Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie

Jean-Pierre Dozon
p. 368-369

Texte intégral

Jean-Pierre Dozon, directeur d’études

Retour sur la question de l’État en Afrique contemporaine

1Prévu pour être traité durant deux ans, le thème du séminaire a abordé et abordera à nouveaux frais, dans une perspective d’anthropologie politique et historique, la question de l’État en Afrique contemporaine.

2Jean-Pierre Dozon a consacré les deux premières séances du cycle d’interventions de cette année à un état des lieux de la question, largement dominé par les sciences politiques, notamment d’origine britannique et nord-américaine, et dans lequel il a pointé en les critiquant des analyses qui n’ont de cesse de vouloir démontrer le caractère inconsistant d’États africains nés des colonisations européennes. Ce qui l’a conduit, sans nier les difficultés structurelles ou plus conjoncturelles auxquelles ces États sont gravement confrontés, à en proposer une approche en termes de trajectoires ou d’expériences historiques et à mettre ainsi au jour des identités et des enjeux éminemment nationaux.

3Dans cette perspective, Jean-François Bayard, directeur de recherche au CNRS, qui, depuis vingt ans, a pris une part de tout premier plan à l’intelligibilité des États africains contemporains, est revenu sur des notions comme celles de « gouvernementalité du ventre » ou d’« États-rhysomes » qui lui ont servi à les caractériser et qui, tout en permettant de les inscrire dans une histoire particulière et problématique (notamment d’extraversion), n’en aident pas moins à comprendre la manière dont ils ne cessent de se former et la nature de leurs conflictualités. Poursuivant une démarche assez similaire, Béatrice Hibou, directrice de recherche au CNRS, est revenue sur la notion de « privatisation des États » qui fut pour elle, non pas une façon de traiter de leur probable dépérissement, mais un angle d’attaque par lequel tout un ensemble de « décharges » récentes des États, consécutives aux programmes d’ajustement structurel (PAS), qui ont accru les pratiques informelles et les illégalismes, peuvent être analysées aussi et paradoxalement en terme de redéfinition, voire de renforcement de leurs cadres légaux.

4Prenant le cas assez exemplaire du Sénégal, Jean Copans, professeur à Paris-V, a exposé les grandes lignes de la construction de l’État dans ce pays, sa trajectoire historique particulière depuis l’avènement des « Quatre communes » françaises à l’époque coloniale jusqu’au fameux “contrat sénégalais” entre pouvoir politique post-colonial et confréries musulmanes. Toutes choses aujourd’hui qui sont remises en cause par une reconfiguration des élites et des formes de mobilité sociale, laquelle n’en continue pas moins à façonner l’identité nationale.

5De son côté, toujours à propos du Sénégal, Giorgio Blundo, maître de conférences à l’EHESS, a présenté l’étude plus particulière du corps des eaux et forêts qui, instauré à l’époque coloniale et nourri d’un fort habitus d’identification à l’État et à la nation, est aujourd’hui en situation de crise, tiraillé qu’il est par des projets assez ambitieux de développement durable et soutenus par des acteurs extérieurs et par des tâches beaucoup plus fréquentes d’animation rurale décrédibilisant ses fonctions.

6Puis Richard Banégas, maître de conférence à Paris-I, a proposé une analyse de la crise ivoirienne depuis 2000, à partir du phénomène des « jeunes patriotes », issu des mouvements estudiantins des années 1990, qui ont apporté une forte contribution au projet de refondation nationale du régime de Laurent Gbagbo, en incarnant une sorte de souveraineté de la rue et en en forgeant une sorte d’État dans l’État dont celui-ci a désormais bien du mal à se défaire.

7Patrice Yengo, chercheur au Centre d’études africaines, s’est livré à une intéressante comparaison entre les deux Congo (République démocratique du Congo et Congo-Brazzaville) dont la trajectoire historique, spécialement depuis leur indépendance, a été particulièrement tourmentée et qui se caractérisent tout à la fois par de fortes spécificités nationales et par une même référence enchantée à l’ancien royaume de Congo.

8Enfin, Dominique Darbon, professeur à l’Institut d’études politiques de Bordeaux, comme pour conclure ce premier cycle, a abordé de front le thème général du séminaire, mettant tout particulièrement en exergue les spécificités historiques des États africains, la manière dont, dans le contexte de la guerre froide, s’y sont déclinés ethnicisme, idéologie familialiste et conflictualités internes et la façon dont aujourd’hui, dans les milieux internationaux et à la suite de près de vingt ans de fragilisation des États africains au travers des PAS, on entreprend des programmes de « State-buildind ».

Publications

  • Une anthropologie en mouvement. L’Afrique, miroir du contemporain, Versailles, Éditions Quae, 2008.
  • L’Afrique à Dieu et à Diable. États, ethnies, religions, Paris, Éditions Ellipses, 2008.
  • « Petit additif à une socioanthropologie du (post) développement », dans Une anthropologie entre rigueur et engagement. Hommage à Jean-Pierre Olivier de Sardan, Paris, Karthala, 2007, p. 235-241.
  • « L’Afrique comme modèle d’un non désenchantement du monde », dans L’Afrique subsaharienne dans la mondialisation, sous la dir. de V. Aucante, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 94-100.
  • « Un bain de religiosité électorale », Esprit, n° 336, juillet 2007, p. 160-163.
  • « Sorcellerie, imaginaire cannibale et politique du ventre en Afrique », Cultures Sud, n° 167, 2007, p. 71-76.
  • « Les déchirures ivoiriennes. Entre excès et manque de transcendance », Social Compass, vol. 54, n° 4, 2007, p. 593-602.
  • Avec J.-P. Colleyn, « Lieux et non-lieux de Marc Augé », L’Homme, « L’Anthropologue et le contemporain. Autour de Marc Augé », n° 185-186, 2008, p. 7-32.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dozon, « Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 368-369.

Référence électronique

Jean-Pierre Dozon, « Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19348

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dozon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals