Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et historicité

Jean-Loup Amselle
p. 384-386

Texte intégral

Jean-Loup Amselle, directeur d’études

L’ethnicisation du social

1Le séminaire de cette année a consisté : 1) en un forum de discussion faisant intervenir les principaux chercheurs en sciences sociales parties prenantes au débat de société français concernant les différents usages de l’enregistrement ethnique du social, et donc notamment la question brûlante des statistiques ethniques ; 2) en un examen du devenir du raisonnement ethnique dans des contextes européens ou exotiques.

2Pour Jean-Loup Amselle, la question de l’ethnicisation du social ne peut être envisagée indépendamment des deux grands courants d’idées qui structurent le panorama intellectuel contemporain : le postmodernisme et le postcolonialisme. C’est dans la perspective du « fragment » postmoderne et de ses avatars postcoloniaux qu’il faut situer selon lui le déclin des récits républicain et de classes ainsi que l’émergence d’un discours ethnique dans la France d’aujourd’hui. Les différentes interventions se sont partagées entre celles des partisans d’un comptage ethnique (R. Castel EHESS, M. Wieviorka EHESS, D. et É. Fassin, EHESS et École normale supérieure, P. Simon INED) et celles des opposants à la prise en compte des spécificités raciales et culturelles (M. Tripier, Paris-VII, A. Blum, EHESS, B. Hazard), tout en débordant largement la cadre de cette opposition. M. Doytcheva (Lille-III) a ainsi montré que certaines municipalités de la région parisienne, tout en respectant officiellement le « voile d’ignorance » républicain, pratiquaient dans les faits une certaine dose de discrimination positive en finançant des associations à caractère national. Pour sa part, N. Green (EHESS) a mis en lumière les tenants et les aboutissants intellectuels et politiques de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, thématique qui a trouvé un prolongement avec l’exposé que M. Renault a consacré à l’œuvre de F. Fanon.

3Dans le domaine étranger, qu’il s’agisse des sociétés européenne, américaine ou des sociétés exotiques, plusieurs exposés ont mis en évidence l’importance du facteur ethnique ou racial dans la structuration de l’espace social. Dans le cas italien, les exposés de F. Pompeo (Rome-III) ont resitué l’apparition de la thématique du multiculturalisme, et des essentialisations qu’elle occasionne, dans le cadre de l’histoire intellectuelle et de l’histoire tout court de ce pays. De même ont été pointées les discriminations raciales dont sont victimes les élèves roms dans l’enseignement hongrois (V. Kiss) ainsi que la transformation de certaines catégories religieuses (musulmanes) en catégories ethniques au Cambodge (E. Stock). Enfin, F. Souvignet a examiné l’émergence de la catégorie d’« art africain contemporain » à la lumière de son expérience nord-américaine et de la façon dont les collectionneurs privés afro-américains avaient anticipé la reconnaissance institutionnelle de cette forme d’art tandis qu’I. Bargna (La Bicocca, Milan) s’est consacré à cerner l’ampleur du mythe primitiviste dans la perception que l’on peut avoir de l’art tribal africain et de ses transformations actuelles.

Publications

  • « Mestissatge, Connexio i triangulacio de cultures », Revista d’ethnologia de Catalunya, n° 30, p. 81-89, 2007.
  • « Dal métissage alla connesione », dans La società di tutti, Multiculturalismo e Politiche dell’identità, sous la dir. de F. Pompeo, Rome, Meltemi, 2007, p. 79-93, 2007.
  • « La facture postcoloniale », Lignes, n° 23-24, novembre 2007, p. 160-179.
  • Sous la dir. de J.-L. Amselle et E. M’Bokolo, L’invenzione dell’etnia, Roma, Meltemi, 2007.
  • L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes, Paris, Stock (« Un ordre d’idées »), 2007.
  • « Un pôle de radicalité », Lignes, n° 25, 2008, p. 35-50.
  • « Retour sur l’Invention de la tradition », L’Homme, 2008, p. 185-186.
  • « Le musée du quai Branly au prisme du primitivisme », Africa e mediterraneo, n° 62, 2008, p. 17-20.
  • « Préface » à Marie-Aude Fouéré, Les relations à plaisanterie en Afrique, discours savants et pratiques locales, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 9-11.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 384-386.

Référence électronique

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19361

Haut de page

Auteur

Jean-Loup Amselle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals