Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire moderne et contemporaine de la Méditerranée

Maurice Aymard, Georges Dertilis et Gilles Pécout
p. 283-285

Texte intégral

Maurice Aymard, directeur d’études

Économies, sociétés et cultures du monde méditerranéen, XVe-XXe siècle

1Le présent ne cesse de poser au long passé de la Méditerranée, que Fernand Braudel nous a appris à envisager, il y a soixante ans, comme un espace-temps de référence, de nouvelles questions. Et de mobiliser, pour y apporter des réponses au moins partielles et provisoires, les ressources de toutes les sciences sociales, ainsi que leurs capacités respectives à multiplier les lieux et les niveaux d’observation, les séquences chronologiques envisagées, les échelles d’analyse, les propositions de formalisation et les comparaisons dans le temps et dans l’espace. Inscrite dans l’histoire de l’Europe, dont elle constitue l’un des horizons fondateurs, la Méditerranée contribue à la renouveler de l’intérieur, en l’invitant à s’ouvrir aux autres histoires, parallèles ou croisées, qui s’y sont jouées et ont construit, dans sa complexité, son visage actuel : l’unité se mêle à la pluralité, l’échange et la circulation aux replis sur elles-mêmes de sociétés qui refusent l’autre, la longue et toujours plus longue durée – figures de la continuité et de la mémoire – avec la succession hachée d’événements sans lendemain et de ruptures brutales avec le passé – figures de la discontinuité et de l’oubli, dont l’archéologie, née et ce n’est pas un hasard sur ses rives, nous aide à rendre audibles les silences.

2Suivant les pistes amorcées les années précédentes, le séminaire a saisi l’occasion du cinquantenaire de la publication (à l’automne de 1958) dans les Annales de l’article « Histoire et sciences sociales. La longue durée » pour reconstituer les origines, la réception, les utilisations et l’actualité éventuelle d’une proposition méthodologique, qui a fortement marqué les développements et les mutations des enquêtes et de l’écriture de l’histoire au cours de ces cinquante dernières années : les questions posées au présent s’appuient aujourd’hui, grâce aux archéologues et aux préhistoriens, sur une bonne dizaine de millénaires, et l’histoire a rompu son lien privilégié avec l’écriture, dont l’invention ne constitue que l’une de ses étapes. Mais en même temps, la perspective d’une trajectoire linéaire, qui a durablement modelé notre vision de l’histoire et son enseignement, se trouve aujourd’hui remise en question par l’affirmation d’une histoire plurielle et polycentrique, capable de faire sa place à la multiplicité des foyers d’innovation et de rayonnement.

3Dans cette perspective a été plus systématiquement envisagé un ensemble de travaux récents portant en particulier sur le « cosmopolitisme » des villes (un terme remis récemment à la mode, qui éclaire de façon par significative les interférences entre réalités et représentations), sur le « déclin » supposé de la Méditerranée à l’époque moderne et contemporaine (avec le livre de Faruk TABAK, The Waning of the Mediterranean, 1750-1870. A Geohistorical Approach, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2008), et sur les rapports entre politique et religion (avec l’ouvrage collectif dirigé par Henri Bresc, Georges Dagheer et Christiane Veauvy, Politique et religion en Méditerranée. Moyen Âge et époque contemporaine, Paris Bouchène, 2008).

4Les travaux du séminaire se poursuivront en 2008-2009.

Maurice Aymard, Georges Dertilis, directeurs d’études
Gilles Pécout, professeur à l’ENS-Ulm, directeur d’études à l’EPHE

La formation des nouveaux États méditerranéens, XIXe-XXe siècles

5Le séminaire a été limité cette année au premier semestre. Après une première séance d’introduction présentant le bilan critique des années précédentes, les sept séances ont été consacrées à la présentation de recherches en cours par des chercheurs invités, et à des exposés des doctorants.

6L’intervention d’Anna Mandilara (Athènes) sur « Fêtes publiques et symbolisme d’État » a mis en évidence l’intérêt d’un thème qui oppose en fait une résistance muette à l’historien, en lui parlant la langue apparemment familière d’un passé qui ressemble à un quasi-futur. Les nouveaux États ont très vite compris l’utilité d’y recourir pour en faire un instrument de légitimation, à travers la participation active à un processus d’invention de la tradition, d’autant plus intéressant à suivre que tout était, dans la Grèce du milieu du XIXe siècle, à inventer : la légitimité pour une dynastie imposée par l’Europe, qui débarque de Bavière à Nauplie, le pouvoir dans une situation où il n’y a que des pouvoirs de fait, des fêtes « civiles » dans un pays où il n’y avait que des fêtes religieuses... Les fêtes ont donc constitué un laboratoire au sens le plus total du terme, dont la dernière production en date a été, le 13 août 2004, l’ouverture des Jeux Olympiques, mélange théâtral de la Grèce ancienne et moderne, proposé comme spectacle à un immense public, à la fois national et international : l’histoire ne s’est pas arrêtée avec la fin de la monarchie, bien au contraire.

7Lidia Codoveanu (doctorante à l’EHESS) a retracé les origines des identifications individuelles et collectives et des identités tout court dans les principautés danubiennes, du Moyen Âge à l’indépendance en passant par l’Empire ottoman. Dans un contexte marqué par les migrations de l’espace balkanique vers les régions situées u nord du Danube, provoquant ainsi, par la naissance de nouveaux villages et par la création de nouveaux quartiers dans les villes, une extension de l’espace grécophone, les élites ont pu et dû jouer très tôt d’une multiplicité d’identités et ont été poussées à rechercher d’autres facteurs d’identification que la langue : le nom, l’ethnie, l’origine géographique. La formation du nouvel État s’est donc produite dans un moment de très grande complexité, et a poussé ou contraint les acteurs à des choix qu’ils n’auraient pas faits, ou du moins pas aussi vite dans un autre contexte.

8Edhem Eldem (Université du Bosphore, Istanbul), a présenté le parcours à la fois exemplaire et exceptionnel, d’Osman Habdi Bey (1841-1910), « intellectuel entre deux mondes » : envoyé faire ses études de droit à Paris par son père, lui-même fait prisonnier à Chio vendu tout enfant comme esclave à Youssef Bey, membre de l’entourage du Sultan, et parvenu au sommet de l’Etat ottoman, il y préfère la peinture au droit et y épouse une Française avant d’être rappelé à Istanbul par ce même père qui l’envoie à Bagdad où il découvre l’Orient, le nomme commissaire de l’exposition universelle de Vienne en 1873 et le fait enfin nommer en 1881 directeur du Musée Impérial et des Antiquités où il va donner toute sa mesure, en multipliant les fouilles et les restaurations, et en faisant de ce Musée la vitrine des antiquités de toutes les provinces de l’Empire.

9L’exposé de Petros Diatsentos (doctorant à l’EHESS) a été centré sur la réforme du grec moderne, et sur le rapport qu’elle noue entre les élites lettrées et l’État. La définition, la codification et la diffusion d’une langue commune se situent en effet à la rencontre des revendications des intellectuels et des exigences administratives des différents services de l’État. En l’absence d’une véritable intervention des institutions comme l’Université et une Académie qui ne voit le jour qu’au début du XXe siècle, les savants utilisent les associations culturelles pour se présenter et s’imposer comme des garants de l’élaboration d’une langue que les couches populaires devront recevoir sans avoir participé à son élaboration : une élaboration qui s’échelonne sur un long XIXe siècle avant de déboucher sur la reconnaissance par l’État, au XXe siècle, du grec moderne comme langue commune. Ce qui permet à l’État de reprendre aux savants le pouvoir qu’il leur avait reconnu dans une première étape.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Aymard, Georges Dertilis et Gilles Pécout, « Histoire moderne et contemporaine de la Méditerranée », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 283-285.

Référence électronique

Maurice Aymard, Georges Dertilis et Gilles Pécout, « Histoire moderne et contemporaine de la Méditerranée », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19265

Haut de page

Auteurs

Maurice Aymard

Articles du même auteur

Georges Dertilis

Gilles Pécout

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals