualisées, d’une part, les questions relatives à la modélisation marxo-léniniste de la révolution chinoise (à partir du niveau mondial et dans le cadre chinois) et, d’autre part, celles qui ont trait aux circulations des agents de l’Internationale communiste et de l’État soviétique. Ce dernier aspect a été développé par M. Jérémie Tamiatto (doctorant à l’Université Paris-I, auteur d’un mémoire de master soutenu en 2007 : « Les missionnaires de la révolution en Chine, 1920-1927 : prosopographie des envoyés du Comintern ») dans une suite d’exposés enrichis par la prise en compte des sources rendues accessibles en Russie.

4Le second volet a été consacré à la crise des années 1926-1927, en particulier à l’émergence d’un « modèle chinois » en contradiction sur bien des points avec le modèle conçu au début des années 1920, quoique cette singularité, construite sur le terrain par les hommes et par les événements, n’ait pas donné lieu à une conception nationale de la révolution et du communisme en Chine. Cette intention nationale ne s’affirmera qu’au cours de la période suivante, dominée par l’ascension politique de Mao Zedong et par l’émergence d’une nouvelle approche pratique et doctrinale de la politique communiste, qu’il faut se garder cependant d’assimiler à un nationalisme.

5L’histoire des modèles historiques et stratégiques (de la Chine et de sa révolution, des luttes et des alliances de classes) délimite, entre concepts et pratiques, un espace d’échange, de circulation, de pouvoir et de confrontation idéologique dans lequel se redéfinissent et s’affrontent les normes de la politique moderne confondue avec l’action révolutionnaire. Cette perspective, qui n’est plus à proprement parler culturelle et qui n’est pas davantage géopolitique, spécifie une mondialisation que l’on peut dire politique et à laquelle il est éclairant de référer les strates du moment communiste de l’histoire contemporaine du politique en Chine.

Publication

  • « La traversée des sciences de l’Homme : aires culturelles, humanités et sciences sociales », dans Carnets de terrain. Pratique géographique et aires culturelles, sous la dir. de Thierry Sanjuan, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 43-94.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevrier, « Société, pouvoirs et processus politiques dans la Chine du XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 204-205.

Référence électronique

Yves Chevrier, « Société, pouvoirs et processus politiques dans la Chine du XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19197

Haut de page

Auteur

Yves Chevrier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals