Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Pour une anthropologie du jazz

Jean Jamin et Patrick Williams
p. 416-417

Texte intégral

Jean Jamin, directeur d’études
Patrick Williams, directeur de recherche au CNRS

Jazz et anthropologie

1Chaque séance du séminaire a été introduite par un exposé de doctorants (Pierre Carsalade, Emmanuel Parent, Perrine Beaufils, Élise Adlim, Dorothée Pétroff), de chercheurs (Jean-Pierre Digard, Paul Merrill, Patrick Williams) et d’invités, critiques musicaux ou musiciens (Jean-Louis Chautemps, Jacques Réda), sur le phénomène du swing, figure rythmique et même mélodique propre au jazz, et dont les communications de Marc Chemillier et de Bernard Lortat-Jacob, présentées lors des dernières séances du séminaire de l’année passée, avaient proposé une analyse formelle à partir de sonagrammes. Défini comme l’expression la plus pure du « battement » selon Jacques Réda (beat en anglais), le swing conserve une part de mystère dans sa production, même si le décalage mélodico-rythmique (déplacement des accentuations sur les temps pairs) l’explique en partie, mais rarement dans sa perception (ce qui renvoie à une anthropologie des émotions). Les nombreuses illustrations musicales, commentées et judicieusement choisies par les intervenants, l’ont vigoureusement démontré. C’est en quelque sorte par contraste que Jean Jamin s’est intéressé à deux courants stylistiques de l’histoire du jazz – ce qu’il a appellé le « First Third Stream » et le « Second Third Stream » –, c’est-à-dire aux phénomènes d’alliage, aux essais de synthèse entre la musique « savante » européenne et le jazz, tels que, par exemple Darius Milhaud ou Igor Stravinsky pour le premier (les années 1920), Gunther Schuller, John Lewis et le Modern Jazz Quartet pour le second (les années 1950 et 1960), ont tenté de les réaliser. La question du swing y est devenue très vite centrale (comment faire swinguer des tutti de cordes ou des quatuors classiques ?) et a tout aussi vite montré les limites de ce genre d’écriture musicale. De son côté, Marc Chemillier, faisant part de ses expériences et de ses tentatives de modélisations informatiques avec le pianiste et percussionniste Bernard Lubat, est revenu sur l’une des autres caractéristiques majeures du jazz, c’est-à-dire l’improvisation, dont on a pu mesurer, du reste, la différence avec celle qui est pratiquée dans certaines musiques traditionnelles comme les modes tunisiens présentés et analysés par Myriem Lakhoua (Université de Tunis). L’improvisation a été également au centre des exposés du saxophoniste Raphaël Imbert, examinant de nouveau le « cas John Coltrane » et ses « aventures mystiques », et d’Alexandre Pierrepont (Université Paris-VII), celui-ci prenant l’exemple du saxophoniste, musicologue et philosophe Anthony Braxton, qui, dans son jeu et ses compositions, se réfère aussi bien à Arnold Schoenberg, John Cage ou Iannis Xenakis qu’à Charlie Parker, Éric Dolphy ou Omette Coleman. Pour la deuxième année consécutive, Michel Lefort (Gypsy Jazz Festival), Max Robin (musicien et journaliste) et Patrick Williams se sont attachés à étudier ce phénomène social, culturel, musical (et commercial évidemment) qu’est devenu le jazz qu’on appelle « manouche », s’inscrivant dans l’héritage et la tradition parfois sinon toujours recomposée de Django Reinhart. Quant à la question de l’apprentissage, souvent informel dans le jazz (du moins jusqu’à une date récente), elle a été abordée par Jean-Luc Poueyto (Université de Pau) à travers le récit de son expérience d’harmoniciste de blues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Jamin et Patrick Williams, « Pour une anthropologie du jazz », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 416-417.

Référence électronique

Jean Jamin et Patrick Williams, « Pour une anthropologie du jazz », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19383

Haut de page

Auteurs

Jean Jamin

Articles du même auteur

Patrick Williams

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals