Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie historique et iconographie médiévale

Jérôme Baschet
p. 324-326

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jérôme Baschet, maître de conférences

L’image en son lieu : espace ecclésial et décor sculpté à l’époque romane

1Mené en commun avec Jean-Claude Bonne, le séminaire a prolongé l’étude engagée l’an dernier sur les édifices romans d’Auvergne, et plus particulièrement sur les rapports entre le décor sculpté et la structuration de l’espace ecclésial. En guise d’introduction, on s’est interrogé sur le statut même des chapiteaux comme supports d’images, en faisant apparaître les valeurs contradictoires qui se nouent en eux (valorisation comme « tête » (caput) de la colonne en même temps qu’usage comme support ; dynamique d’élévation à laquelle invite le chapiteau dans son rapport à sa colonne, mais aussi ponctuation rythmique de l’iter longitudinal qui anime l’ensemble de l’édifice). C’est comme points fortement chargés d’énergie, prenant possession de la totalité du lieu rituel, quoique sur le mode de la discontinuité, qu’il convient d’aborder les ensembles de chapiteaux et de tenter d’en comprendre l’agencement.

2Tout en le comparant aux résultats déjà obtenus pour Saint-Pierre de Mozat, l’exemple de Saint-Nectaire nous a permis de conforter et de préciser la méthode d’analyse cartographique esquissée l’an dernier. La difficulté nouvelle a tenu, ici, à l’extrême densité iconographique du cycle christologique, hagiographique et apocalyptique du sanctuaire, dont on s’est employé à construire le fonctionnement comme nœud saturé de relations. À l’échelle de l’édifice, la cartographie a permis de faire apparaître des sous-ensembles, non pas homogènes mais plutôt coordonnés par des relations spécifiques de correspondance (ou d’opposition), tandis que des échos ou des jonctions explicites assurent un passage dynamique entre des parties de l’édifice pourtant nettement contrastées. Ainsi, une polarisation maximale oppose le décor de la partie occidentale de la nef, presque entièrement végétal (avec de discrètes amorces des composantes humaines et architecturales), et celui du sanctuaire, presque entièrement humain et architecturé (avec un discret rappel du végétal). Et le passage de l’un à l’autre s’opère par la médiation de plusieurs ensembles marqués par l’opposition frontale du bien et du mal ou par la prédominance des figures de l’animalité et des différents rapports que l’homme entretient avec celle-ci. C’est ainsi que se constituent les itinéraires, parfois ambigus, d’une relève de la vitalité végétale et naturelle par la puissance de vie que le Christ apporte à l’humanité et dont le cycle du sanctuaire souligne qu’elle s’incarne finalement dans les bâtiments ecclésiaux eux-mêmes.

3En outre, dans le cadre d’un projet d’iconographie totale qui n’a quelque chance d’aboutir qu’à la condition de poser avec la plus extrême attention la question du végétal, Jean-Claude Bonne a posé les principes d’une analyse des différents types de végétalité dans l’art roman : il a notamment proposé d’y voir l’expression d’une puissance générative relevant d’une nature beaucoup moins nettement désacralisée que ne le voudraient les aspects dominants de la doctrine chrétienne. Enfin, nous avons bénéficié des interventions de deux collègues invités, au plus près des préoccupations du séminaire : Didier Méhu (Université Laval à Québec) a présenté ses recherches en cours sur « Les images de la consécration de l’église » et notamment sur l’autel roman d’Avenas, tandis que les conférences de Thomas Dale (Université de Wisconsin-Madison) sur « Le corps, les sens et la réinvention de la sculpture monumentale à l’époque romane » et sur « Les monstres dans la sculpture romane » ont donné lieu à une riche discussion confrontant une approche du décor sculpté en termes subjectifs (entre méditation et processus psychologique) et une approche qu’on dira objective (entre cosmologie et institution).

Publications

  • L’iconographie médiévale, Paris, Gallimard (Folio Histoire inédit), 2008, 468 p.
  • « La distinction des sexes dans l’au-delà médiéval », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 2007, n° 26, p. 17-36.
  • « L’expérience zapatiste, à treize ans du soulèvement armé de 1994 », dans L’Amérique latine en lutte, hier et aujourd’hui, Actuel Marx, n° 42, 2007, p. 48-58.
  • « Les racines médiévales de l’expansion occidentale », Sciences humaines, n° 185, août-sept. 2007, p. 34-37.
  • « Explorer l’enfer », L’Histoire, 332, juin 2008, p. 56-59.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Baschet, « Anthropologie historique et iconographie médiévale », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 324-326.

Référence électronique

Jérôme Baschet, « Anthropologie historique et iconographie médiévale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19307

Haut de page

Auteur

Jérôme Baschet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals