Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Figures patrimoniales de la puissance publique dans la France d’Ancien Régime

Fanny Cosandey, Frédéric Audren et Pierre Bonin
p. 268-270

Texte intégral

Fanny Cosandey, maître de conférences
Frédéric Audren, chargé de recherche au CNRS
Pierre Bonin, professeur à l’Université de Nantes

Autorité et légitimité : fonder, édifier et contester la modernité politique

1Autour des notions d’autorité et de légitimité, le séminaire s’est intéressé à la manière dont la monarchie justifie ses propres fondements afin d’asseoir son pouvoir. Aux arguments théoriques s’attachent toute une série de pratiques qui renvoie à la puissance d’agir et renforce de la sorte l’appareil politique étayé sur le droit. L’autorité royale, qui puise sa légitimité dans une opposition à la tyrannie, ne peut alors apparaître comme absolue que dans un cadre qui limite par là même son champ d’action. Le paradoxe d’une légitimité restreignant la puissance d’agir pour mieux la renforcer s’inscrit dans une dialectique du pouvoir qui permet à la monarchie d’avancer dans la voie de la modernité politique en renonçant à la stricte personnalisation de l’autorité. Dans cette perspective, l’analyse des conflits de préséance révèle les tensions entre une volonté de patrimonialisation des fonctions publiques et une inscription de celles-ci dans le champ d’un pouvoir souverain, entre une intemporalité des fondements monarchiques et une mobilité des positions de domination, entre une reconnaissance de l’autorité absolue et l’exigence d’un respect des droits acquis. Du droit romain à l’utilisation qu’en font les jurisconsultes de l’Ancien Régime, l’étude des termes d’auctoritas et de potestas permet de mettre en relation ces deux notions telles qu’elles se construisent, symétriquement mais aussi dans leur interaction, jusqu’à paraître indissociables dans la conception d’une souveraineté dite « moderne ». Les acquis juridiques sont alors réinvestis dans l’exercice d’un pouvoir qui se revendique comme absolu sans cesser de tenir compte des entraves sociales et politiques de la France moderne. La question des clientèles, inscrites dans la chaîne des liens de dépendance, fait ainsi l’objet d’une analyse critique pour souligner les impasses heuristiques de ce rapport d’autorité dans le cadre de la construction de l’État (Élie Haddad). Les travaux de Jacques Krynen sur l’utilisation des notions de droit, de justice et de loi chez les jurisconsultes des XIIIe-XVIIe siècle abordent le problème de la place des juristes dans l’élaboration théorique quand Géraldine Cazals, par une étude serrée des formes de légitimation du pouvoir municipal, s’interroge sur l’usage de l’histoire dans ce qu’elle propose d’appeler un « humanisme à la française ». Le second volet du séminaire concerne les modalités de recomposition de l’autorité dans des situations d’exception, et dès lors les processus de légitimation que cela engendre. L’état de siège étudié par Sébastien Le Gal permet d’appréhender les conséquences d’une suspension de l’ordre juridique sous la Révolution, tant sur le plan pratique que dans la justification théorique de ce cas extrême à la limite du cas d’école. Les guerres civiles du XVIe siècle et la prise en charge du pouvoir localement par l’armée soulèvent le problème de la redistribution de l’autorité quand les provinces se trouvent isolées (Pierre-Jean Souriac). Sur un autre terrain, celui de la Grande-Colombie au tournant des XVIIIe-XIXe siècles, la question de l’indépendance, qui induit le passage de la majesté royale à la souveraineté du peuple, permet d’analyser l’émergence de souverainetés partagées, exercées en fonction des différentes échelles administratives ou de la localisation de l’autorité, et de discuter le problème d’une coexistence de multiples souverainetés en un même État, et les formes légitimantes que celles-ci peuvent prendre (Clément Thibaud). Enfin, localement, l’affaiblissement des officiers moyens dans la France du XVIIIe siècle renvoie aux rapports que la monarchie entretient avec ceux qui représentent son autorité et exercent en prince la justice, laquelle, déléguée ou retenue, est au cœur de la légitimité souveraine (Vincent Meyzie). Dans un dernier volet, le processus d’étatisation étudié tant d’un point de vue sociologique que juridique et historique relance la question de l’identification d’un État et de l’observation de ses pratiques, par l’exercice du pouvoir de contraindre (Dominique Linhardt) ou par celui d’un pluralisme juridique qui, à l’époque moderne, doit s’accorder avec la puissance souveraine. Dès lors, se pose à nouveau, mais autrement, le problème de la modernisation d’un l’État fondé sur un héritage coutumier et structuré par une dynamique jurisprudentielle ; une modernisation appuyée sur de fortes assertions théoriques et bousculée par la pratique, laquelle permet pourtant de repérer à la fois l’existence et l’efficience d’un « État » monarchique.

Publications

  • « Anne de Bretagne, une princesse de la Renaissance ? », dans Anne de Bretagne, une histoire, un mythe, Nantes/Paris, Somogy Éditions d’art/Château des ducs de Bretagne, 2007, p. 31-38.
  • « Les préséances à la cour des reines de France », dans Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe XVe-XVIIIe siècle, sous la dir. d’Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub, Paris, Bréal, 2007, p. 267-278.
  • « Reines de France, héritières espagnoles », dans Les cours d’Espagne et de France au XVIIe siècle, Études réunies et présentées par Chantal Grell et Benoît Pellistrandi Madrid, Casa de Velasquez, 2007, p. 61-76.
  • « L’absolutisme, un concept irremplacé », dans Absolutismus, ein unersetzliches Forschungskonzept ?/L’absolutisme, un concept irremplaçable ?, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 2008, p. 33-51.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Cosandey, Frédéric Audren et Pierre Bonin, « Figures patrimoniales de la puissance publique dans la France d’Ancien Régime », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 268-270.

Référence électronique

Fanny Cosandey, Frédéric Audren et Pierre Bonin, « Figures patrimoniales de la puissance publique dans la France d’Ancien Régime », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19249

Haut de page

Auteurs

Fanny Cosandey

Articles du même auteur

Frédéric Audren

Articles du même auteur

Pierre Bonin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals