Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Éléments d’anthropologie fondamentale

Frédéric Joulian et Olivier Gosselain
p. 424-426

Texte intégral

Frédéric Joulian, maître de conférences
Olivier Gosselain, maître de conférences à l’Université libre de Bruxelles

Éléments d’anthropologie fondamentale

1Cette année encore, ce séminaire a rapproché deux ensembles d’objets de recherches distincts, les premiers portant sur le phénomène culturel considéré dans son histoire longue et dans ses rapports aux sciences de la nature (évolution, natures et cultures), le second s’attachant à décrypter les pratiques humaines dans leurs relations à la matérialité (objets, techniques et cultures).

2Pour mettre en œuvre ces deux axes, nous avons revisité les approches phylogénétiques et synchroniques des faits sociaux telles qu’elles ont été lancées au début des années 1970 et telles qu’elles peuvent être redéfinies aujourd’hui au regard des apports et remaniements innombrables que nous observons dans les sciences de la nature et dans les sciences de l’homme. Ce séminaire a été déployé en deux temps, l’un à Marseille entre novembre et mai, l’autre à Marseille et Paris, au Musée du quai Branly, sous la forme de journées thématiques de séminaires.

Objets, techniques et cultures

3La première série de séminaires, tenue à Marseille, a abordé la pertinence et l’actualité d’une « anthropologie fondamentale » et a replacé cette question au regard des tensions cognitives et politiques que l’on observe aujourd’hui entre les régimes de connaissances des sciences de l’homme et ceux des sciences de la nature, mais aussi, plus généralement, a traité de la question de la distinction humaine et des issues pratiques aux dualismes Nature/Culture, Animalité/Humanité. Nous avons examiné de façon comparée et critique les quelques programmes anthropologiques propres à répondre soit à la « spécificité humaine », soit « aux cultures animales ».

4Les séminaires suivants, plus exemplaires, ont traité des pratiques et usages sociaux du corps (celles de la table ou celles du sexe, OG) ou celles des pratiques funéraires et du cadavre (avec Hervé Guy, chercheur à l’INRAP). Ces ensembles de pratiques ont été pris sous l’angle des contraintes (par ex. la chronométrie de décomposition du cadavre) et analysés dans leurs capacités à matérialiser la vie sociale et l’imaginaire. La question du traitement funéraire des animaux (en France et au Ghana, FJ) fut le prétexte à retravailler la question des limites de l’humain, entendue sous son versant animal.

5Finalement, à Paris, au Musée du quai Branly, nous nous sommes attachés à reprendre par les dimensions pratiques et performatives, les appropriations et réinventions de fêtes populaires et de pratiques musicales sous le titre « Ça va être notre fête ! » avec divers chercheurs de l’Université Libre de Bruxelles, Renaud Zeebroek sur « l’utilité sociale de Halloween », Céline Bouchat sur le phénomène des marches et son rôle dans la construction de nouvelles communautés villageoises, ou Laurent Legrain sur les logiques dispositives de l’écoute chez des amateurs de jazz, ou, de façon plus large, par Karim Hammou (EHESS) sur le rap et sa médiatisation télévisuelle.

6En association avec Pierre Lemonnier, la fin de l’année a été l’occasion de revenir sur l’histoire longue (20 ans) du séminaire « Culture matérielle » de l’Université Paris-I (lancé par A. Schnapp, J.-P. Demoule, S. Cleuziou, A. Coudart, P. Lemonnier, pour les premiers pilotes), son actualité, et la pertinence à le relancer aujourd’hui (dans le cadre de l’EHESS, du Musée du quai Branly et de l’Université d’Aix-Marseille, chose faite cette année). La journée a réuni une soixantaine de chercheurs en histoire, sociologie, archéologie, ethnologie, communication,... et a permis de faire le point sur le dynamisme des recherches sur la culture matérielle, tant en France qu’en Grande-Bretagne, élément dont nous prenons à présent la mesure dans le cadre de la revue Techniques&culture qui s’associe au Journal of Material Culture pour un prochain numéro.

Évolution, natures et cultures

7Les travaux réalisés et enseignés cette année ont été présentés dans divers cadres, soit en solo, par exemple avec l’intervention « Nature du comportement et évolution » où j’ai redéfini la notion de comportement comme un flux et montré l’absence paradoxale de cette notion dans la plupart des théories de l’évolution actuelles, lors du colloque « Comment penser le comportement animal ? » (dir. F. Burgat), soit dans le travail collectif réalisé par PRI « Évolution, natures et cultures ». Sont seulement cités ici, les travaux présentés en commun avec notamment l’organisation de quatre symposiums en 2007 qui illustrent tant la dimension de terrain que réflexive de l’équipe.

8Nous avons organisé à Prague (du 3 au 7 septembre) un symposium sur « Anthropological relations between human and non-human » dans le cadre du 2e Congrès européen de primatologie (EFP) à l’Université Charles (dir. M. Vancatova et V. Vancata).

9L’objectif de ce symposium, tenu lors d’un important congrès de primatologie, était de faire apparaître la place originale – empirique et intégrative notamment – des recherches anthropologiques que nous menons à l’EHESS et montrer en quoi elles permettent de sortir des chausse-trappes de l’économie conservationniste généralisée actuelle (présentations des recherches menées en Guinée, Leblan, Jankowski ; au Ghana, Joulian, Govoroff ; ou en Europe, Servais).

10Le second ensemble de communications (avec les mêmes intervenants) s’est tenu au Muséum à Paris dans le cadre du 20e colloque de la Société francophone de primatologie. Nous avons distribué nos travaux selon deux lignes distinctes, celle de fond, d’une anthropologie de la nature et de l’animal, que nous définissons et travaillons dans ses dimensions historiques et interactionnelles, la seconde circonscrite à des terrains spécifiques, permet d’illustrer les résultats des méthodes anthropologiques appliquées aux primates (chimpanzés et babouins en Guinée et au Ghana) ; les découvertes réalisées au Ghana constituant un « scoop » en matière de biogéographie animale où les chimpanzés étaient considérés comme « éteints » depuis la fin des années 1950.

11Les travaux du PRI ont été diffusés dans le cadre d’une formation des personnels du Muséum de Toulouse (« PRI « Évolution, natures et cultures » au Muséum d’histoire naturelle de Toulouse »). Nous avons examiné les implications muséographiques de nos travaux en terme de collecte d’objets et les diverses façons de les transmettre aux publics. Ce fut également l’occasion de présenter le projet « Interfaces » qui intègre aussi bien des éthologues que des historiens ou des anthropologues dans une étude comparative des interrelations hommes/animaux en Afrique, Europe et Asie. Cet ensemble de recherches, et plus spécialement, ceux que nous avons menés sur les jardins zoologiques et sur les médias ont également été exposés au département de sociologie de l’Université de Genève auprès du groupe de recherche sur les représentations des animaux dans les médias suisses (dir. A. Dubied, C. Burton-Jeangros).

12J’ai finalement donné deux conférences, l’une dans le cadre du séminaire sur les processus de communication de l’ENS de Lyon, animé par J. Le Maree et I. Babou, intitulé « Animaux rêvés, animaux vécus : traces, indices et palimpsestes » dans laquelle j’ai dessiné les liens qui parcourent mes différentes activités de recherche en archéologie, éthologie, ethnologie et photographie et tenté de montrer comment, sur la base d’analyses détaillées de matériaux et d’indices on peut échapper aux ontologies dominant la question animale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Joulian et Olivier Gosselain, « Éléments d’anthropologie fondamentale », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 424-426.

Référence électronique

Frédéric Joulian et Olivier Gosselain, « Éléments d’anthropologie fondamentale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19390

Haut de page

Auteurs

Frédéric Joulian

Articles du même auteur

Olivier Gosselain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals