Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes

Agnès Fine
p. 362-364

Texte intégral

Agnès Fine, directrice d’études

Construction sociale des sexes et parenté. Nouvelles configurations familiales

1Les transformations de la filiation et de l’alliance dans les sociétés occidentales contemporaines, liées au développement de l’adoption et des procréations médicalement assistées, ont été au coeur de nos réflexions au premier semestre. À la suite de Jérôme Wilgaux, qui a dirigé le premier numéro de la revue Incidence consacré à la parenté contemporaine, nous nous sommes interrogés sur la validité actuelle des analyses de l’anthropologue David Schneider, sur la parenté américaine. Joan Bestard Camps, professeur d’anthropologie à l’Université de Barcelone, nous a présenté les résultats d’une recherche collective qu’il a dirigée dans plusieurs cliniques de fertilité. Son exposé sur la « signification des dons d’ovules dans les procréations médicalement assistées » a mis l’accent sur la manière très diverse dont un même matériau biologique (les ovules) peut être doté d’un sens différent, les acteurs institutionnels médicaux d’un côté, les couples infertiles et en particulier les futures mères de l’autre. Son analyse permet d’approfondir le concept de « nature » lorsqu’il s’agit de créer des liens de parenté ou de réussir une technique biologique. Elle permet de relativiser l’opposition simpliste retenue par le débat public à propos de la filiation et de la procréation médicalement assistée, entre lien de « nature » et lien volontaire.

2Joan Bestard Camps a poursuivi sa réflexion sur les représentations de la parenté et de la « nature » en confrontant les doctrines et les pratiques des différentes religions (judaïsme, islam, catholicisme, etc.) relatives aux AMP. Agnès Martial (chargée de recherche au CNRS) a repris le débat sur D. Schneider d’un autre point de vue, celui du contenu de la paternité telle qu’elle est vécue par les pères divorcés ou séparés, dans un contexte où il n’y a plus au quotidien de relais féminin. C’est encore le thème de la paternité qui a été repris par Flavio Tarnovski, doctorant, à partir de ses propres enquêtes auprès des couples gays. Nous avons poursuivi notre réflexion en examinant les témoignages recueillis par Dominique Mehl, sociologue au CTMS à Paris et publiés dans Enfants du don. Procréations médicalement assistées, son dernier livre qu’elle est venue nous présenter. Nous avons ensuite organisé un débat contradictoire sur l’analyse critique des thèses de C. Lévi-Strauss développée par Irène Théry, dans son dernier ouvrage La distinction de sexe à propos de l’échange des femmes.

3Une journée d’études pluridisciplinaire, coorganisée avec deux doctorantes (F. Drouilleau et C. Sandoval Figueroa), a réuni une cinquantaine de participants, pour débattre des exposés de quatre chercheurs sur le travail domestique féminin (V. Piette, M. Jacquemin, D. Vidal et L. Oso Casas). Il s’agit d’un domaine où se nouent étroitement les problématiques du genre, de l’économie « informelle » et de la parenté (dossier à paraître sous la dir. d’I. Puech et A. Fine dans la revue Travail, genre et société en 2009).

Construction sociale des sexes et parenté. Les apprentissages sexués dans nos sociétés

4Comment les pratiques culturelles contribuent-elles à exprimer et forger les appartenances de sexe ? Tel a été le thème des séances du deuxième semestre. Agnès Fine a d’abord présenté les recherches anthropologiques sur les passages à l’âge d’homme (cf. les travaux de Daniel Fabre et de Nicolas Adell-Gombert), et de femme (en particulier celles qui ont porté sur l’écriture de soi). Puis, à l’aide des travaux statistiques menés sur les pratiques culturelles en France (cf. Sylvie Octobre), nous avons essayé d’identifier les pratiques propres à l’un et l’autre sexe au temps de l’enfance et de la jeunesse aujourd’hui. Nous avons examiné quelques recherches empiriques menées par des sociologues français et étrangers sur la musique, la lecture, les pratiques sportives, la danse, les jeux (cf. les jeux vidéos), les apparences. Catherine Monnot, doctorante, a présenté ses travaux sur les petites filles, la musique et les médias, d’une part, les filles et la pratique du sport équestre, d’autre part. Christine Mennesson, maître de conférences HDR à l’Université Paul Sabatier de Toulouse, a défini ce qu’elle entend par « socialisation inversée ». Les sportives de haut niveau qui pratiquent des sports dits masculins (boxe, foot, guide de haute montagne) ont très majoritairement été élevées comme des garçons par leurs parents, en particulier par leur père. Elle a présenté les effets sur la construction identitaire de cette socialisation inversée au temps de l’enfance, puis de l’adolescence, et mis en évidence les différences selon les classes sociales et les contextes sociaux de chacun de ces sports, ce qu’elle nomme les « régimes de genre ». Gérard Neyrand, professeur à l’Université Paul Sabatier, a fait un état des travaux sur la question de la socialisation sexuée dans la petite enfance.

5Une journée d’études, intitulée « Filles et garçons. Pratiques culturelles et socialisation sexuée dans l’enfance », et coorganisée avec C. Monnot, a réuni une cinquantaine de participants pour discuter des recherches de Christine Detrez (maître de conférences à l’ENS de Lyon) sur « Les encyclopédies pour enfants et la construction d’un corps genré », d’Aurélia Mardon, docteure en sociologie, sur la construction de l’apparence des filles au collège, de Christine Mennesson et de Catherine Monnot. Nous avons conclu provisoirement sur les manières de poursuivre le dialogue entre sociologie et anthropologie de nos sociétés dans ce domaine.

Publications

  • États civils en questions. Papiers, identités, sentiment de soi, Paris, éd du CTHS, coll. Ethnologie, 2008.
  • « Le parrainage », dans Prima Persona, percorsi autobiografici, anno IX, 2008, n° 18, p. 69-74.
  • « Regard anthropologique et historique sur l’adoption », Informations sociales, 2008, n° 146, p. 8-19.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Fine, « Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 362-364.

Référence électronique

Agnès Fine, « Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19345

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals