Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de l’action et des rationalités pratiques au XXe siècle

Yves Cohen
p. 247-249

Texte intégral

Yves Cohen, directeur d’études

Identification et temporalités d’une histoire de l’action

1Cette année, pour poursuivre (sans prétendre le clore) l’établissement d’une histoire de l’action, le séminaire s’est découpé en trois parties. L’une s’est intéressée à Staline comme grand chef en action, étudié à partir du matériel de son bureau : correspondances, notes manuscrites, gribouillis compris, matériaux d’information comme des rapports, etc. Nous avons établi ce que nous désirons appeler des « opérations relationnelles discursives ». Le mot d’« opérations » renvoie à des actes, « relationnelles » désigne le fait que ces actes contribuent à constituer un lien entre des personnes et « discursives » indique que les actes dont il est traité sont de l’ordre du discours, ce qui signifie qu’ils ne sont pas d’ordre matériel (poignée de main, coup-de-poing, caresse, etc.). On aurait pu ajouter « écrites » puisque nous ne disposons pas, pour la période qui nous occupe, de relevé direct de la voix de Staline dans ses actes de commandement et de gouvernement (et nous aurions alors la matérialité, mais de l’écrit). Les moments choisis ont été d’une part la mise en place du gouvernement dans ce qui le caractérise comme stalinien à partir de 1928 sur la base de l’expédition de Staline en Sibérie en février pour forcer la livraison de blé par les paysans et d’autre part la gestion de la Grande Terreur en 1937-1938 : Staline gère au plus près l’activité des grands barons des régions et républiques dans les répressions de masse de ces années, avant qu’ils ne deviennent eux-mêmes les cibles des opérations de liquidation au sein de l’appareil partisan, gouvernemental et policier. Une autre partie du séminaire a été consacrée aux théories de l’action collective : à partir de la lecture du commentaire fait par Daniel Cefaï des théories gofmaniennes sur la question, il est lui-même intervenu en mettant à l’épreuve de ce commentaire un texte sur la pratique de Staline, en particulier en ce que celui-ci, dans le cours même de l’administration de la Terreur, mobilise le pays tout entier dans la fabrication du bon récit qui la justifie.

2Avant d’entrer dans la troisième partie, une séance charnière à permis de fonder l’aller-retour entre des études de pratiques singulières et des études non pas même de pratiques discursives mais de textes, ces derniers permettant, au moins dans le cas traité de l’histoire du commandement, de l’autorité et des chefs, d’identifier solidement une charnière décisive localisée exactement au passage du XIXe au XXe siècles. En cours d’année, la thèse d’Emmanuel Saint-Fuscien venait confirmer cette charnière en l’identifiant clairement, de son côté, pour le monde militaire en France.

3La troisième partie du séminaire s’est consacrée à reprendre et systématiser les résultats d’une quinzaine d’années de recherches sur la thématique indiquée ci-dessus. Ainsi, dans ces années charnières, s’exprime en toutes langues un « besoin de chefs » ou « le besoin d’un chef ». Ce moment voit aussi germer des psychologies (sociale et expérimentale) qui se donnent pour objet la relation de commandement, la sélection et la formation des chefs (France, Allemagne, États-Unis, Russie). Dans les années vingt, la littérature américaine sur le commandement témoigne d’une intense réflexion sur le sens du « leadership » dans son rapport avec la démocratie. Les années trente infléchissent considérablement le propos en se concentrant au contraire sur le rapport du « leadership » avec la dictature. La psychologie sociale ni la sociologie ne sont étrangères à cette réflexion si l’on songe à Kurt Lewin et à l’École de Francfort. Le séminaire souligne fortement toute l’importance de l’émergence, au XIXe siècle, ni avant, ni après, d’une zone de souveraineté où les questions du commandement posées dans les siècles antérieurs et singulièrement par les Lumières sont entièrement écartées : l’entreprise. Il est bien possible que ni la science politique ni l’histoire n’aie, sur le long terme, pris suffisamment en compte l’importance de cette zone particulière d’autorité. Enfin, dans une discussion avec Cyril Lemieux, le séminaire s’est interrogé sur l’usage – et même l’utilité – du concept de charisme en histoire. D’une part, l’émergence du concept en sociologie doit être, sur un tel thème, replacée dans son histoire qui est surtout celle de Max Weber dans les dernières années de sa vie et dans son activité politique. D’autre part, elle doit également être resituée dans la variété des pensées des acteurs, scientifiques ou non, qui évoquent le « prestige », le « magnétisme » ou l’influence.

4Plusieurs invités ont contribué à entourer le propos du séminaire par des évocations proches. Il en a été ainsi, dans le domaine croisant l’histoire russe et soviétique, de celle d’Anna Joukovskaia (CERCEC, CNRS-EHESS), sur la hiérarchie et le patronage dans l’administration russe au XVIIIe siècle, de celle de Sandra Dahlke (Université Helmut-Schmidt) sur un dirigeant bolchevique, une plume proche de Staline, face à la terreur, de celle d’Arch Getty (Université de Californie, Los Angeles) sur le rôle des clans dans la vie gouvernementale soviétique des années 1920 et 1930, de celle de Jan C. Behrends (Wissenschaftszentrum Berlin) sur les cultes du leader dans les trois dictatures allemande, italienne et soviétique et enfin celle de Nikolai Krementsov (Université de Toronto) sur la biologie soviétique des années 1920.

5Dans d’autres zones géographiques de nos études, nous avons eu Robert Belot et Pierre Lamard (Université de technologie de Belfort-Montbéliard) intervenant sur le rôle des images d’un site automobile : Peugeot à Sochaux ; Thomas Le Bianic (Université Paris-IX, CERSO) évoquant sa recherche sur le physiologiste Armand Imbert (1900-1914) pour lequel le meilleur connaisseur du travail était le travailleur lui-même ; Alan McKinlay (School of management, Université de St Andrews) pensant le pouvoir du contremaître fordien à la lumière de Foucault ; Thomas Cayet (post-doctorant EHESS) dressant le tableau peu connu du rôle de la Taylor Society dans la conception d’un « Social economic planning » au début des années 1930. Enfin, avec Prasenjit Duara (Université de Chicago), le séminaire a pu tenter de saisir quelle conversation pouvait s’établir sur ses thèmes à une échelle mondiale « Visions of history, trajectories of power : China and India since decolonization ».

Publications

  • Sous la dir. d’Anne-Marie Arborio, Yves Cohen, Pierre Fournier, Nicolas Hatzfeld, Cédric Lomba et Séverin Muller, Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte, 2008, 351 p.
  • « Passé/présent, ethnographie/histoire », dans Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, sous la dir. d’Anne-Marie Arborio et al., Paris, La Découverte, 2008, p. 313-323.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Cohen, « Histoire de l’action et des rationalités pratiques au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 247-249.

Référence électronique

Yves Cohen, « Histoire de l’action et des rationalités pratiques au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19236

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals