Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

La généalogie et ses enjeux

Enric Porqueres i Gené et Jean-Paul Zuñiga
p. 351-352

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Enric Porqueres i Gené, Jean-Paul Zuñiga, maîtres de conférences

Les enjeux sociaux de la généalogie

1Ce séminaire, à la croisée de l’anthropologie et de l’histoire, vise à explorer les potentialités du matériau généalogique dans ces deux disciplines. Cette année le séminaire s’est engagé dans une double voie, épistémologique et méthodologique, grâce notamment à la présence de spécialistes de l’histoire de la famille (José-Maria Usunáriz) attentifs aussi bien au cadre normatif régissant la famille dans la chrétienté catholique à l’époque moderne, qu’aux dépôts d’archives qu’ils ont générés.

2En outre, le séminaire a cherché à mettre en évidence non seulement les usages qui ont été faits à travers le temps de ce type de représentations généalogiques, mais également les logiques sous-jacentes, toujours implicites, commandant cette forme particulière de décliner le social. Au cœur de nos travaux – et de ceux des étudiants suivant ce séminaire – la dimension identitaire du discours généalogique a été travaillée et questionnée : si la généalogie exprime bien des aspects de l’organisation sociale, elle est également mobilisée comme fondement de la personne. L’exposé de David Sabean sur l’évolution des figures de l’inceste a été en ce sens fort pertinent.

3L’étude de la place de la généalogie comme élément constitutif du travail des anthropologues a permis dans un premier temps d’appréhender l’usage qui en a été fait au XXe siècle. L’analyse de cette utilisation a permis de mettre en lumière un certain nombre d’impensés structurels, amenant à la critique de la stabilité apparente des systèmes de parenté fondés sur l’impératif de l’homogamie, en montrant au contraire leur extrême fragilité et partant, les redéfinitions continuelles que chaque alliance entraîne. Face à des approches attentives à des collectifs, cette critique a permis de redonner une large place à la dimension individuelle dans la gestion des groupes de parenté (Enric Porqueres i Gené).

4Cette démarche anthropologique trouve un écho patent dans les travaux historiques utilisant les représentations généalogiques (études sur la famille, sur la noblesse, Robert Descimon) dans lesquelles la notion de stratégie est le plus souvent convoquée pour expliquer des trajectoires collectives d’ascension ou – moins souvent – de chute sociale. (Nicolas Lyon-Caen). La notion de stratégie familiale a été confrontée aux lectures multiples pouvant être faites d’une même représentation généalogique, selon que l’on considère ou non les points de vue divergents de différents acteurs, à l’intérieur ou à l’extérieur de la trame tissée par la représentation graphique des liens de parenté. En les associant à la théorie des réseaux, la question de la réalité des liens de parenté en termes d’échanges – concrets ou symboliques – a permis de dresser des définitions alternatives du groupe parental et des enjeux réels, avec une attention particulière à l’horizon des possibles et de l’appréhendable par chacun des intervenants (Jean-Paul Zuñiga).

5Cette question du sens du lien généalogique a également été au cœur de la réflexion sur le contenu de la filiation, considéré le plus souvent comme une évidence du sens commun, à tel point que bien de ces traits fondamentaux restent implicites dans les usages comme dans la législation. Grâce à l’analyse anthropologique des nouvelles formes prises par la famille – les nouvelles technologies de procréation et les familles homoparentales en l’occurrence – il est possible de comprendre ce que la famille hétérosexuelle et la procréation traditionnelle véhiculent quant à l’ordre social et à la définition des individus (Anne Cadoret).

6Toutes ces pistes ont été mises en pratique dans le cadre des discussions de travail avec les membres du séminaire, dont les travaux portaient tant sur les généalogies dans des sociétés lointaines, que sur la figure du père en France, ou la définition de la personne, au croisement de la famille et du choix individuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enric Porqueres i Gené et Jean-Paul Zuñiga, « La généalogie et ses enjeux », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 351-352.

Référence électronique

Enric Porqueres i Gené et Jean-Paul Zuñiga, « La généalogie et ses enjeux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19328

Haut de page

Auteurs

Enric Porqueres i Gené

Articles du même auteur

Jean-Paul Zuñiga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals