Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient

Hamit Bozarslan
p. 465-466

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Hamit Bozarslan, directeur d’études

Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient

1Le séminaire de 2008 a porté sur les cycles historiques et la violence au Moyen-Orient. Ainsi, après avoir analysé deux cycles longs, s’étalant respectivement sur les périodes 1919-1948 et 1948-1979, nous avons esquissé les grands traits de deux cycles courts (1979-1989/1989, 1989-2000) pour insister davantage sur le premier d’entre eux.

2Ce cycle court est déclenché par quatre événements s’inscrivant chacun dans une histoire propre, mais altérant, par leur quasi-simultanéité, les subjectivités moyen-orientales et les repères par lesquelles des générations de militants, bureaucrates, étudiants et intellectuels avaient pris l’habitude de penser le monde et de s’y projeter. Il s’agit des accords de Camp David, l’insurrection à La Mecque, la révolution iranienne et l’occupation de l’Afghanistan par l’Armée rouge.

3L’anti-impérialisme, l’idée du progrès, de l’émancipation de la nation, et celle, consubstanielle, du genre humain, autant de catégories incontournables du langage politique des années 1970, cessent tout un coup d’être opérantes pour laisser place à d’autres, comme le couple dar al-islam/dar al-harb, ou encore le jihad. Plus de vingt ans après l’exécution du penseur islamiste Sayyid Qotb par un régime qui, ensuite, a « trahi » ses propres engagements à la faveur des accords de Camp David, l’islamisme, jusque-là abhorré, gagne ses lettres de noblesse révolutionnaires pour se substituer, par les armes, au nationalisme arabe et à la gauche aussi bien nationaliste qu’internationaliste, comme première force anti-impérialiste. Il entraîne dans son sillage la conversion à l’islamisme radical de quelques anciens marxistes, comme Adel Hussein et Abd al Wahhab al-Messiri, futurs cadres de l’organisation égyptienne Jihad islamique.

4De même, alors que l’Iran, terre non-arabe et pour l’essentiel non-sunnite, « gendarme », avec Israël et la Turquie, de l’« impérialisme américain » au Moyen-Orient, gagne une centralité symbolique sans précédent dans le monde musulman, les scènes d’insurrection à La Mecque attestent que les militants wahhabites sunnites peuvent tout autant être attirés par l’option révolutionnaire.

5Enfin, l’invasion de l’Afghanistan ne redéfinit pas seulement le Moyen-Orient ; en articulant les contestations afghanes et les espoirs arabes, elle prive la « gauche internationaliste » de toute crédibilité. Jadis saluée comme résistante, la gauche passe désormais pour la véritable cinquième colonne d’un empire oppressif. Il n’est pas exagéré de dire que la « gauche révolutionnaire », dans toutes ses variantes, s’effondre au Moyen-Orient dix ans avant le reste du monde.

6L’autre caractéristique de ce cycle est à chercher dans les modes de transhumances militaires et socialisations qui se mettent en place lors des guerres déclenchées ou intensifiées dans le sillage des événements mentionnés (guerres d’Afghanistan et du Golfe, conflit civil libanais). Sur le théâtre de ces guerres, l’imaginaire de fidai palestinien qui avait marqué les militances moyen-orientales des décennies 1960-1970 laisse place à trois nouvelles figures combattantes : le moudjahid, associé au jihad afghan, le chehid (martyr) marquant notamment le terrain Iranien et enfin, le milicien urbain, dominant entre autres l’espace libanais.

Publications

  • Une histoire de la violence au Moyen-Orient. De la fin de l’Empire ottoman à al-Qaida, Paris, La Découverte, 2008, 319 p.
  • Modern Türkiye Tarihi, Istanbul, Avesta, 2088, 160 p.
  • « Kurds and the Turkish state », dans Cambridge history of modern Turkey, sous la dir. de R. Kasaba, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 333-356.
  • « Bir Mistisizm, aksiyoloji ve pre-totalitarizm olarak komitacilik-Ittihadçilik », sous la dir. de F. Baskaya, Ankara, Özgür Üniversite, 2008, p. 127-138.
  • « Avenir de la violence au Moyen-Orient », entretien réalisé avec R. Durel et O. Mongin, Esprit, n° 8-9, 2008, p. 121-139.
  • « Turkey », sous la dir. de P. Poddar, R. S Patke, L. Jensen, A historical companion to postcolonial literatures Continental europe and its empires, Édinbourg, Edinburgh University Press, 2008.
  • « Jean Deny et le Troisième Congrès de la Langue turque (Istanbul, 1936) », Turcica, n° 39, 2007, p. 201-252.
  • « The general ottoman and Turkish contexts, 1838-1938 », On-line Encyclopaedia of mass-violence, http://www.massviolence.org., 2008.
  • « Some remarks on mass murders, social darwinism and mysticism in the 20th century », On-line Encyclopaedia of mass-violence, http: www.massviolence.org., 2008.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamit Bozarslan, « Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 465-466.

Référence électronique

Hamit Bozarslan, « Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19430

Haut de page

Auteur

Hamit Bozarslan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals