Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire anthropologique et politique de l’environnement

Geneviève Massard-Guilbaud
p. 234-235

Texte intégral

Geneviève Massard-Guilbaud, directrice d’études

Perspectives environnementales sur l’histoire contemporaine XVIIIe-XXe siècle)

1En 2007-2008, le séminaire a poursuivi pendant plusieurs séances l’exploration du concept d’histoire environnementale et de ses origines historiographiques. On a notamment examiné dans quelle mesure l’œuvre des historiens des Annales, que certains historiens français et surtout américains considèrent comme pionnière dans ce domaine, peut être considérée comme telle. On s’est arrêté sur des livres comme Les caractères originaux du paysage français de Marc Bloch et La Méditerranée de Braudel. L’examen du premier ouvrage et des conditions de sa production a permis de repérer l’impact des écoles historiques allemandes et britanniques sur la pensée de Marc Bloch, et l’apparition de toute une série de thèmes ignorés jusqu’alors par l’histoire rurale française (structures agraires, construction du paysage, rapport entre parcellaire et techniques, etc.), et l’usage de l’observation sur un temps long, tous éléments chers aux historiens de l’environnement d’aujourd’hui mais aussi aux ruralistes en général. Le concept d’environnement, importé à la même époque par Vidal de La Blache dans la langue française, est cependant absent – ce dernier n’ayant eu aucune influence sur l’œuvre de Bloch, comme les géographes en général, semble-t-il. La Méditerranée de Braudel consacre une très grande place à l’étude du milieu, mais si ce milieu est inhospitalier pour l’homme, et que celui-ci peine à en tirer sa subsistance, le cadre du raisonnement est celui d’une nature qu’il s’agit de maîtriser. Si certains processus écologiques comme l’impact du déboisement, par exemple, sont bien pris en compte, les passages concernant l’assèchement de la Mitidja ou la mise en valeur d’autres régions, avec la « bonification » de leurs terres, relève d’une pensée dans laquelle le milieu « entre progressivement dans la richesse ». L’action de l’homme (en l’occurrence le colonisateur qui apporte l’agriculture « moderne ») va dans le sens d’un progrès perpétuel, mais les effets à long terme de cette conquête, qu’ils soient environnementaux ou sociaux, ne sont pas considérés, malgré l’intérêt de Braudel pour la longue durée.

2Plusieurs séances ensuite ont donné la parole à des géographes, un sociologue, un anthropologue, deux politistes et des historiens des sciences, qui ont présenté la façon dont leur discipline définit et aborde l’environnement, soit de façon théorique soit autour d’un travail empirique en cours. Deux séances ont donné lieu à des présentations historiographiques de l’histoire de l’environnement telle qu’elle s’écrit en Espagne et en Amérique centrale. Enfin plusieurs séances ont été consacrées à l’histoire de la pollution industrielle, de l’évolution de sa perception, de sa régulation, des conflits qu’elle suscite. La façon dont l’État français a construit, dès le XIXe siècle, sa propre définition de la pollution, a été décortiquée. Les premiers résultats d’une recherche comparant les modes de régulation adoptés par un ensemble de pays européens et américains ont été présentés.

Publications

  • Journal of urban history, special issue on European urban environmental history, vol. 33, 5, juillet 2007 (dir. en coll. avec Peter Thorseim).
  • Histoire urbaine, numéro spécial « Ville et environnement », n° 18, mars 2007.
  • « Pour une histoire environnementale de l’urbain », Histoire urbaine, numéro spécial « Villes et environnement », 18, mars 2007, p. 5-21.
  • Avec Peter Thorsheim, « Cities, environments and European history », Journal of urban history, special Issue on European urban environmental history, 2007, vol. I, n° 5, 33, p. 691-701.
  • « Quelle histoire pour l’environnement ? », Responsabilité et environnement, série des Annales des Mines, numéro spécial « Environnement et développement durable, quelles approches en sciences sociales ? », Septembre 2007, p. 30-36.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Massard-Guilbaud, « Histoire anthropologique et politique de l’environnement », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 234-235.

Référence électronique

Geneviève Massard-Guilbaud, « Histoire anthropologique et politique de l’environnement », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19229

Haut de page

Auteur

Geneviève Massard-Guilbaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals