Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Théorie sociale et normativité

Bruno Karsenti
p. 484-485

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Bruno Karsenti, directeur d’études

Les concepts du structuralisme. Une approche généalogique

1Le séminaire de l’année 2007-2008 a poursuivi l’investigation généalogique sur les principaux concepts du structuralisme en se concentrant sur le début des années 1960, période qui voit paraître, outre les deux ouvrages de Lévi-Strauss qui relancent sa réflexion en direction d’une étude des structures mentales (Le totémisme aujourd’hui et la Pensée sauvage), trois tentatives remarquables pour donner une cohérence d’ensemble à l’approche structurale : Le discours et le symbole de Edmond Ortigues, Marxisme et structuralisme de Lucien Sebag, et Pensée formelle et sciences de l’homme de Gilles-Gaston Granger. Plusieurs séances ont été consacrées à tisser un réseau d’interrogations entre ces trois ouvrages, à plusieurs égards antithétiques, bien qu’ils cherchent à circonscrire un domaine apparemment commun. Au croisement de ces trois livres, on a alors particulièrement insisté sur la centralité des phénomènes liés au discours, ce qui a conduit à relativiser et à interroger à nouveaux frais le fait que le structuralisme se soit développé exclusivement à travers la prise en compte de la langue comme niveau pertinent des oppositions distinctives.

2En prenant pour angle le statut du discours, on a ensuite commenté l’œuvre de Ortigues, en partant de la façon dont Le discours et le symbole reformule la question linguistique dans un cadre philosophique opposé à celui du post-kantisme (principalement de la philosophie des formes symboliques de Cassirer). L’approche dynamique de Gustave Guillaume permet à Ortigues de repartir du discours pour poser la question du symbolisme, sans réduire celui-ci à l’actualisation de structures mentales a priori, mais en envisageant chacun de ses niveaux d’actualisation selon ses tensions particulières et ses propres conditions de formation du sens.

3Cependant, loin d’aboutir à un éclatement, cette approche engage plutôt à rechercher un nouveau point de convergence pour l’ensemble des phénomènes que le symbolisme s’efforce de rassembler. C’est dans l’ordre des phénomènes religieux que la réflexion de Ortigues a trouvé à cet égard son expression la plus développée, et c’est sur ce terrain que nous l’avons suivie, en prolongeant la lecture du Discours et le symbole par celle de son second grand livre Religions du Livre et/religions de la coutume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Karsenti, « Théorie sociale et normativité », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 484-485.

Référence électronique

Bruno Karsenti, « Théorie sociale et normativité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19446

Haut de page

Auteur

Bruno Karsenti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals