Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des espaces politiques

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric
p. 379-380

Texte intégral

Jean-François Gossiaux, directeur d’études
Boris Pétric, chargé de recherche au CNRS

Espaces, pouvoirs et ressources

1Quelques grands récits ont, en ce début du XXIe siècle, supplanté ceux du siècle précédent pour expliquer uniment la marche du monde et des sociétés : « mondialisation », « transition », « démocratisation »... À rebours de ces perspectives surplombantes, notre propos a été d’examiner « d’en bas », à partir d’un certain nombre de constats de terrain, des questions comme celle de l’articulation des espaces et des pouvoirs (le global et le local) ou celle de l’appropriation des ressources. Le thème de l’ethnicité s’est naturellement imposé au carrefour de ces interrogations. Au-delà de l’épuisement (hypothétique et, en tout état de cause, relatif) de la forme État-nation, les logiques ethniques qui la sous-tendaient continuent de se manifester in situ dans les stratégies implicites ou explicites mises en œuvre par les acteurs locaux aussi bien que par les agents des différents niveaux de pouvoir (y compris les organisations internationales). Nous en avons fait l’observation sur des terrains aussi divers que l’Asie centrale (Kirghizstan), la Sibérie méridionale (territoires bouriates) ou les Balkans. La Macédoine, en particulier, nous a donnés à voir comment le principe du droit des minorités a conduit la « communauté internationale » à y promouvoir de fait l’ordre ethnique. Nous avons vu également comment les derniers nomades des Balkans ont appuyé leur reconversion dans la sédentarité sur les opportunités économiques et politiques de l’ethnicisme.

2Les institutions politiques sont elles-mêmes constitutives de ressources auxquelles les liens de parenté, de clientèle, de voisinage (local ou régional) peuvent fournir autant de modes d’accès. Nous en avons trouvé des illustrations dans deux pays contigus d’Asie centrale, l’Ouzbékistan (où c’est l’appareil étatique qui constitue la ressource) et le Kirghizstan (où ce sont les organisations internationales). Concernant ce dernier pays, Laetitia Atlani-Duault (Paris-X) a démonté sur un cas concret, celui d’une ONG vouée à la lutte contre le sida, les jeux complexes qui peuvent s’instaurer entre acteurs internationaux et locaux.

3Quelle place convient-il de donner à la problématique de l’appropriation des ressources dans l’analyse des rapports politiques conflictuels ? S’appuyant principalement sur des exemples tirés d’une autre aire géographique, l’Afrique de l’Est, Günther Schlee (Institut Max-Planck) a exposé pourquoi, selon lui, une théorie du conflit ne pouvait se limiter à la question de l’enjeu et devait exploiter systématiquement l’interrogation initiale : qui lutte contre qui, pour quelles raisons et selon quelles logiques ?

Publication

  • « Autochtonie et droit divin. À propos de deux légendes de Kosovo », Parcours anthropologiques, n° 6, 2006, p. 28-39.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 379-380.

Référence électronique

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19357

Haut de page

Auteurs

Jean-François Gossiaux

Articles du même auteur

Boris Pétric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals