Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Le travail intellectuel : histoire (1600-1900)

Dinah Ribard
p. 259-260

Texte intégral

Dinah Ribard, maître de conférences

Savoirs, métiers, écritures

1Trois grands objets ont occupé, cette année, l’essentiel des séances du séminaire. Dans la continuité de l’an dernier, d’abord, la question du travail théorique et de sa temporalité propre a été reprise, à travers l’étude des contextes locaux – politiques, sociaux et religieux – de la production de théories de la noblesse et des origines, à la fin du XVIIe siècle. On s’est, à cette occasion, intéressé à la question des « originaux » et des productions théoriques inactuelles.

2Le travail intellectuel des artisans et des ouvriers a constitué le deuxième objet étudié en séminaire, toujours dans la continuité des années précédentes. L’art des verriers et de la verrerie, art noble dont les praticiens ne dérogeaient pas, a permis de faire le lien avec les séances sur les théories de la noblesse. La dimension intellectuelle du métier de tailleur d’habits, qui avait été travaillée les années précédentes pour les XVIIe et XVIIIe siècles, a été étudiée cette année à partir de la très importante production de traités, de brochures et de journaux professionnels due à des tailleurs dans la première moitié du XIXe siècle, notamment dans les années 1830-1840. Cette production, où la question de l’application de la science (en particulier la géométrie descriptive) aux opérations et aux gestes du métier est centrale et âprement discutée, a permis de réfléchir sur l’échelle à laquelle l’investissement de l’esprit dans le travail de tailleur était pensée par des tailleurs au XIXe siècle, par rapport à l’époque moderne. Les séances consacrées à la période 1830-1840, qui est aussi celle de l’émergence de nombreux poètes ouvriers, ont par ailleurs permis de faire le point sur l’avancement du travail – qui doit donner lieu à la publication d’un livre en 2009 – autour de la figure d’Adam Billaut, le poète menuisier de Nevers, dont les œuvres publiées entre 1644 et 1663 sont réimprimées en 1842. Mais le plus grand nombre de séances, cette année, a porté sur les peintres, vernisseurs et doreurs théoriciens aussi bien que peintres en tableau, et sur la question de la peinture. Un corpus de procès portant à la fois sur des problèmes de paiement et donc de rapports avec les clients, et sur des problèmes d’organisation du travail, a permis d’amorcer l’interrogation sur le travail du droit sur le statut de la peinture et de la sculpture, et une formule de Daniel Arasse, « les peintres pensent avec des moyens de peinture », qu’on a essayé de faire fonctionner comme outil pour réfléchir au travail intellectuel de toutes sortes d’artisans, a aidé à ne pas séparer le questionnement sur la peinture des autres cas étudiés dans le séminaire.

3Quelques autres séances, dont l’une avec Michèle Leclerc-Olive (CEMS), ont été consacrées à la succession des projets de mont-de-piété français (imprimés et manuscrits), entre début du XVIIe siècle et fin du XVIIIe siècle, en passant par l’activité de Théophraste Renaudot. On s’est intéressé au dosage des différents éléments (calcul, savoir théologique, droit, imagination réglementaire) qui les composent, mais aussi à leur archivage et à leur réemploi, en particulier au moment où la création du mont-de-piété parisien (1778) détermine l’émergence d’un débat, notamment dans les journaux. On a ainsi tenté de saisir la pensée de l’ordre social à l’œuvre dans ces projets qui réfléchissent davantage sur le crédit en général que sur le crédit populaire.

4Enfin, une invitée (Dena Goodman, directrice d’études invitée) est venue parler de la formation à l’épistolarité au XVIIIe siècle.

Publications

  • « Énonciation individuelle et énonciation collective II. L’envers des Provinciales : agir en (quasi) corps par l’écriture », Chroniques de Port-Royal, « La campagne des Provinciales 1656-1658 », 2008, p. 177-188.
  • Avec Nicolas Schapira, « La localité du centre. Paris-Rome-Versailles-Villiers-le-Bel : les lieux de deux curés de la région parisienne au XVIIe siècle », Les dossiers du Grihl, 2008-01, Localités : localisation des écrits et production locale d’actions, [En ligne], mis en ligne le 16 juillet 2008.
  • « Secrétaire, témoin, auteur. Les Vies de Voltaire par ses secrétaires », Studies on Voltaire and the eighteenth century, 2008-4, p. 150-161.
  • « Le “petit maître de Saumur” : Tanneguy Le Fèvre et la socialisation de l’érudition protestante », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 154, janvier-février-mars 2008, p. 41-59.
  • « Travail, formalité des pratiques et socialisation du social », dans Lire Michel de Certeau – La formalité des pratiques/Michel de Certeau lesen. Die Förmlichkeit der Praktiken, sous la dir. de Philippe Büttgen et Christian Jouhaud, Zeitsprünge. Forschungen zur Frühen Neuzeit, Frankfurt sur le Main, Vittorio Klostermann, 2008, p. 143-161.
  • « Un artisan exemplaire ? Henry Buch et les frères cordonniers et tailleurs », dans Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (XVIe-XVIIe siècles), sous la dir. de L. Giavarini, Dijon, EUD, 2008, p. 229-242.
  • « Réflexions sur l’écriture comme lieu de savoir dans les livres de philosophie en France au XVIIe siècle », Revue de Synthèse, t. 128, 6e série, n° 3-4, 2007, p. 395-417.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dinah Ribard, « Le travail intellectuel : histoire (1600-1900) », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 259-260.

Référence électronique

Dinah Ribard, « Le travail intellectuel : histoire (1600-1900) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19245

Haut de page

Auteur

Dinah Ribard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals