Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne

Giorgio Blundo
p. 383-384

Texte intégral

Giorgio Blundo, maître de conférences

L’État vu d’en bas : ethnographie des administrations publiques en Afrique de l’Ouest

1Le choix d’observer l’État africain « par le bas » – expression qui ne traduit pas, loin s’en faut, une volonté de restreindre l’analyse aux seules dynamiques locales – prend sa naissance d’un double constat. D’une part, la science politique africaniste a privilégié l’étude des élites dominantes et s’est attelée à la caractérisation de la nature de l’État en Afrique, qualifié de prédateur, corrompu, clientéliste, néopatrimonialiste ou prébendier. En réponse à ces approches normatives et culturalistes, l’anthropologie politique a produit des travaux portant sur les modes d’enchâssement de l’idée de l’État dans les sociétés locales, ainsi qu’aux attentes, représentations et imaginaires dont il est l’objet. Mais la machinerie de l’État, c’est-à-dire le fonctionnement routinier de l’administration, les cultures professionnelles des fonctionnaires, les arrangements quotidiens avec les usagers de l’administration, a été traitée par les sciences sociales africanistes comme une sorte de boîte noire.

2Alimenté par une recherche comparative en cours sur le corps des eaux et forêts au Niger et au Sénégal, le séminaire a fourni les éléments théoriques et méthodologiques pour l’étude du fonctionnement quotidien d’une administration publique concrète. L’analyse, tout au long des séances, de la culture professionnelle des services forestiers, des dynamiques de recrutement et d’avancement, des relations avec les usagers de l’administration, a procédé en ayant pour fil conducteur les contradictions qui traversent ce corps récemment investi par des réformes de décentralisation et de militarisation : la coexistence d’une administration « traditionnelle », émargeant au seul budget de l’État et condamnée à la débrouille ou à l’inactivité, avec une administration des « projets », qui offre à ses agents de meilleures conditions de travail ainsi que des revenus complémentaires ; la conciliation difficile d’un rôle de protection des ressources environnementales s’appuyant sur la répression et les sanctions avec un nouveau rôle « participatif », survenu avec les nouvelles réformes de décentralisation ; la forte politisation et les pressions exercées par des réseaux partisans, clientélistes et économiques ; les difficultés quotidiennes dans l’application du code forestier.

3En somme, il a été question d’appréhender et d’interpréter les stratégies d’adaptation des services forestiers aux nouvelles contraintes politiques et institutionnelles, le fonctionnement « réel » du corps, au-delà des organigrammes et des règlements, ainsi que les interactions avec les acteurs privés de la filière forestière.

4Parallèlement à mes enseignements à l’EHESS (j’ai également animé un séminaire groupé en M1 sur l’Introduction à l’anthropologie des administrations et des biens publics du 17 au 20 mars), j’ai présenté mes travaux sur l’anthropologie de l’État en Afrique à la faveur de diverses invitations : en mars 2008, au LASDEL de Niamey et à l’EHESS, dans le séminaire tenu par J.-P. Dozon ; en avril 2008, à l’Université de Neuchâtel ; en mai 2008, intervenant dans le séminaire de J. Copans. J’ai en outre présenté deux communications sur l’anthropologie de la corruption, l’une au colloque « Renouvellement théorique et méthodologique de l’anthropologie sociale : un dialogue franco-russe », organisé en septembre 2008 à Moscou par l’Institut d’ethnologie et d’anthropologie de l’Académie des sciences de Russie, l’autre au colloque « Socioanthropologie et science politique face à l’espace public en Afrique : pour un dialogue productif », organisé par le LASDEL de Niamey en octobre 2008. J’ai également effectué deux missions de recherche, au Sénégal du 17 avril au 1er mai 2008, et au Niger et au Sénégal, pendant tout le mois d’août 2008, dans le cadre de deux programmes comparatifs : le premier, intitulé « Power and Politics in Africa » (2007-2010), est conduit par un consortium de recherche dirigé par l’Overseas Development Institute (ODI) de Londres et réunit le SHADYC, l’Université de Floride, la SOAS (Londres), le LASDEL (Niamey), ainsi que des centres de recherche basés au Ghana et en Afrique du Sud. Le deuxième programme (2006-2009), financé par l’ANR, porte sur les dynamiques et les acteurs transnationaux de la démocratisation et de la « bonne gouvernance » en Afrique, en Amérique Latine, en Asie et en Europe. J’ai présenté les premiers résultats de ce nouveau chantier de recherche à l’occasion de la conférence inaugurale que j’ai donnée à l’Université d’été du LASDEL à Niamey, le 8 octobre 2008.

Publications

  • Sous la dir. de T. Bierschenk, Y. Jaffré et M. Tidjani Alou, Une anthropologie entre rigueur et engagement. Essais autour de l’œuvre de Jean-Pierre Olivier de Sardan, Paris, Karthala, 2007, 596 p.
  • « Hidden acts, open talks. How anthropology can “observe” and describe corruption », dans Corruption and the secret of law. A legal anthropological perspective, sous la dir. de Nuijten, M. et G. Anders, Aldershot, Ashgate, 2007, p. 27-52.
  • « Un “afro-réalisme” réformiste. L’anthropologie politique de Jean-Pierre Olivier de Sardan », dans Une anthropologie entre rigueur et engagement. Essais autour de l’œuvre de Jean-Pierre Olivier de Sardan, sous la dir. de T. Bierschenk, G. Blundo, Y. Jaffré et M. Tidjani Alou, Paris, Karthala, 2007, p. 49-72.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Blundo, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 383-384.

Référence électronique

Giorgio Blundo, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19360

Haut de page

Auteur

Giorgio Blundo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals