Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne

Marcello Carastro
p. 344-346

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Marcello Carastro, maître de conférences

La sémantisation de la magie en Grèce ancienne : la notion d’emprise

1Poursuivant l’enquête sur la notion d’emprise, le séminaire a porté cette année sur la relation entre écriture et pratiques d’enchaînement rituel en Grèce ancienne, à partir d’un vaste corpus d’objets appelés katádesmoi ou ligatures rituelles, datant de la fin du VIe siècle avant notre ère jusqu’au IVe siècle de notre ère. Ces fines lamelles de plomb, gravées de signes et de mots malveillants, puis enroulées ou pliées, parfois transpercées d’un ou plusieurs clous, pour être ensuite enfouies sous terre, sont des objets encore mal connus, longtemps négligés par les spécialistes. Leur analyse permet de jeter un éclairage nouveau sur des façons grecques de penser l’action divine et le fonctionnement du rituel.

2Le séminaire s’est concentré, dans un premier temps, sur l’étude des énoncés figurant sur ces lamelles et des termes employés pour signifier l’emprise exercée par une entité divine sur la ou les victimes de l’opération rituelle. L’exploration des différents champs sémantiques a montré que la terminologie employée n’est pas spécifique à ce genre de pratiques rituelles, mais qu’elle est mobilisée dans d’autres domaines d’activités (archivage, propriété, transmission d’un bien). Dans un deuxième temps, les travaux ont porté sur les procédés linguistiques et rituels à travers lesquels l’emprise des dieux est mise en place. Les différents schémas d’énonciation présupposés par les lamelles ainsi que les modes de mise en présence des instances de ligature ont été mis en évidence à partir d’une série de katádesmoi d’époque classique et hellénistique. Ce qui nous a conduits à nous interroger sur le rôle des puissances divines dans ces rituels ainsi que sur la « fabrication » de leurs victimes. Fabrication par les faits d’énonciation, mais aussi par la manipulation du matériau le plus couramment utilisé, le plomb. Dans cette perspective, les katádesmoi ont été appréhendés dans leur matérialité, en veillant à ne pas les réduire à de simples « textes » ou supports de textes. En considérant ces objets comme des dispositifs graphiques, il a été possible d’envisager l’écriture comme acte rituel à part entière. Ainsi, dans l’espace graphique de toute ligature rituelle, chaque trait requiert l’attention de l’analyste et le cursus de l’écriture devient un élément signifiant. Une attention particulière a été accordée aux éléments figuratifs (séquences de symboles, appelés characteres ; figures géométriques formées de voyelles ; dessins anthropomorphes et zoomorphes ; emploi de figurines anthropomorphes) qui sont attestés depuis le Ve siècle avant notre ère et se généralisent aux époques hellénistique et romaine. La réflexion sur l’articulation entre écriture rituelle et faits de figuration a conduit à s’interroger sur l’opportunité d’introduire la notion de double pour rendre compte de la relation entre la lamelle et sa victime. Mais une lecture critique de la littérature historique et anthropologique consacrée à ce sujet, mise à l’épreuve des sources littéraires et épigraphiques grecques, a révélé les limites de cette notion et a inauguré une réflexion sur la façon de concevoir l’efficacité du rituel, attentive notamment au temps du rite tel qu’il est énoncé dans les katádesmoi.

3Les résultats de ces réflexions ont été présentés dans le cadre de différentes interventions : « Ligatures et pratiques sacrificielles en Grèce ancienne : les euangé-lia », lors des journées d’études sur « La représentation du divin dans les pratiques « magiques » ; un écart ? quel écart ? avec les représentations traditionnelles », (EPHE, juin 2008) ; et « Les formes du lien : écriture et figuration dans les ligatures rituelles antiques », à l’occasion de la 8e conférence Internationale sur l’étude des rapports entre texte et image : « Efficacité/Efficacy » (INHA, juillet 2008).

4Au cours de l’année, diverses interventions ont enrichi et élargi le cadre du séminaire, avec la participation de Daniela Bonanno (Université de Palerme) : « Athènes et les Philaïdes. Formes de réciprocité entre les aristocrates et la polis » ; de Benjamin Perriello (Université Johns Hopkins, Baltimore) : « Chance encounters : trading places in the Hermaia » ; ainsi que de Yiting Pan sur une approche comparée des démonologies grecque et chinoise et de Tatyana Baishanski sur le rapport aux instances divines grecques associées au milieu naturel aux époques archaïque et classique. Que tous soient vivement remerciés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcello Carastro, « Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 344-346.

Référence électronique

Marcello Carastro, « Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19321

Haut de page

Auteur

Marcello Carastro

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals