Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des institutions

Marc Abélès
p. 380-382

Texte intégral

Marc Abélès, directeur d’études

Globalisation, pouvoirs, institutions

1La constitution d’un marché intégré des capitaux, le triomphe du néolibéralisme s’imposant dans le monde postindustriel comme dans les pays en développement qui sont soumis aux politiques d’ajustement structurel, ont transformé durablement la donne. L’emploi du concept de global apparaît adéquat pour rendre compte du niveau d’intégration et d’interconnexion qui est désormais atteint et qui se traduit par la perception empirique chez les individus, par-delà leurs attaches territoriales et leurs identités culturelles d’une appartenance à un monde global. L’un des aspects les plus remarquables de notre modernité, c’est la manière dont chacun se meut en permanence d’un référentiel à l’autre, du local au global. Et c’est sans doute la raison pour laquelle une anthropologie de la globalisation dans la mesure où elle appréhende de l’intérieur cette dialectique à partir de terrains localisés où les préoccupations du proche et du quotidien s’articulent avec la perception d’une appartenance planétaire. Si l’anthropologie n’a rien à de particulier à nous apprendre sur la mondialisation, elle est en revanche susceptible d’éclairer la globalisation entendue comme processus pluridimensionnel, brouillant les repères traditionnels, reconfigurant les relations entre le singulier et le collectif et affectant en profondeur les modes de penser et d’agir aux quatre coins de la planète.

2L’un des objectifs de l’anthropologie politique est de rendre compte des effets de la globalisation sur le fonctionnement des institutions et des organisations qui gouvernent l’économie et la société. Le transnationalisme n’est pas seulement une caractéristique du capitalisme contemporain, il conditionne également les relations de pouvoir et les référents culturels. Dans le cadre du séminaire, il s’agissait de réfléchir sur la transformation en profondeur des pratiques et des représentations politiques. Pour mieux approcher ces questions, on s’est livré au commentaire de textes récents qui traitent des transformations de la scène transnationale. On a travaillé à partir de recherches récentes effectuées sur les thématiques de la société civile et des ONG, d’une part, et sur les travaux que nous menons à l’Organisation mondiale du commerce, d’autre part. Ce programme de recherche international qui est mené, sous ma direction, par un groupe d’anthropologues issus de différentes régions du monde, met en lumière la nécessité d’une réflexion plus approfondie sur la démarche anthropologique et les conditions pratiques et théoriques d’une ethnographie du global-politique. Qu’il s’agisse de l’environnement, de la finance et du commerce mondial, de l’humanitaire, ces nouveaux terrains requièrent une reconsidération des attendus classiques de l’anthropologie. C’est la raison pour laquelle j’ai publié un ouvrage, Anthropologie de la globalisation, qui a pour objet la mutation considérable que connaît aujourd’hui cette discipline et qui précise les objectifs et les enjeux qui sont désormais les siens. Compte tenu des transformations qui affectent l’objet de l’anthropologie, et en particulier le rapport entre local et global, il est nécessaire de mettre en œuvre de nouvelles stratégies de recherche et la construction de concepts qui permettent de penser une réalité en mouvement. C’est ainsi que j’ai proposé d’articuler l’analyse des représentations du politique dans la globalisation autour des concepts de convivance et de survivance, que j’ai présenté dans un livre antérieur, Politique de la survie (2006), et qui permettent de préciser le type de rupture épistémique qui s’est produit dans ce domaine.

3Ce séminaire a bénéficié des apports d’une philosophe : Céline Spector (Université Bordeaux-II), et de plusieurs anthropologues : George Marcus, directeur d’études associé (University of California Irvine) Mariella Pandolfi, directeur d’études associé (Université de Montréal), Maximo Badaro (Université de Buenos Aires), Jae Chung (Université d’Aalen), qui sont intervenus sur des questions théoriques et ethnographiques, à partir de leur compétence spécifique.

Publications

  • Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008.
  • « Politique et globalisation », L’Homme, n° 185-186, 2008, p. 133-144.
  • « Michel Foucault, l’anthropologie et la question du pouvoir », L’Homme, n° 187-188, p. 105-122.
  • « Anthropologie, anticipation, utopie », Cahiers d’anthropologie sociale, n° 04, L’Herne, 2008, p. 13-26.
  • « Anthropology at the trench national assembly. The semiotic aspects of a political institution », dans Ethnographica moralia, sous la dir. de Neni Panourgia, George Marcus, 2008, p. 157-167.
  • « Rethinking NGOs : The economy of survival and global governance”, Indian journal of global legal studies, vol. 15, n° 1, 2008, p. 241 -258.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Abélès, « Anthropologie des institutions », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 380-382.

Référence électronique

Marc Abélès, « Anthropologie des institutions », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19358

Haut de page

Auteur

Marc Abélès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals