Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire économique

Jean-Yves Grenier, Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe, Gilles Postel-Vinay et Jérôme Bourdieu
p. 238-239

Texte intégral

Jean-Yves Grenier, Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe, Gilles Postel-Vinay, directeurs d’études
Jérôme Bourdieu, chargé de recherche à l’INRA

La discipline au travail : espace et relations de travail

1Le séminaire sur la discipline au travail a porté pour la seconde année sur la relation entre les modalités de la discipline et la dimension spatiale des activités économiques, alternant études de terrain, réflexion conceptuelle et relecture de textes classiques. L’organisation des séances a été guidée par l’élargissement progressif de l’échelle d’analyse.

2L’introduction du séminaire a (re)proposé une lecture des suggestions foucaldiennes des relations entre espaces et disciplines. Au plus proche des espaces productifs, de l’usine et de l’atelier, ont été discutées les modalités spatiales (comme ressources et comme contraintes) de la mise en discipline, et ce, en deux moments. Le premier concerne l’organisation spatiale du travail de la grande firme pré-fordienne (à partir du cas de l’Ansaldo, chantier de constructions navales à Gênes). Le second porte sur le travail de transformation du rapport à l’espace associé à l’invention de la production de masse (à partir du cas de l’entreprise Ford, ses localisations successives et la conception de ses usines et ateliers).

3L’interaction des dimensions nationale et internationale a été étudiée au travers de deux exemples. Michael Huberman (Université de Montréal) a montré sur la période 1870-1914 que l’ouverture au commerce international va de pair avec le développement de systèmes nationaux de protection du travail (Labor standards). Alexis Spire (CNRS), reprenant certaines conclusions de son livre Étrangers à la carte, a mis en évidence comment le fonctionnement international du marché du travail dépend nécessairement des politiques nationales en matière d’immigration. Il a en particulier établi clairement le lien entre politique migratoire et conjoncture économique dans le cas de la France, lien qui ne s’apprécie pas seulement dans les règles édictées mais aussi dans les modalités de leur application, qu’il s’agisse des décrets ou des comportements des agents en charge de leur exécution.

4Le problème posé par la mise en discipline des travailleurs migrants et par leur intégration dans des institutions spécifiques à leurs nouveaux marchés du travail a donné lieu à deux interventions croisées de Paola Lanaro (Université de Venise) et d’Éric Gurérassimoff (Université Paris-VII) mettant en perspective le cas de Venise à l’époque moderne, et des îles de Malaisie, dans la longue durée de l’émigration chinoise depuis l’époque médiévale. Très différents, les deux cas ont permis cependant de mettre en lumière le rôle important joué dans l’accueil et la mise au travail des migrants par des institutions comparables, corporations ou confréries, qui jouent le rôle d’intermédiaire avec les pouvoirs établis. Le rapport de force établi entre les deux parties exerce parfois des effets considérables, pouvant aller dans le cas malais jusqu’à une substitution des institutions étatiques par les sociétés de migrants dans l’organisation du marché du travail et de la production. Dans le cas vénitien, au contraire, le pouvoir dogal conserve le contrôle des institutions corporatives, même pour les secteurs à forte immigration. Le projet idéologique d’harmonie sociale qui fonde la société vénitienne a l’effet paradoxal de garantir une intégration sans conflit des groupes issus de la terre ferme.

5L’étude de l’industrie de l’armement dans la Chine des Song par Christian Lamouroux (EHESS) a posé la question de la gestion d’une industrie spécialisée mais à grands effectifs (30 0000 ouvriers) au sein d’un espace géographique immense. Le contexte de réduction du poids de l’appareil militaire a permis le renforcement de l’encadrement administratif et technique des métiers et des ateliers publics (contrôle des performances, surveillance de la gestion, etc.), ouvrant sur une spécialisation des ateliers et une organisation spatiale rationnelle des activités.

6Le séminaire a enfin abordé la question des espaces économiques supranationaux au travers de l’internationalisation de l’indiennage à la fin du XVIIIe siècle. À partir du cas de la fabrique d’Oberkampf (Jouy-en-Josas) était discuté le poids des contraintes spatiales sur la structuration internationale de la branche et sur la constitution d’un marché international de la main-d’œuvre. Le marché du travail qualifié dans l’indiennerie est en effet européen. Le souci d’Oberkampf est ainsi de concilier la fermeture de sa fabrique, close sur un lieu et sur des secrets de fabrication, et une ouverture suffisante pour attirer les « experts » qui circulent dans toute l’Europe dans un marché du travail organisé pas les États dès le XVIIe siècle. En contrepoint, un dossier portant sur la gestion des carrières des cadres au sein des multinationales a été rapidement présenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Grenier, Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe, Gilles Postel-Vinay et Jérôme Bourdieu, « Histoire économique », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 238-239.

Référence électronique

Jean-Yves Grenier, Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe, Gilles Postel-Vinay et Jérôme Bourdieu, « Histoire économique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19231

Haut de page

Auteurs

Jean-Yves Grenier

Articles du même auteur

Mathieu Arnoux

Articles du même auteur

Alain Dewerpe

Articles du même auteur

Gilles Postel-Vinay

Articles du même auteur

Jérôme Bourdieu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals