Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Littérature et société en Grèce ancienne

Claude Calame
p. 347-350

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Claude Calame, directeur d’études

La poésie tragique grecque entre mythe et rituel : héroïnes, politique et transitions initiatiques

1Connaissant un apogée avec la tragédie attique, dans la célébration musicale et cultuelle de Dionysos, les différentes formes de la poésie rituelle grecque correspondent à des moyens pratiques d’actualiser et de dramatiser les actions des héroïnes et des héros d’un passé pour nous « mythique ». En constituant ces actions héroïques en mémoire collective, ces formes poétiques rituelles assurent l’efficacité affective, symbolique et politique du passé de la communauté avec toutes ses contradictions ; en l’adaptant à la conjoncture politique et institutionnelle présente, ces formes discursives à forte dimension pragmatique font de cette mémoire culturelle une tradition assumée et active, apte à réorienter cette conjoncture même. Après avoir envisagé les différents aspects rituels de la « performance » tragique par son insertion dans la célébration cultuelle des Grandes Dionysies, on s’est interrogé sur la conclusion étiologique essentiellement de deux tragédies d’Euripide : le Rhésos, puis l’Iphigénie en Tauride. Nombreuses sont en effet les tragédies classiques donc l’action héroïque débouche sur l’institution d’un culte ; c’est dire que la logique narrative de l’intrigue dramatisée trouve sa conclusion dans l’héroïsation du protagoniste principal de l’action et dans la célébration récurrente d’un rituel. Par un usage critique des concepts anthropologiques du rite de passage et du rite d’initiation tribale, il s’est avéré que l’héroïsation dramatique et athénienne d’Iphigénie conférait au culte rendu à Artémis Braurônia une nouvelle dimension, relative aux différentes phases de développement marquées par le sang féminin, tout en conférant à la tragédie une profondeur religieuse inattendue.

2L’enquête sur la représentation et la dramatisation des passages féminins s’est poursuivie à l’exemple du destin narratif et cultuel d’Hélène, appelée à assumer tout à tour les rôles de la jeune fille séduite, de la jeune épousée séduisante et de la femme adulte victime d’Aphrodite. Hélène à la fois objet et sujet de désir ; Hélène incarnation de l’éclat de la beauté féminine dans sa nature divine et des séductions trompeuses de l’apparence mortelle ; Hélène protagoniste de la guerre de Troie dont elle incarne les conflits ; Hélène finalement non seulement héroïsée, mais aussi divinisée pour devenir, dans l’anecdote légendaire, la Muse inspiratrice d’Homère et, dans la réalité cultuelle spartiate, l’épouse modèle du roi Ménélas.

3L’invitation dans le séminaire de Simone Beta (Université de Sienne) a permis de poursuivre la réflexion sur la beauté d’Hélène par l’image qu’en donnent les comiques grecs tandis que l’intervention de Pierre Brulé (Université de Haute-Bretagne, Rennes-II) a impliqué un retour sur le rôle des générations dans la narration homérique. À Marisa Tortorelli-Ghidini (Université Federico II de Naples), les participants au séminaire ont dû une introduction aux problèmes interprétatifs posés par les textes des lamelles funéraires d’or et, avec Paul Cartledge (Université de Cambridge), invité en tant que directeur d’études associé, ont été abordées les positions prises par les premiers historiographiques dans la conduite de leur discours et les conceptions de l’action des hommes qui en découlent : manière de faire une histoire dans laquelle héroïnes et héros homériques jouent un rôle déterminant. En plus d’un exposé de Stefano Caciagli (Université de Bologne) sur le premier parthénée d’Alcman en relation éventuelle avec le culte d’Hélène et de celui de Silvana Gaeta, étudiante de master à l’École, sur les procédés rhétoriques de Caton, plusieurs participantes au séminaire sont intervenues dans la demi-journée d’études doctorales organisée autour des différentes formes du thrène tragique, à la suite de la rencontre internationale « Corhali » à l’Université de Lausanne en juin 2007. Enfin, du côté de la méthode, les indispensables approches comparatives ont été envisagées de manière critique par Marcel Detienne (Université Johns Hopkins).

4Dans la perspective d’échanges réguliers entre collègues et doctorant-es de l’Université de Chicago d’une part, des différentes institutions universitaires parisiennes de l’autre qu’a été créé un « Atelier Chicago-Paris sur les religions anciennes » avec un premier colloque organisé au University of Chicago Paris Center ; la rencontre a permis de définir des axes de travail communs dans l’interaction comparatiste. Par ailleurs, en rapport avec les questions d’énonciation poétique et de pragmatique sous-jacentes au double thème du séminaire, entre fiction du récit héroïque et ritualisation de la performance poétique, une série de séminaires ont été offerts successivement dans l’École d’études doctorales en philologie classique des Universités de Catane, de Messine et de Palerme. Mais qui dit énonciation dans une poésie ressentie comme « lyrique » dit aussi sujet d’énonciation ; ce sont donc différents aspects du sujet de discours dans la poésie mélique grecque qui ont été tout à tour évoqués à l’occasion d’une journée sur le lyrisme organisée à l’École normale supérieure de Paris à l’occasion de la présence de Jonathan Culler, d’un colloque sur la construction du sujet à l’Université de Rouen, d’une rencontre autour des travaux d’Émile Benveniste dans le cadre de cette même ENS, mais aussi d’une conférence à l’Université de Roma-III sur l’étrange polyphonie énonciative des poèmes de Pindare. Poésie « lyrique » encore avec les réflexions sur temps et espace énonciatifs d’une part, narratifs et « fictifs » de l’autre dans la poésie de Sappho présentées à une rencontre chorale organisée à l’Université d’Oxford ou avec les considérations sur les procédures hymniques dans la poésie didactique pour un colloque consacré aux différentes formes d’hymnes grecs et organisé entre l’Université de Lyon-II et l’ENS de Lyon ; anticipation enfin sur la tragédie avec l’hypothèse élaborée, dans la perspective d’une rencontre à l’Université de Lineili autour des travaux de Diego Lanza, quant à une « discipline des émotions » propre à la poésie mélique chorale.

5Mais entre récit mythique dramatisé dans la tragédie et performance rituelle se tisse la relation étiologique qui, sujet du séminaire, a fait l’objet de plusieurs exposés extérieurs, notamment sur les tragédies d’héroïnes et les cultes réservés aux femmes dans l’Athènes classique à l’occasion du colloque international organisé à l’Université d’Édimbourg à propos de l’Identité en mutation des dieux grecs, ou sur la conclusion étiologique de l’Érechthée d’Euripide dans la perspective des cultes rendus aux divinités tutélaires de la cité d’Athènes pour la rencontre internationale de Paris (INHA) autour du féminin et du politique dans les études de Nicole Loraux ; et féminité en acte encore, entre récit et culte, avec la figure d’Hélène dans sa divine et séduisante beauté pour une rencontre consacrée à l’Université Toulouse-Le-Mirail à « la mythologie en question ».

6En plus de la poésie mélique et de ses dérivés tragiques, les modes de la vraisemblance du discours historiographique grec, qui le situent entre récit factuel et récit fictif, ont fait l’objet d’un exposé au colloque international de Palerme consacré aux procédures énonciatives dans témoignages et histoire de vie, d’une conférence à l’Université de Metz et d’une présentation inaugurale au colloque du PARSA consacré à Paris aux penseurs et aux artistes dans l’Antiquité gréco-romaine. Quant aux modes de discours adoptés par les adeptes d’Orphée, entre poésie théogonique orale et pratiques du commentaire écrit, ils n’ont pas été négligés grâce une présentation à ce propos dans le cadre d’un symposion organisé par le Center for Hellenic Studies de Washington autour du Papyrus de Derveni : encore une fois, du mythe au rituel.

Publications

  • Éditions Identités de l’individu contemporain, Paris, Textuel, 2008, 160 p.
  • « Una poética de la memoria : espazio y tiempo en Safo », Ordia Prima, n° 5, 2006, p. 19-35 (paru en 2007).
  • « Giochi di genere e performance musicale nel coro della tragedia classica : spazio drammatico, spazio cultuale, spazio civico », dans Dalla lirica corale alla poesia drammatica. Forme e funzioni del canto corale nella tragedia e nella commedia greca, sous la dir. de F. Perusino et M. Colantonio, Pise, Edizioni ETS, 2007, p. 49-73.
  • « La deixis de la poésie mélique à l’épigramme hellénistique : fiction pragmatique et autoréférence mimétique », dans La poétique, théorie et pratique (XV Congrès de l’Association Guillaume Budé), Paris, Les Belles Lettres, 2006, p. 339-351 (paru en 2007).
  • « Mythos, musische Leistung und Ritual am Beispiel der melischen Dichtung », dans Literatur und Religion I. Wege zu einer mythisch-rituellen Poetík bei den Griechen, sous la dir. d’A. Bierl, R. Lämmle, K. Wesselmann, Berlin et New York, Walter de Gruyter, 2007, p. 179-210.
  • « Gardens of love and meadows of the beyond : Ritual encounters with the gods and poetical performances in ancient Greece », dans Sacred gardens and landscapes : Ritual and agency, sous la dir. de M. Conan, Washington, Harvard University Press, 2007, p. 43-54.
  • « El género “Lírico” entre autoridad poética y prácticas enunciativas : de Goethe a Safo », dans Lenguaje, Discurso y Civilización. Da Grecia a la Modernidad, sous la dir. d’A. M. González de Tobia, La Plata, Universidad Nacional, 2007, p. 173-198.
  • « Les fonctions généalogiques : Acousilaos d’Argos et les débuts de l’historiographie grecque », Europe n° 945/946, 2008, p. 87-108.
  • « Modèle du code et modèle herméneutique : une “anthropopoiésis” génétique », dans Modelli per le scienze umane : Antropologia, scienze cognitive, sistemi complessi, sous la dir. de S. Borutti, Turin, Trauben, 2007, p. 21-36.
  • « La fabrication de configurations culturelles en anthropologie critique. Quelques réflexions », dans L’anthropologie face à ses objets. Nouveaux contextes ethnographiques, sous la dir. d’O. Leservoisier et L. Vidal, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2007, p. 289-295 (paru en 2008).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Calame, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 347-350.

Référence électronique

Claude Calame, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19326

Haut de page

Auteur

Claude Calame

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals