Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Dynamique de la culture : sociologie historique des institutions artistiques

Emmanuel Pedler
p. 427-428

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Emmanuel Pedler, directeur d’études

Dynamique de la culture : les institutions de la musique savante

1Comme les années précédentes, le séminaire 2007-2008 a été organisé à partir de journées thématiques. Les premières concernent sur le rapport entretenu aux objets et offres culturelles observé à partir des espaces domestiques. J’ai d’abord poursuivi la présentation des dispositifs de l’enquête en cours portant sur deux nouveaux chapitres (qui figureront dans l’ouvrage à paraître, Architectures ordinaires, Culture, esthétique, espaces résidentiels). Le premier concerne l’accrochage de tableaux abstraits dans les foyers des upper et upper middle classes et la ritualisation de certains espaces résidentiels (Accrocher, exposer, décorer : le sort fait aux tableaux). Au lieu de catégoriser des relations esthétiques comme étant faibles, à éclipse ou inscrites dans des formes alternatives – appartenant à des cultures supposées populaires par exemple – on peut proposer une lecture permettant d’identifier des régimes différenciés de relation à l’environnement visuel – allant de l’implication du collectionneur à l’accrochage ritualisé des toiles contemporaines par exemple ou à un évitement visant à neutraliser les formes d’expressivité picturale. Le second chapitre concerne l’utilisation des ressources culturelles domestiques et environnantes (L’enclave résidentielle et son environnement) afin de souligner le continuum des pratiques – absence de solution de continuité entre les pratiques visuelles domestiques et les réceptions des offres institutionnelles. Il est apparu que la diversité des régimes d’implication observés dans l’espace « privé » ne pouvait rester visible dans l’espace institutionnel du musée par exemple. A été ainsi identifié un des paradoxes de l’observation des pratiques culturelles à partir d’un contexte institutionnel. Sur ces thématiques la présentation par Antoine Fernandez de sa thèse arrivant à soutenance (novembre 2008) a donné matière à un exposé portant sur les « Schèmes normatifs des offres culturelles territorialisées ». Au cours de la même journée, Sarah Cordonnier (ENS Lyon), a soumis à la discussion quelques chapitres de sa thèse récemment soutenue et portant sur l’« Exposition des savoirs dans l’art contemporain ». La deuxième partie de ces journées a été consacrée aux institutions de la musique savante et populaire avec une courte incursion dans le domaine du théâtre (Julie Moreira Miguel, doctorante EHESS, « Théâtre hors les murs »). Après des séances consacrées à l’invention de l’orchestre et à la lutherie de la fin du XVIIe siècle, et où j’ai également confronté les problématiques musicologiques – y compris celles de la nouvelle musicologie – aux perspectives sociologiques wébériennes, plusieurs interventions de jeunes chercheurs ont porté sur les institutionnalisations musicales (Aurélie Helmlinger, ethnomusicologue, Paris-X-Nanterre, « l’implication du politique dans les steelbands de Trinidad et Tobago » ; Karim Hammou, doctorant EHESS, « Connaître le rap en France, connaître le rap aux États-Unis : les sciences sociales à l’épreuve d’une pratique musicale »). Enfin Esteban Buch (EHESS) a montré, à partir de deux conférences portant sur les tangos savants, l’indécision générique de formes musicales qu’il est Impossible de décrire à partir de la summa divisio entre le savant et le populaire (« À propos des hiérarchies entre les genres : Regard des producteurs et traits musicaux »). La fin de l’année a été consacrée aux conférences données par Flavia Monceri, (Associate professor, Molise University), directeur d’études invitée qui s’est notamment intéressée aux confrontations interculturelles (« Political order in multicultural society », « Complexity theories and social Systems ») et a présenté ses deux derniers livres, Interculturalità e communicazione – una prospettiva filosofica, Rome, Lavoro, 2006 et Pensiero e presente – Sei concetti della filosofia, Pise, ETS, 2007.

Publications

  • « Un livre placé sous le signe du malentendu », dans Les moyens techniques de l’art, vol. 1, « Portée de la sociologie musicale de Max Weber », Revue de Synthèse, tome 128, 6e série, n° 2, mai 2008, p. 1-19.
  • « Le raisonnement scientifique », dans Les sciences de l’information et de la communication, sous la dir. de S. Olivesi, Grenoble, 2007, p. 241-258.
  • « Esthétiques ordinaires et mises en scènes ritualisées des lieux : L’échange estival de domicile et la question esthétique », dans Interculturalità, Teorie, Prassi, Significati, sous la dir. de F. Monceri et G. Gili, 2008.
  • J.-C. Passeron, E. Pedler, « Du musée aux tableaux », Futuroscope, Idées, p. 12-18.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pedler, « Dynamique de la culture : sociologie historique des institutions artistiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 427-428.

Référence électronique

Emmanuel Pedler, « Dynamique de la culture : sociologie historique des institutions artistiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19392

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals