Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie du pouvoir et des élites

Monique de Saint-Martin
p. 444-445

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Monique de Saint-Martin, directrice d’études

Transformations et restructurations des groupes dirigeants et des pouvoirs

1Le séminaire s’est attaché à l’étude des processus de formation, et d’internationalisation croissante des élites et des institutions d’enseignement supérieur, en prêtant une forte attention à leurs transformations récentes. C’est le monde des grandes écoles, longtemps assuré de se reproduire sans avoir à concéder de changements importants, et traversé par des incertitudes croissantes, qui a été au centre des analyses.

2Construites sur un modèle en perte de vitesse, n’ayant ni la taille critique, ni la visibilité internationale suffisante dans un monde de l’enseignement supérieur en recomposition, ne pouvant plus s’appuyer sur la seule reconnaissance de l’État, les grandes écoles sont en porte-à-faux dans le contexte international actuel, où elles sont questionnées et soumises à des pressions parfois contradictoires. Il leur faut consentir des efforts d’adaptation, et de modernisation, qui souvent n’entraînent cependant pas de transformation importante, les changements étant fréquemment des changements de façade. L’analyse de l’esprit de corps et des différents modes de création de frontières entre les différentes institutions a fourni une des voies d’explication à ce relatif conservatisme.

3À l’heure de la recomposition de l’enseignement supérieur, de la compétition accrue interécoles et interuniversités, et de la montée des incertitudes, le séminaire a tenté de proposer une approche sociologique critique et lucide des transformations à l’œuvre. Ne réduisant pas toutes les explications à des rapports de force, évitant aussi bien la dénonciation que le soupçon, le fatalisme que l’enchantement, celle-ci est attentive aux capacités critiques que les acteurs mettent en œuvre pour interpréter les situations auxquelles Ils se trouvent confrontés, et prend en compte les demandes de justice ainsi que les nouvelles inégalités.

4Le séminaire a bénéficié de la contribution de plusieurs professeurs et chercheurs invités à l’EHESS ainsi que de doctorants qui ont présenté leurs recherches. Tassé Abye (Université d’Addis-Abeba) a exposé les transformations récentes de l’enseignement supérieur éthiopien et a analysé les réussites et les difficultés. C’est une contribution à une sociologie de l’Éducation nouvelle qu’a proposée Judit Vari en analysant notamment les situations de tensions, de conflits et de ruptures entre jeunes et animateurs dans les espaces périscolaires. Les notions d’expérience éducative et d’espace temporaire d’expérimentation sont apparues décisives et ont permis de s’interroger sur l’éducation moins comme vecteur de reproduction que comme vecteur de production de frontières choisies dans un monde ouvert et en changement rapide.

5Enfin, les questions de méthode ont été largement discutées dans le séminaire. Paul Pasquali, qui a analysé des réussites scolaires plutôt improbables dans un lycée avec des classes préparatoires aux grandes écoles proposant une expérience d’« ouverture sociale », a contribué aux réflexions sur les observations de type ethnographique et les entretiens. On s’est également beaucoup intéressé à la méthode prosopographique et aux biographies collectives et individuelles grâce notamment à un exposé de Marcela Ferrari (Université de Mar del Plata), qui a examiné les risques et les limites de cette méthode. Et Barkahoum Ferhati (CNRPAH, Alger) s’est interrogée sur les relations entre sainteté, pouvoir religieux et pouvoir politique dans l’Algérie coloniale, à partir de l’analyse biographique de la figure emblématique de Lalla Zeineb.

Publications

  • Avec B. Bauchat et J. Vari, « Les représentations de l’autonomie : une affaire de genre », Agora, débats/jeunesses, 45, 2007, p. 100-114.
  • Avec S. Tchouikina, « La noblesse russe à l’épreuve de la Révolution d’Octobre : représentations et reconversions », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 99, juillet-septembre 2008, p. 105-128.
  • « Les recherches sociologiques sur les grandes écoles : de la reproduction à la recherche de justice », Éducation et sociétés, 2008, p. 95-103.
  • Avec D. Castro de Rocha et M. Heredia, « Trocas intergeracionais e construçâo de fronteiras sociais na França », Tempo Social, vol. 20, n° 1, 2008, p. 135-162.
  • Avec L. Labache, « Fronteiras, trajetorias e experiencias de ruptura », Educação e sociedade, 103, vol. 29, mai-août 2008, p. 333-354.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique de Saint-Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 444-445.

Référence électronique

Monique de Saint-Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19411

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals